Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Du livre à la scène : Shakespeare en France au XIXe siècle / Gaëlle Loisel


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/du_livre_a_la_scene_shakespeare_en_france_au_xixe_siecle_gaelle_loisel.54195?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Du livre à la scène : Shakespeare en France au XIXe siècle / Gaëlle Loisel

Du livre à la scène : Shakespeare en France au XIXe siècle / Gaëlle Loisel, in "Shakespeare sous le regard des romantiques", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 24 mai 2018.
* Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

Le "Macbeth" de Verdi est un cas emblématique de l’héritage shakespearien : la rencontre entre un artiste romantique à la carrière ascendante et un auteur dramatique du passé désormais érigé en icône universelle. Si cet opéra s’inscrit dans une démarche respectueuse de sa source d’inspiration, il est d’abord le résultat de la découverte d’une figure de la littérature anglaise par un jeune italien, quasiment dilettante en la matière. Comme souvent avec la posture des autodidactes, ces derniers s’enhardissent à connaître en profondeur l’objet de leur passion. Ils développent une vénération religieuse à son égard et leur première communion doit être une réussite absolue pour en surmonter l’audace. À force de placer l’œuvre de Shakespeare au pinacle, on pouvait imaginer un Verdi plus intimidé. La fougue des premiers temps a su lui donner du courage pour le projet de Macbeth. Par la suite, l’entreprise du Roi Lear est restée en revanche inachevée.
Le siècle des romantiques a beaucoup contribué à la sacralisation de Shakespeare. Son œuvre désormais intemporelle pour toutes les cultures occidentales devient la mesure à laquelle toute création artistique peut se voir confronter. Le drame shakespearien est désormais une valeur étalon. Le théâtre de Hugo. Dumas père et Musset s’évalue à l’aune du barde anglais, ces auteurs cherchant à lui rendre hommage et à lui être comparé. Plusieurs essais consacrés au dramaturge anglais sont fondateurs de l’esthétique romantique : Racine et Shakespeare de Stendhal (1823), la Préface de Cromwell (1827) de Hugo, plusieurs articles de Foscolo et Manzoni. Il est même difficile d’échapper à l’univers shakespearien tant le XIXe siècle lui accorde une place écrasante. Des éditions critiques ou populaires, ainsi que des traductions nouvelles et philologiques, viennent soutenir une omniprésence de l’œuvre théâtrale dans la programmation des théâtres. Elle modèle le jeu des comédiens et décerne selon leur mérite le statut d’acteur shakespearien. Les grands noms de la scène romantique se forgent tous à partir d’une interprétation de Hamlet, Roméo ou Othello... Berlioz n’a-t-il pas épousé une actrice, révélée à son cœur à travers le rôle d’Ophélie ?
Les chercheurs réunis par l’Institut IRPALL dans le cadre de cette journée d’étude scientifique organisée en collaboration avec le Théâtre du Capitole présentent un panorama européen de l’héritage shakespearien, du XVIIIe au XIXe siècle, dans le but de mieux cerner ce qui dans l’œuvre de Shakespeare a motivé l’inspiration du jeune Verdi.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Perceval/Parsifal, genèse et expansion d'une légende médiévale / Daniel Lacroix
 Sur les chemins du "Gral" entre raison et imagination : réécritures allemandes de la légende de "Parcival" (1750-1830) / Françoise Knopper
 Symbole, mythe et religion dans "Parsifal" / Jean-François Candoni
 Quelques "révélations parsifaliennes" portées par la littérature / Christophe Imperiali
 Debussy wagnérien : appropriation et règlement de compte dans les "Cinq poèmes de Charles Baudelaire" et "La Damoiselle élue" / Michel Lehmann
 La danse et "l'âme antique" au début du XXe siècle / Marie-Hélène Garelli
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (1) : une improbable archéologie / Michel Lehmann
 Chorégraphier avec et selon Nijinski, entre Antiquité et (hyper)-modernité. Perspectives théâtrales et dramaturgiques d’après "Le Spectre de la rose", "Petrouchka" et "L’Après-midi d’un faune" / Flore Garcin-Marrou
 Promenades à travers les opéras inspirés de l’antiquité au début du 20e siècle en Europe / Walter Zidaric
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (2) : une ambivalence entre antique et exotique / Michel Lehmann
 Le Symbolisme entre Décadence et Surréalisme / François-Charles Gaudard
 "Dramaturgie négative" et modèle musical dans le théâtre de Maurice Maeterlinck / Pierre Longuenesse
 Opéras symbolistes et ramifications wagnériennes : enquête de styles chez Debussy, Dukas et Korngold / Michel Lehmann
 Le symbolisme sur les scènes allemandes : le cas de Max Reinhardt / Catherine Mazellier-Lajarrige
 Vsevolod Meyerhold, le modèle musical et la scène symboliste / Muriel Plana
 Introduction au mythe de "Carmen" / Christine Calvet, Mathilde Liffraud
 "Carmen" en chansons : entre drame et couleur locale / Michel Lehmann
 Regards français sur l'Espagne du XIXe siècle : enjeux politiques, intérêts économiques, curiosités culturelles / Philippe Foro
 Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles
 "España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann
 Le dénouement et le sens. Fin du jeu et jeux sur la fin dans le théâtre antique / Marie-Hélène Garelli
 Le tragique au Grand Siècle depuis les tragédies en musique de Lully / Yann Mahé
 « È morta ! » : formules spectaculaires de chute de rideau dans l’opéra italien de Verdi à Puccini / Michel Lehmann
 La destinée des personnages et la fin du spectacle. Dénouements / Michel Lehmann
 Opéra et parabole : Britten, Vaughan Williams et Stravinsky / Gilles Couderc
 Verdi, l'autre Shakespeare : "Macbeth", une collaboration au-delà des siècles / Nathalie Rivère de Carles
 The national Bard : la canonisation de Shakespeare en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle / Xavier Cervantès
 Macbeth de Verdi-Piave : une histoire à "dormir debout", en Italie sur fond de lutte patriotique en plein Risorgimento / Walter Zidaric
 Quand Verdi met en scène Macbeth : partition ou action musicale ? / Michel Lehmann
 Zémire et Azor de Grétry : renouveler l'expression des passions à travers le conte / Julien Garde
 De l'effroi à l'émerveillement : effets de style ou effets de manche dans la musique pour ballet de Tchaïkovski ? / Michel Lehmann
 Entre sources allemandes et françaises, l'inspiration première des ballets de Tchaïkovski / Walter Zidaric
 Genre, sexualité, politique : le corps du conte sur la scène chorégraphique contemporaine / Muriel Plana
 Le "Pinocchio" de Joël Pommerat : du conte à l'opéra / Pierre Longuenesse
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte