Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

Création littéraire


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/creation_litteraire.29507?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Création littéraire

Cette manifestation fait partie d'une série de rencontres organisées à Hong Kong du 9 au 13 avril 2007 dans le cadre du Programme ALIBI développé par la FMSH. La présente manifestation n'aurait pu avoir lieu sans le soutien et l'acccueil de l'équipe du Centre for Humanities Research de l'université de Lignan (Hong Kong) dirigée par le professeur et écrivain Leung Ping-kwan.

Dans un premier temps, les écrivains Dung Kai-cheung (Hong Kong) et Arnaud Cathrine (Paris, France) discustent au sujet des nouvelles qu’ils ont écrites sur le thème du « Kaléidoscope ».
Ensuite, les traducteurs, Sebatien Veg pour la nouvelle de Dung Kai-cheung et Liu Hui pour celle d'Arnaud Cathrine évoquent ce travail si complexe et passionnant du passage d'une langue à une autre.
Enfin, les auteurs réagissent par rapport au travail de leur traducteur.

L'atelier ALIBI (Atelier littéraire bipolaire) a pour objet la création littéraire la plus actuelle.
Il associe plusieurs types d'acteurs appartenant aux aires d’expression du français et du chinois et à des domaines d'intervention différents : des écrivains, des traducteurs, des chercheurs et des universitaires.
Le mot « bipolaire » suggère que l’on tourne et oscille autour de pôles, en l’occurrence deux langues, deux cultures, deux littératures - chinoise et française. Les écrivains, individuellement, ne sont pas représentants de leur culture d’origine ; ils l’habitent néanmoins, en même temps qu’ils portent des éléments d’autres cultures qu’ils rencontrent. « Bipolaire » renvoie également aux deux entités, écrivains et traducteurs, qui participent aux activités de ALIBI.
Le mot « atelier » souligne que le processus d’écriture, de réflexion, de dialogue est en cours : les œuvres s’élaborent ; elles sont en création, voire en interaction, ainsi qu’en discussion.
Enfin l’acronyme ALIBI véhicule, par son étymologie latine, le sens de « ailleurs ». Non seulement, ALIBI offre le prétexte à la rencontre et au débat littéraire, mais en outre, en tant qu’ « ailleurs », il se situe au cœur de l’exercice de l’écriture, de la traduction et même de la discussion, nous faisant évoluer d’un état de pensée vers un autre état, nous invitant à nous déplacer dans les œuvres, les langues et les cultures.
Dans le prolongement de cet évènement, vous pouvez visiter le site LETTRES CHINOISES / LETTRES FRANCAISES


比较文学- 世界语言和文学

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte