Conférence

Wilderness et sanctuarisation au regard de l'histoire de l'environnement : de la sacralisation du patrimoine naturel à la révélation du patrimoine culturel / Jean-Paul Métailié

Réalisation : 27 mars 2015 Mise en ligne : 27 mars 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Wilderness et sanctuarisation au regard de l'histoire de l'environnement : de la sacralisation du patrimoine naturel à la révélation du patrimoine culturel / Jean-Paul Métailié, in Journée d'études "Espaces sanctuarisés aux États-Unis - Visions of American Sanctuaries", organisée, sous la responsabilité d'Aurélie Guillain, par le laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS, axe "Poéthiques") de l'Université Toulouse Jean Jaurès, 27 mars 2015. * Illustration : "Jupiter terraces" (Mammoth Hot springs-Yellowstone), peinture de Thomas Moran, 1893.

Cettejournée d'études se propose d'étudier les zones qui ont pu être désignées commedes “espaces sanctuarisés” aux Etats-Unis, soit parce qu'elles ont fait l'objetde certaines mesures de protection les soustrayant à la logique de la propriétéprivée et de la libre exploitation des ressources naturelles (dans le cas desparcs nationaux par exemple), soit parce qu'elles ont été considérées par desécrivains nord-américains comme le lieu privilégié où peuvent s'exprimer desvaleurs religieuses ou spiritualistes. Le terme “sanctuarisé” connote ici une visionsinon religieuse, du moins sacralisante, d'un espace où se manifeste unehétérogénéité fondamentale : d'une part, l'espace profane, de l'autre, l'espacesacré que des interdits spécifiques viennent protéger de l'espace profane et deses logiques propres.

Dansla deuxième moitié du dix-neuvième siècle, l'expansion territoriale desEtats-Unis s'est accompagnée de la création de parcs nationaux qui permettaientd'empêcher la surexploitation des ressources naturelles du continent, maisaussi de préserver la possibilité même, pour les citoyens des Etats-Unis, d'êtreexposés à un environnement naturel perçu comme un espace peu modifié par l'êtrehumain – et ainsi de préserver une “relation originelle” avec le monde. Pourcertaines figures fondatrices telles que John Muir, la référence consciente àla vision émersonienne de la “Surâme” se mêle à une version personnelle dumysticisme chrétien et de la fonction sacramentelle de la rencontre avec la Nature.Muir s'inspire également de l'exemple de Thoreau, qui prône non seulement lacréation d'espaces protégés de la convoitise privée, mais aussi une certaineattitude éthique et scripturaire devant le lieu naturel habité. Lorsque les écrivains nord-américainscontemporains décrivent tel lieu sous les espèces d'un espace sanctuarisé, iln'est pas rare de percevoir des échos intertextuels avec les textes de Thoreau,et le désir d'inscrire dans le langage l'expérience du numineux.

Cependant,des débats récents ont mis en avant les diverses limites qui peuvent êtreassociées aux notions connexes d'“espace sanctuarisé”, de nature sauvage et de“wilderness”. Certains auteurs ont suggéré que le terme de sanctuaire connotaitune vision européanocentrique des lieux qui tendrait à compartimenter l'espaceaussi bien que l'expérience (Hultkrantz, Hugues & Swan). Dans d'autresdébats récents, qui portent sur les stratégies de protection de labiodiversité, la notion même d'espace sanctuarisé a pu être critiquée en faveurd'une conception plus intégrée de la protection des espèces. Mais, avant tout,c'est l'espace sauvage monumentalisé des parcs nationaux américains qui a pufaire l'objet de critiques (Cronon) et même de traitements satiriques, dans la mesureoù l'image fabriquée d'une nature intacte peut revêtir une fonction rassuranteet anesthésiante dans le débat écologique et détourner l'attention desgéographies locales au profit de l'image mythifiée d'un paysage national(Lopez).

L'objectifde cette journée d'études est donc double : se pencher sur la manièresingulière dont l'expérience du numineux peut continuer de s'inscrire dans lestextes des écrivains nordaméricains, mais proposer également de faire lepoint sur les réflexions philosophiques, historiques et géographiques quiproblématisent la notion même d'espace sauvage sacralisé.

Chapitres
    Intervenants
    Thèmes
    Notice
    Langue :
    Français
    Crédits
    Jean JIMENEZ (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
    Conditions d'utilisation
    Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
    Citer cette ressource:
    UT2J. (2015, 27 mars). Wilderness et sanctuarisation au regard de l'histoire de l'environnement : de la sacralisation du patrimoine naturel à la révélation du patrimoine culturel / Jean-Paul Métailié. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/86685. (Consultée le 7 août 2022)
    Contacter
    Documentation

    Bibliographie de la Journée d’études "Espaces sanctuarisés aux Etats-Unis / Visions of American Sanctuaries", Université Toulouse Jean Jaurès, 23 mars 20115

    BESSON, Françoise, GUILLAIN, Aurélie, HARDING, Wendy (2016). La planète en partage / Sharing the Planet, Caliban, 55,  300 p.

    LARRÈRE, Catherine, LARRÈRE, Raphaël (2015). Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, Éditions La Découverte, coll. Sciences humaines, 280 p.

    MÉTAILIÉ Jean-Paul, GALOP, Didier (2015). Géographie et écologie historique : la longue durée éco-historique de l’environnement, un outil pour la connaissance de la biodiversité contemporaine, in  Mathevet R., Godet L. (dirs), Pour une géographie de la conservation. Biodiversités, natures et sociétés, Paris, Éditions L’Harmattan, chap. 14, 287-304.

    HURAND, Bérengère, LARRÈRE, Catherine (dirs) (2014). Y a-t-il du sacré dans la nature ?. Paris, Publications de la Sorbonne, 182 p.

    FIGUEIREDO, Yves (2014). Frederick Law Olmsted et le park movement américain. Neuilly, Éditions Atlande, 221 p.

    HARDING, Wendy (2014). The Myth of Emptiness and the New American Literature of Place. Iowa City, University of Iowa Press, 258 p.

    MUIR, John [1997] (2014). Un été dans la Sierra. Trad. Béatrice Vierne. Paris, Éditions Hoëbeke, 240 p.

    WILLIAMS, Michael, LOWENTHAL, David, DENEVAN, William M. (2014). To pass on a good earth: the life and work of Carl O. Sauer. Charlottesville, University of Virginia Press, 252 p.

    FIGUEIREDO, Yves (2013). Vers une approche environnementale de l’Ouest nord-américain : l’apport de John Wesley Powell, in George-Henry Laffont et al (dir.), L’espace du nouveau monde, mythologies et ancrages territoriaux, Presses Universitaires de Rennes, 131-145.

    BLIN, Marie-Christine (2013). Art et écologie dans l'Amérique du dix-neuvième siècle, 1820-1890 : artistes pionniers et exploration visuelle. Thèse de doctorat en Civilisation américaine, Université du Havre, 596 p.

    MAYER, Franck [1958] (2013). Tueur de bisons / The Buffalo Harvest. Traduit en français par Frédéric Cotton. Toulouse, Éditions Libretto, 112 p.

    SPECQ, François (2012). Henry David Thoreau et l’intraduisible du réel, Études anglaises, 65, 3/2012, 315-330.

    SUBERCHICOT, Alain (2012). Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée. Paris, Honoré Champion, 274 p.

    FIGUEIREDO, Yves, GRANGER, Michel Granger, PUGHE, Thomas (dirs) (2011). De la nature à l’environnement, Revue Française d’Études Américaines, 129, 128 p. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2011-3.htm].

    LURIA, Sarah (2011). Thoreau’s geopoetics, in Michael Dear, Jim Ketchum, Sarah Luria et al. (eds) GeoHumanities : Art, History, Text at the Edge of Space. New York, Routledge Publisher, 126-38.

    LARRÈRE, Catherine (2010). Les éthiques environnementales, Natures Sciences Sociétés, 4, vol. 18, 405-413. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2010-4-page-405.htm].

    GOLDFARD, Hiliard T.  (dir.) (2009). L’Amérique grandeur nature. Peinture et photographie des paysages américains et canadiens de 1860 à 1918 [catalogue d’exposition Musée des Beaux-Arts de Montréal, 18 juin- 27 septembre 2009]. Paris, Éditions Somogy, 324 p.

    BLANC, Nathalie, CHARTIER, Denis, PUGHE, Thomas, (2008). Littérature & écologie : vers une écopoétique, Écologie & politique, 36, 2/2008, 15-28. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2008-2-page-15.htm].

    SPECQ, François (2008). Henry D. Thoreau et la naissance de l'idée de parc national, Écologie & politique, 36, 2/2008, 29-40. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique1-2008-2-page-29.htm].

    FIGUEIREDO, Yves (2008). Du territoire au patrimoine : une histoire politique et culturelle des parcs nationaux américains, Cahiers de la Compagnie du Paysage, 5, 165-178.

    BERQUE, Augustin (2008). La Pensée paysagère. Paris, Éditions Archibooks, 111 p.

    FIGUEIREDO, Yves (2007). Inventing Yosemite Valley: National Parks and the Language of Preservation, in “U.S. Parks and Protected Areas”,  Historical Geography, 35, 12-37.

    AFEISSA, Hicham Stéphane (dir.) (2007). Éthique de l’environnement. Nature, valeur, respect. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, coll. Textes clés, 384 p.

    LARRÈRE, Catherine (2006).  Éthiques de l'environnement, Multitudes, 24, 1/2006, 75-84. [En ligne : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2006-1-page-75.htm].

    FIGUEIREDO, Yves (2006). Aux sources du débat écologique contemporain : l’expérience américaine, Revue Française d’Études Américaines, 102, 69-82.

    LOPEZ, Barry, GWARTNEY, Debra (dirs) (2006). Home Ground: Language for an American Landscape. Trinity University Press, 608 p. [rééd. 2011].

    SPECQ, François (2005). Se perdre de vue dans ce que l'on voit : le Journal de H. D. Thoreau et l'écriture de la nature, Revue française d’études américaines, 106, 4/2005, 8-18.

    GRANGER, Michel, Thomas PUGHE (dirs) (2005). Écrire la nature, Revue Française d’études américaines, 106, décembre 2005, 128 p.

    GOUSSOT, Michel (2004). Espaces et territoires aux États-Unis. Paris, Éditions Belin, coll. Belin Sup Géographie, 240 p.

    BAK, Hans, HÖLBLING Walter W. (ed.) (2003). Nature’s Nation" Revisited : American Concepts of Nature from Wonder to Ecological Crisis. Amsterdam : VU University Press, 478 p.

    SUBERCHICOT, Alain (2002). Littérature américaine et écologie. Paris, Éditions L’Harmattan, 258 p.

    EHRLICH, Gretel (2000). John Muir: Nature's Visionary. Washington D.C., National Geographic Society, 240 p.

    FARAGO, France (2000). La Nature. Paris, Éditions Armand Colin, Coll. U Philosophie, 224 p.

    ANDERSON, Lorraine, O’GRADY, John P., SLOVIC, Scott (eds) (1999). Literature and the Environment: A Reader on Nature and Culture. New York, Longman Publishing [rééd Pearson, 2013].

    LARRÈRE, Catherine (1997). Les philosophies de l'environnement. Paris, Presses Universitaires de France, 124 p.

    ROGER, Alain (1997). Court traité du paysage. Paris, Éditions Gallimard, Coll. Bibliothèque des Sciences humaines, 216 p.

    CRONON, William (1996). Uncommon Ground: Rethinking the Human Place in Nature. New York, W. W. Norton & Co., 560 p.

    HALES, Peter B. (1996). William Henry Jackson and the Transformation of the American Landscape. Philadelphia, Temple Univerty Press, 355 p.

    DENEVAN, William M. (1992). The Pristine Myth: The Landscape of the Americas in 1492, Annals of the Association of American Geographers, 3, vol. 82, 69-385. [En ligne : https://www.uvm.edu/~cemorse/geography050/Denevan,%20Pristine%20Myth.pdf].

    HUGHES, J. Donald, SWAN, Jim (1986). How Much of the Earth Is Sacred Space?, Environmental Review, 4, vol. 10, Winter 1986, 247-59.

    NASH, Roderick Frazier  (1967). Wilderness and the American Mind. NewHaven (CT), Yale University Press, 425 p. [rééd. 2014].

    Le Wilderness Act (1964). États-Unis, loi du 3 septembre 1964. [En ligne : http://www.wilderness.net/index.cfm?fuse=NWPS&sec=legisAct].

    Dans la même collection

    Avec les mêmes intervenants

    Sur le même thème