Canal-U

Mon compte
Université de Bretagne Occidentale

" Enseigner par temps de guerre et d'exil "


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ubo/embed.1/enseigner_par_temps_de_guerre_et_d_exil.51345?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Université de Bretagne Occidentale
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

" Enseigner par temps de guerre et d'exil "

Rose Duroux (U. Clermont Ferrand Auvergne, CELIS) : " Enseigner par temps de guerre et d’exil ".

Présentée par Marie Le Bihan (association MERE 29).

Les autorités françaises appliquent à l’exode républicain espagnol de janvier-février 1939 deux logiques : la concentration (les camps d’internement) et la dispersion. Sont distribués dans 77 départements quelque 220 000 femmes, enfants et hommes ayant dépassé « l’âge de porter les armes ». On compte 70 000 enfants ; ils ont moins de 15 ans car la scolarité est obligatoire « pour français et étrangers, jusqu’à 14 ans révolus ». L’enfant peut se trouver dans un centre d’hébergement collectif, dans une famille d’accueil, dans une colonie. Si le principe de la scolarisation est consensuel, en revanche les pratiques diffèrent selon la situation de l’enfant, selon les convictions des maires, des gestionnaires des refuges, du personnel enseignant ; et aussi selon le moment historique car il y a loin entre l’avant et l’après-déclaration de la Seconde Guerre mondiale : les « hébergés » des petits centres sont transférés dans de plus grands, Argelès y compris. Certains témoins, enfin, parlent de « système D ». Instruction il y a donc, malgré la précarité. En résumant beaucoup : les enfants reçoivent un enseignement à l’école primaire ou au centre lui-même avec des instituteurs détachés ; ces derniers peuvent être secondés, voire remplacés par des réfugiés du centre même (plus ou moins) agréés. Reste le cas très particulier de l’instruction dans les colonies d’enfants, aussi nous attarderons-nous sur l’une d’entre elles : « Le Château de Larade » à Toulouse. Partout se pose la question de la langue. On l’aura compris, un bilan quantitatif et qualitatif sur l’enseignement reçu par les « enfants en transit » s’avère très malaisé et ce d’autant plus que les autorités françaises œuvrent sans relâche pour le rapatriement ou la remigration des « femmes, enfants, vieillards ».

Rose Duroux. Professeur émérite de l’Université Clermont Auvergne, elle s’intéresse à l’exil et ses mémoires. Sur cette question, elle a publié dans la revue Exils et migrations ibériques aux XXe et XXIe siècles : avec B. Sicot, Derniers échos de l’exil. Contes et récits hispano-mexicains (N° 4, 2012, bilingue) ; codirigé avec G. Dreyfus-Armand un numéro consacré à l’humanitarisme : Autour de la Maternité d’Elne. L’action humanitaire de la Guerre d’Espagne à nos jours (N° 7, 2015) ; postfacé le recueil (« seconde génération ») des Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne, coordonné par G. Dreyfus-Armand et O. Martinez-Maler (Nos 9-10, 2019). Dans le cadre du projet Anr multimédia www.enfance-violence-exil, elle a réalisé, avec C. Milkovitch-Rioux, le catalogue de l’exposition J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner (Unesco/Pubp 2011) et l’ouvrage Enfances en guerre. Témoignages d’enfants sur la guerre (Genève, Georg, 2013). Elle a coédité avec Stéphanie Urdician, Les Antigones contemporaines (de 1945 à nos jours) (Pubp 2010) et avec Célia Keren et Danielle Corrado le journal d’Aurélia Moyà-Freire, Ma vie en France (Pum, 2017). Côté traduction citons : Manuel Andújar, Saint-Cyprien, plage… camp de concentration [1942] (Pubp, 2003).

Télécharger le programme complet du colloque ici.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 " 1939-2019 : Première commémoration officielle franco-espagnole de la Retirada "
 " Resistir. Les républicains espagnols en Bretagne de la Retirada à la Résistance "
 " Las indemnizaciones de la República Federal de Alemania a los exiliados españoles que trabajaron en la Organización Todt en Bretaña "
 " Yves K'ourio, un volontaire aux origines bretonnes engagé dans le Bandera Jeanne D'Arc, 1936-1944 " / Petit panorama des BD et romans graphiques sur le guerre d'Espagne et l'exil / Présentation de la BD Sept athlètes (Delcourt, 2017)
 Rencontre avec Maya Tévally et Roselyne Chenu
 " Le Finistère : accueil et vie des enfants de la guerre d'Espagne "
 Présentation du projet Memoria y Exilio / " Manuel Muñoz Martínez : un dirigeant républicain de Cadiz en Bretagne "
 Théâtre amateur étudiant : " Crímenes ejemplares ", de Max Aub
 " Dynamique de l'enseignement de l'espagnol dans le secondaire dans l'Académie de Rennes " / Présentation de projets pédagogiques sur la guerre d'Espagne et l'exil
 " Itinéraires d'un fils d'exilé catalan "
 " José Bergamín y la Junta de Cultura Española (1939-1940) "
 " El teatro de Bergamín en Francia " / " Voces del exilio: las vueltas de Max Aub et José Bergamín " / " Tea rooms : questionnements autour du travail féminin dans le Madrid des années 30 " / Témoignage de Roselyne Chenu sur José Bergamín
 " La mémoire historique en Espagne : de la revendication citoyenne à la bataille législative. La longue marche vers la reconnaissance du passé traumatique du pays " / " Les héritiers de la mémoire "
 " L'écriture et la mémoire dans l'œuvre d'Alfons Cervera "
 Rencontre avec Alfons Cervera. Présentation de l'ouvrage " Un autre monde "
 Ciné-rencontre : " El Silencio de otros " / Projection suivie d'un échange sur la question de la mémoire avec Alfons Cervera
 " Vie de goéland. María Casarès et la Bretagne "
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte