Canal-U

Mon compte
Université Paul-Valéry Montpellier 3

Le travail des praticiens de la mémoire publique - 1ère Partie: Présentation des intervenants


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/um3/embed.1/le_travail_des_praticiens_de_la_memoire_publique_1ere_partie_presentation_des_intervenants.20117?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le travail des praticiens de la mémoire publique - 1ère Partie: Présentation des intervenants

1ère Partie: Présentation des intervenants

La table ronde intitulée « Le travail des praticiens de la mémoire publique : l’impact des contraintes matérielles et de la prise en compte du public-cible » s’est tenue le 8 octobre 2015 dans le cadre du colloque interdisciplinaire La Fabrique des mémoires publiques (Université Paul-Valéry, Montpellier, 7-9 octobre 2015). Par « mémoire publique », il faut entendre un mode de rappel d’objets du passé (personnages, événements, œuvres, etc.) où le souvenir est exposé à autrui hors du cadre interindividuel ou familial. Ce partage du souvenir fonde des communautés dans lesquelles chacun est censé s’inscrire. Il y a donc, dans une société, une pluralité de mémoires publiques, dont les rapports avec la mémoire officielle sont complexes.
C’est plus précisément l’impact des impulsions institutionnelles sur la construction de mémoires publiques qui est examiné dans la table-ronde. La réflexion proposée s'appuie sur un dialogue entre diverses disciplines de SHS, mais aussi entre enseignants-chercheurs et professionnels de différents métiers.
La table ronde réunit acteurs et observateurs des acteurs de la mémoire publique : Yasmina Boudhar, muséographe, David Zivie, ancien directeur général adjoint de la mission du centenaire de la Première Guerre Mondiale, les historiens Christian Amalvi (ancien archiviste et conservateur), Laurence de Cock (membre du Comité de Vigilance face aux usages publics de l’histoire), Charles Heimberg (concepteur d’un plan d’études en Histoire pour l’enseignement secondaire en Suisse) et Frédéric Rousseau (expert scientifique pour plusieurs musées ; auteur de travaux sur la muséologie).
La table ronde s’est efforcée de conserver une approche très concrète des pratiques, en s’appuyant sur diverses études de cas (notamment, mais pas seulement : commémoration de la guerre de 14-18, Mons Memorial Museum, enseignement de la Guerre d’Algérie, production d’ouvrages scientifiques sur la mémoire).
Modératrice : Isabelle David (MCF, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Colloque international ATIU_Saison2 - Ouverture (ATIU 2018)
 Le développement professionnel pédagogique, processus de construction du savoir-enseigner universitaire (ATIU 2018)
 La réussite dans/de l’enseignement supérieur : une approche écosystémique (ATIU 2018)
 Humanités numériques : enjeux de formations (ATIU 2018)
 Le travail des praticiens de la mémoire publique - 2ème Partie: Usages publics de la mémoire
 Le travail des praticiens de la mémoire publique - 3ème Partie: Deux études de cas
 Ouverture du colloque Apprendre, Transmettre, Innover à et par l'Université
 La transition de l'enseignement secondaire à l'enseignement supérieur, à l'âge des incertitudes
 Pratiques innovantes en enseignement - apprentissage, l'exemple d'Innovalangues
 La réussite des étudiants à l'université et les évolutions des missions des enseignants-chercheurs
 Table ronde : Les échanges à l'Université
 Stratégies d'innovation en didactique des langues : l'exemple du projet Idefi Innovalangues
 Approche interactionnelle en didactique des langues et web 2.0
 Conception et utilisation d'un logiciel pédagogique, l'exemple de Macao
 Utiliser les corpus avec des apprenants Lansad
 Le web social : quelle(s) nouveauté(s) ?
 Les centres de langues : des dispositifs pluriels à un dispositif modélisé ?
 Internet pour une approche culturelle
 Les spécificités des formations hybrides en langues
 Numérique et enseignement-apprentissage des langues aux non-spécialistes - Quand, comment, pourquoi ?
 Le numérique au service de la formation : Mines-DGESIP
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte