Conférence

Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises : un récit du métissage qui en cache un autre / Stéphanie Mulot

Réalisation : 15 octobre 2014 Mise en ligne : 15 octobre 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises : un récit du métissage qui en cache un autre / Stéphanie Mulot, in colloque "Les Amériques noires : identités et représentations", organisé par le Pôle Sud-Ouest de l'Institut des Amériques, l'Institut de recherche et études culturelles (IRIEC), l'Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse (IPEAT) et le laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS), Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, 15-18 octobre 2014. Thématique 4 : Récits identitaires.

Un débat virulent sur la place de l'esclavage dans l'histoire coloniale anime le discours public aux Antilles françaises. Diverses stratégies mémorielles témoignent des différentes affiliations choisies par les acteurs contemporains. L'analyse d'un mythe présent dans l'imaginaire antillais -celui du viol fondateur- permet de montrer que le rapport à l'histoire bute sur des nœuds mémoriels qui entretiennent les représentations du trauma originel et enferment les acteurs contemporains dans des conflits fratricides. La représentation de l'origine du métissage et de la population née dans l'esclavage dans un viol s'oppose à l'idée de rencontres sexuelles désirées. L'analyse de ces deux scénarii montre que de telles représentations inhibent la construction d'une mémoire réconciliée, aux composantes multiples, alors que le processus de créolisation a pourtant contribué à la diversification des affiliations identitaires possibles.

Intervenant
Thème
Notice
Langue :
Français
Crédits
Claire SARAZIN (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication), Stéphanie Mulot (Intervenant)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource :
Stéphanie Mulot. UT2J. (2014, 15 octobre). Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises : un récit du métissage qui en cache un autre / Stéphanie Mulot. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/78273. (Consultée le 29 janvier 2023)
Contacter
Documentation

MULOT, Stéphanie (2009). Redevenir un homme en contexte antillais post-esclavagiste et matrifocal, Autrepart, 49, 1/2009, 117-135. [En ligne : www.cairn.info/revue-autrepart-2009-1-page-117.htm].

BERNAND, Carmen (2008). Celles par qui les métissages arrivent, Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 27, 101-113. [En ligne : http://clio.revues.org/7432].

MULOT, Stéphanie (2007). Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises, Ethnologie française, 3, vol. 37, 517-524. [En ligne : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ETHN_073_0517].

DORLIN, Elsa, PARIS, Myriam (2006). Genre, esclavage et racisme : la fabrication de la virilité, Contretemps, 16, 96-105.

COTTIAS, Myriam (2001). La séduction coloniale. Damnation et stratégie des femmes antillaises (XVIIe-XIXe), in Cécile Dauphin, Arlette Farge, Séduction et sociétés. Approches historiques, Paris, Éditions du Seuil, 125-140.

MULOT, Stéphanie (2000). Je suis la mère, je suis le père ! : l’énigme matrifocale. Relations familiales et rapports de sexe en Guadeloupe. Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie sous la direction de Maurice Godelier. Paris, EHESS, 413 p. [En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00266923v2/document].

GRACCHUS, Fritz (1980). Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines. Paris, Éditions caribéennes, 358 p.

> Voir aussi la bibliographie générale, à télécharger, dans l'onglet "Documents".

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème