Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Crise de 29 / crise actuelle : le futur n'est-il qu'un passé extrapolé ? / Gabriel Colletis


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/crise_de_29_crise_actuelle_le_futur_n_est_il_qu_un_passe_extrapole_gabriel_colletis.35347?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Crise de 29 / crise actuelle : le futur n'est-il qu'un passé extrapolé ? / Gabriel Colletis

Crise de 29 / crise actuelle : le futur n'est-il qu'un passé extrapolé ? / Gabriel Colletis, in ProusTime. A la recherche du temps avec Proust. Séance 2 : Peut-on prévoir le passé ? Peut-on se souvenir du futur ?, organisé par l'Équipe Littérature et Herméneutique (ELH) du laboratoire de recherche Patrimoine, Littérature, Histoire (PLH), sous la direction scientifique d'Isabelle Serça. Museum de Toulouse, Quai des savoirs, 19 avril 2017.  
La perspective générale de l'intervention de Gabriel Colletis consiste à montrer que les analyses plurielles de la crise dite "de 29" exercent une influence sur les manières dont la crise actuelle est apréhendée. Les analyses économiques dominantes de la crise de 29 ont généré ou, a minima, amplifié cette crise par le biais des politiques qu'elles ont inspirées. Ces analyses sont aussi celles qui dominent pour rendre compte de la crise actuelle. Des analyses alternatives existent. Certaines (les analyses keynésiennes), si elles étaient mises en œuvre, pourraient permettre d'atténuer la crise actuelle. D'autres analyses, plus "radicales", suggèrent que la période actuelle devrait être pensée en termes dnon de crise mais de mutation. L'enjeu serait alors d'élaborer un nouveau mode de développement : il s'agirait donc moins de tenter d'éviter (comme le suggèrent les keynésiens) la répétition déformée de la crise de 29 que de penser un mode de développement nouveau, d'inventer un futur tenant compte du passé mais non contenu dans lui. Ces dernières analyses considèrent donc que le futur n'est pas un passé extrapolé.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte