Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

La modernité : une greffe difficile sur le "grand village" / Pierre Weidknnet


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/la_modernite_une_greffe_difficile_sur_le_grand_village_pierre_weidknnet.5913?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

La modernité : une greffe difficile sur le "grand village" / Pierre Weidknnet

La modernité : une greffe difficile sur le "grand village. Pierre WEIDKNNET. In colloque "Conservation, restauration de l'architecture du Mouvement Moderne : l'exemple de l'Université de Toulouse-Le Mirail de Georges Candilis" organisé par l'Université de Toulouse II-Le Mirail en partenariat avec les universités de Rennes 2 et Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Université Toulouse II-Le Mirail / Musée Les Abattoirs, 8-10 avril 2010.

Pierre Weidknnett contextualise la construction de l'université du Mirail dans la politique urbaine de Toulouse, ce "grand village (selon l'appellation de l'historien Jacques Godechot) qui voulait se faire métropole. Au XVIIIe siècle, Toulouse est une ville "sainte, sotte et sale", placée au cœur d'une région agricole et préservant son centre ville. Les grands travaux urbains (quais, Grand-rond, canal de Brienne...) seront à l'initiative des États du Languedoc et de l'Intendant royal, tout comme la localisation de l'industrie aéronautique et chimique à Toulouse sera le fait de décisions d'État jusque dans les années 1950. Après la Libération, le 1er maire, Raymond Badiou, mènera une politique de maîtrise budgétaire dans une vision malthusienne de limitation de la croissance qui explique probablement la construction en zone périphérique de manière un peu anarchique excepté à Colomiers qui sera appréciée à postériori comme une réussite. A cette période, le cas de Toulouse n'est pas isolé car à l'échelle nationale prévaut la doctrine "du graviérisme", de Jean-François Gravier, pour un développement des campagnes et ce malgré l'exode rural vers les villes et notamment Paris. En 1960, le PADOG ( Plan d'aménagement et d'organisation générale de l'agglomération parisienne) publie un aménagement de l'Ile-de-France avec pour sous-titre "Paris ne doit pas croître" et c'est dans ce contexte que Toulouse va devenir métropole d'équilibre. En 1958, la nomination du nouveau maire de Toulouse est une rupture en matière de développement urbain dans l'idée d'une croissance nécessaire de la ville face aux mutations des modes de vie qui s'imposent à elle et dans le cadre concurrentiel du Marché commun naissant. Dès lors et pour une durée d'une dizaine d'années, une grande politique d'infrastructure va simultanément mener un aménagement du centre ville (pénétrante des allées Jean Jaurès notamment) avec la construction de la ville nouvelle du Mirail dans laquelle prendra place naturellement l'université au demeurant dans l'objectif supplémentaire de renvoyer les étudiants vers la banlieue. Le Mirail est un nouveau centre à côté de la ville ancienne comme en ont été construit dans les pays d'Europe de l'Est à la même période, à ceci près qu'il n'y est pas tout à fait juxtaposé comme dans ces pays et que le rapport modernité et patrimoine n'y est pas identique. Une troisième période, celle du maire Pierre Baudis, dont la campagne électorale s'est faite sur le Mirail et sur la politique urbaine, enclenche une dynamique de réhabilitation et un processus de gentrification du centre ville. C'est le moment où le mot Mirail disparaît du vocabulaire au profit de "centre régional".

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Faut-il reconstruire le campus de l'Université du Mirail ? / J.-M. Minovez (lu par Luce Barlangue)
 Introduction à la notion de conservation-restauration de l'architecture / Catherine Compain-Gajac
 Toulouse-Le Mirail, son université... une empreinte emblématique des "modernes" / Gérard Huet
 Le Mirail : du château à l'Université, XVIIe-XVIIIe siècle / Pascal Julien
 Projet de réhabilitation de la caserne de pompiers de la Benauge à Bordeaux / Mathieu Lebecq
 Contexte politico-économique, social et architectural de la construction de l'UTM / Danièle Voldman
 Université du Mirail : système hautement flexible dans un monde de mobilité / Rémi Papillault
 Les monuments domestiques pour le plus grand nombre : une autre histoire / Daniel Pinson
 Les 50 ans des Escanaux à Bagnols sur Cèze / Laurent Duport (texte lu par Catherine Compain-Gajac)
 Réhabilitation de la caserne des pompiers la Benauge : dialogue entre Marc Saboya et Mathieu Lebecq
 Quand l'Université Toulouse-Le Mirail dialogue avec l'art / Isabelle Alzieu
 L'architecture à Toulouse (1945-1975) : une modernité en marge / Jean-Loup Marfaing
 Briey-Nancy 1955-1975: patrimoine rebelle du logement social et de l'expérimentation/ Joseph Abram
 Expériences de réhabilitation dans des réalisations de l'agence Candilis en PACA / Sylvie Denante
 Schéma directeur-schéma d'aménagement : dynamiques d'un projet controversé / Nicolas Golovtchenko
 Enjeux et pratiques de la protection du patrimoine du XXe: témoignage de la COREPHAE/ Gérard Monnier
 Inscription de l'oeuvre de Le Corbusier au Patrimoine Mondial : nature et enjeux / Gilles Ragot
 Les grands ensembles "au pied du mur" : l'exemple de la Seine-Saint-Denis / Benoît Pouvreau
 L'architecture moderne à Bordeaux / Marc Saboya
 Une agence à fonctionnement collégial / Bénédicte Chaljub
 Les actions de Docomomo France pour la sauvegarde du patrimoine Moderne en France / Agnès Cailliau
 Conservation, restauration de l'architecture du Mouvement moderne : conclusions du colloque
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte