Conférence

L'influence de l'environnement sur la violence - Le passage à l'acte

Réalisation : 16 novembre 2012 Mise en ligne : 16 novembre 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Sujets de réflexions et débats du vendredi 16novembre 2012 :

Ouverture :

-Michel Hamon, scientifiqueConnaissance neurobiologique de l’agressivité à partir des modèles animaux Thème 1 :L’influence de l’environnement sur la violence -Laurent Bègue, psychologue Alcool et violence -Isabelle Sommier, politologue Les processus de radicalisation ; le passage de la question du pourquoi et celle du comment  -Marc Bourgeois, psychiatreLa violence en milieu carcéral Thème 2 : Le passage à l’acte -Jacques Semelin, politologue Le passage à l’acte de massacrer -Michel Goya, militaire La violence légitime vue par un de ses porteurs

-Bertrand Deputte, éthologiste

L’agression chez les vertébrés supérieurs : expression et fonction

Une initiative des Associations Université de tous les savoirs (UTLS) et Innovation et Psychiatrie (iPSY)Un groupe de réflexion « VIOLENCES », pourquoi ?

La violence, individuelle ou collective, organisée ou "sauvage", avec ou sans discours accompagnateur,  réelle ou représentée, fait partie de la vie des sociétés.Celles-ci l'organisent, l'utilisent, la circonscrivent, la traitent, la préviennent – en bref la gèrent. Cette gestion a été, selon les époques, plus ou moins perfectionnée et plus ou moins réfléchie et théorisée.De nombreux spécialistes, au sein de disciplines diverses, s'attachent aujourd'hui à la connaître. Un savoir de la violence existe dans presque tous les domaines: psychologie, psychiatrie, éthologie, sociologie, neurologie et fonctionnement cérébral, art de la guerre, théorie du conflit, histoire, théorie politique, droit, etc., etc. Ce savoir est toutefois de plus en plus spécialisé aussi bien en termes d'organisation académique que pour les besoins de l'action sociale qui se sectorise en même temps qu'elle se perfectionne.Il nous a semblé qu'il serait bon de faire se rencontrer et communiquer les spécialistes et les disciplines de manière, d'une part, à ressaisir un regard généraliste et, d'autre part, à enrichir les recherches par la mise en relation des approches. Il y a aujourd'hui une fermeture des domaines les uns sur les autres qui ne relève pas de la prétention à, chacun, détenir la vérité, mais de l'activité d'investigation et des besoins de l'action eux-mêmes, souvent placés sous le signe de l'urgence.Mais sans doute un dénominateur commun existe. Sans prétendre savoir lequel et sans prétendre à son caractère opératoire, il est nécessairement utile de tenter de le circonscrire. Il est tout aussi évident qu’un même savoir mesuré au travers de perspectives différentes doit être partagée, voire conceptualisé en commun. Yves Michaud, philosophe 

Fondateur de l’Université de tous les savoirs                                                       

  Franck Bayle, psychiatreprésident de l’association innovation et psychiatrie

Prochains sujets de réflexions et débats prévus pour la réunion duvendredi 8 février 2013 :

-Laviolence et les médias

-Jugeret gérer la violence

Liste des personnalités participant au groupe de réflexion « VIOLENCES »Le groupe de réflexion « VIOLENCES » est à l’initiative d’Yves Michaud, philosophe, directeur de l’Université de tous les savoirs et de Franck Baylé, psychiatre (Hôpital Sainte-Anne), professeur à l’Université Paris Descartes.Sujets de réflexion : "L’influence de l’environnement dans la violence" et  "Le passage à l’acte"- Olivier Abel, théologien, philosophe- Anne-Claude Ambroise-Rendu, historienne- Stéphane Audoin-Rouzeau, historien- Laurent Bègue, psychologue- Jacques Bouchez, médecin- Marc Bourgeois, psychiatre- Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre, psychanalyste, éthologue- Patrice Davost, magistrat- Bertrand Deputte, éthologiste- Michel Goya, militaire- Michel Hamon, scientifique- Michela Marzano, philosophe- Jean-Dominique Merchet, journaliste, spécialiste de la guerre- Kostas Nassikas, psychiatre, psychanalyste, responsable de la maison des adolescents du Rhone- Frédéric Péchenard, délégué interministériel à la sécurité routière- Chantal Roussy, vice présidente de l’Unafam- Jacques Sémelin, politologue- Isabelle Sommier, politologue- Emmanuelle Titeux, vétérinaire- Paul Valadier,théologien,philosophe

- Vanessa Wisnia-Weill, psychologue

Chapitres
    Thèmes
    Notice
    Langue :
    Français
    Crédits
    UTLS - la suite (Réalisation)
    Conditions d'utilisation
    Droit commun de la propriété intellectuelle
    Citer cette ressource:
    UTLS. (2012, 16 novembre). L'influence de l'environnement sur la violence - Le passage à l'acte. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/43993. (Consultée le 20 mai 2022)
    Contacter
    Documentation

    Groupe de réflexion « VIOLENCES »
    Compte rendu de la réunion du 16 novembre 2012 de 11h à 18h
     

    Groupe d'étude sur la violence (Franck Baylé et Yves Michaud) Séance du 15/6/2012


    Étaient présents Isabelle Sommier, Jacques Sémelin, Pierre Davost, Laurent Bègue, Paul Valadier, Anne-Claude Ambroise-Rendu, Michel Goya, Kostas Nassikas, Emmanuelle Tileux, Marc Bourgeois, Chantal Roussy, Michel Hamon, Jacques Bouchez, Frank Baylé et Yves Michaud.

    Jean-Dominique Merchet est arrivé assister à la seconde partie de la séance.

     

    La séance commence par une intervention de Franck Baylé. Partant de son expérience de psychiatre ayant affaire à des malades potentiellement ou réellement violents, des savoirs du psychiatre sur l'agressivité et l'impulsivité, sur le rôle de la sérotonine et les effets des traitements de la violence, il dit son besoin de comprendre à partir des connaissances élaborées dans d'autres disciplines les phénomènes de violence. Il indique sa perplexité en ne retrouvant pas ses propres modèles d'interprétation quand il est question de violence sociale ou collective et son besoin de partager les approches.

     

    Il est ensuite procédé à un tour de table où chacun se présente, indique sa spécialité et les sujets et thèmes qui aujourd'hui lui paraissent importants.

     

     

     

    Isabelle Sommier s'intéresse au passage à la violence politique et aux mouvements sociaux radicaux. Elle étudie les processus de radicalisation.

    Son sujet d'actualité est le passage à l'acte armé, par exemple avec le phénomène des loups solitaires, ou encore le durcissement de l'action des groupes de jeunes et celui des relations de genre.

    On voit apparaître des groupes de filles ayant les comportements de bandes de garçons. Elle constate, comme nombre de ses collègues, l'abandon des perspectives structurales sur les déterminants lourds de la violence à l'étude de parcours de vie individuels et personnels, qui se situe à un niveau microsociologique.

     

    Jacques Sémelin, politologue, CNRS et Sciences-po s'intéresse lui aux génocides et aux violences de masse.

    Son thème et l'étude des processus de criminalité de masse avec en particulier un questionnement sur le passage à l'acte. Quels que soient les apports des approches pluridisciplinaires, il demeure quelque chose d'incompréhensible: le passage à l'atrocité de masse. Jacques Sémelin se pose aussi des questions sur l'appréhension de la notion de violence. Beaucoup de spécialistes parlent de violence sans attacher la même signification. Dans ces conditions il devient difficile de communiquer. Son intérêt va aussi aux sociétés d'aujourd'hui, au sentiment d'inquiétude et d'imprédictibilité qui y règne, avec la possibilité de basculement dans des phénomènes sociaux destructeurs, que ce soit le terrorisme ou des phénomène sociaux destructeurs dont on n'a pas d'idée. Il rappelle que les groupe d'étude Peyrefitte sur la violence a déjà été en relation avec une grande crise économique.

     

    Patrice Davost est procureur à la cour d'appel de Toulouse, avec une longue expérience de magistrat confronté à la violence, que ce soit comme juge d'instruction ou procureur.

    Ce qui frappe aujourd'hui les procureurs, ce sont les violences intrafamiliales, conjugales, les violences contre les personnes âgées, les violences sexuelles. 8 % de la part globale de la criminalité est constitué de violence contre les personnes. Comment prévenir ? Comment traiter ? Comment déceler les états dangereux chez les individus ? Comment aussi traiter la violence en général?

     

    Laurent Bègue est spécialiste de psychosociologie expérimentale. Il s'est intéressé particulièrement aux facteurs impliqués dans l'agression, notamment au rôle de l'alcool dans les comportements violents et encore à l'influence des images violentes sur le comportement humain. Il note le polymorphisme de la violence, qui déjoue les approches spécialisées et rend indispensables les approches transversales. Une de ses préoccupations actuelle concerne à quoi peut ressembler une société non-violente et ce que peut être une justice restauratrice. La question fondamentale pour lui il serait en amont : que pourrait être une culture de la non-violence?

     

    Paul Valadier est jésuite, professeur émérite de philosophie politique et morale. Comment trouver des moyens de surmonter la violence des individus et des groupes ? La violence, a-t-on souvent expliqué, est lié à des structures économiques et sociales et si celles-ci venaient à être transformées, la violence disparaîtrait. C'était la promesse de sociétés de réconciliation. En fait, on a du constater que dans beaucoup de cas, c'est au nom du bien et de la justice qu'on a déchaîné la pire violence. Il y a des gens qui veulent le mal mais c'est souvent au nom du bien. Il s'intéresse aussi à la violence comme réalité plastique qu'on a tendance à identifier à des structures mais qui peut transformer n'importe quelle sphère de l'existence. Il est toujours dangereux de la situer dans un lieu déterminé.

    La question actuelle pour lui serait celle des divers fondamentalismes et des extrémismes, y compris avec les populismes, comme expression politique de la violence. Il s'intéresse aussi à l'euphémisation courante et au politiquement correct qui font disparaître la violence.

     

    Anne-Claude Ambroise-Rendu est historienne. Elle s'est intéressée d'abord à la violence dans les médias, aux faits divers et à la criminalité et notamment aujourd'hui à la criminalité sexuelle contre les enfants. Elle s'est intéressée à l'influence des médias. Trois questions lui viennent: 1) la montée en puissance de cette question de la violence dans l'espace public et son lien avec l'appareil médiatique ; 2) la difficulté des historiens à se prononcer sur la question y a-t-il ou non augmentation ou diminution de la violence ? 3) Et enfin le lien entre violence criminelle et contexte économique et social, la crise économique ne lui paraissant pas la seule réponse possible.

     

    Michel Goya est soldat depuis 32 ans. Après avoir été dans les troupes opérationnelles et en situation de combat, il est devenu analyste et historien des conflits actuels. Il appartient par métier à la catégorie des porteurs de force, ce qui pose la question de l'utilité de la violence et du microphénomène guerrier. Comment évolue-t-on dans cette bulle de violence? Pour un militaire, il y a aujourd'hui un étonnant sentiment de "déviolentisation" de la société. Un soldat tué devient aujourd'hui une victime. On voit des victimes, on ne voit plus des héros. Aujourd'hui ceux qui sont décorés de la Victoria Cross, la plus haute distinction anglaise, sont en général des secouristes pas des combattants. Il est devenu honteux de tuer légitimement.

     

    Kostas Nassikas est pédopsychiatres. D'origine grecque, il a aussi connu la guerre civile et la dictature des colonels. Il s'intéresse à la violence sous des aspects particuliers chez les adolescents: violence liée au comportement alimentaire, à l'anorexie, aux grèves de la faim. Il s'intéresse au rapport entre oralité et violence, entre cannibalisme et grèves de la faim. Il s'intéresse aussi à la violence par apport en langage, au langage en tant qu'il devient aussi un moyen de violence, détruisant alors toute autre possibilité de langage. Il s'interroge aussi sur le rapport de principe entre la violence Bia et la vie Bios chez les anciens Grecs. Il est dit que Polemos est le père de tout, mais il y a différentes sortes d'ennemis. Il y a l'ennemi traditionnel, le concurrent, qui vous oblige à vous dépasser dans la compétition et qui reste extérieur et puis il y a l'ennemi qui est un ancien ami, un ennemi intérieur en quelque sorte. Nassikas s'intéresse aussi au traumatisme qui détruit le langage, au passage à l'acte et des violences sur l'autre aux violences sur soi. Les personnes traumatisées sont soit violentes soit victimes ou encore elles pratiquent la violence sur elles-mêmes. Son intérêt va aussi à l'adolescence en tant qu'elle se libère des marquages familiaux mais en passant par d'autres marquages sociaux d'appartenance - appartenance à des bandes, marquage par des scarifications ou des tatouages. Pour lui, la question aujourd'hui est celle de l'articulation de l'individu à l'espace social, celle de l'inscription d'individus dans des bandes ou des groupes terroristes.

     

    Emmanuelle Titeux est vétérinaire, spécialiste du comportement animal et des violences faites aux animaux domestiques. Il y a des chiens battus, il y a des chats enfermés. La violence sur l'animal est en général corrélée à la violence intrafamiliale et, à l'inverse, on voit tenter aujourd'hui des expériences d'introduction d'animaux en milieu carcéral pour diminuer la violence. Titeux peut apporter les éclairages de l'éthologie sur des notions comme celles d'agressivité, d'agression, de prédateur, en soulignant que les animaux ne font pas preuve de violence au sens de cruauté.

     

    Marc Bourgeois est psychiatre. Il s'intéresse aux travaux sur la violence agressive chez les êtres humains, aux suicides violents en liaison avec un syndrome biologique. Il y a eu beaucoup de travaux sur la violence et l'agression à partir des données biologiques, mais la modestie demeure de mise. Il s'intéresse aussi aux évaluations psycho biologiques, au harcèlement et aux violences relationnelles, en s'étonnant du retard des pratiques d'évaluation par rapport aux examens psycho-biologiques. On demande au psychiatre d'expliquer les comportements agressifs mais les éléments d'un diagnostic scientifique sont absents ou peu nombreux.

     

    Chantal Roussy représente les associations de familles de malades mentaux. Elle s'intéresse à la stigmatisation des malades mentaux et de leur famille, et aussi aux violences verbales qui n'ont pas trouvé d'expression. Avec la séquence inexpression – enfermement – décompensation. Elle s'intéresse aux phénomènes de stigmatisation à travers la médiatisation de la violence des personnes suivies.

     

    Michel Hamon et neurobiologiste, spécialiste de la sérotonine depuis 1968. Il a été un des protagonistes de l'expertise collective de l'Inserm sur les troubles des conduites de l'enfant et de l'adolescent. Il s'inquiète plus aujourd'hui des violences sociétales que des violences individuelles. Pour ce qui est de ses sujets de recherche, il a travaillé sur l'isolement social et la séparation d'avec la mère, sur la modélisation des troubles comportementaux chez le rongeur. La séparation des petits de leur mère a des conséquences sur la maturation cérébrale. Cela engendre agressivité, angoisse, dépression, recherche de toxiques addictiogènes. Compte tenu du polymorphisme de certains gènes, il s'intéresse à la modélisation des interactions gènes environnement. À des moments critiques du développement cérébral il y a altération de l'expression de gènes dans la constitution des réseaux neuronaux. Il s'intéresse ainsi tout particulièrement à la genèse d'un comportement impulsif agressif au niveau d'un individu, en étudiant le rôle de l'embrigadement et du formatage du cerveau à des moments critiques qui ont ensuite des conséquences définitives. Comment la violence se construit-elle dans l'individu à l'intersection du patrimoine génétique et de l'environnement?

     

    Jacques Bouchez est psychiatre. Il est en charge de patients particulièrement difficiles soumis à l'enfermement et à l'exclusion. Il essaie de mettre en place une clinique différente d'un comportement particulier – la violence. Il s'intéresse ainsi aux troubles de l'attention et à l'hyperactivité, en regrettant que l'on ne mobilise pas encore les données fiables dont on dispose. Il rappelle aussi que la violence a été adaptative dans les comportements de l'homme des temps anciens. Il attend de ces rencontres un partage d'expérience et de définition.

     

    Jean Dominique Merchet est journaliste, spécialiste des questions militaires. Il s'intéresse au fonctionnement d'une institution dont la vocation est l'exercice de la violence. Comment ça fonctionne aussi bien dans l'histoire qu'au quotidien. Qu'est-ce qu'une institution en charge de la violence?

     

    S'agissant de l'organisation du travail pour les prochaines séances il se dégage un accord pour organiser un nombre limité de séances portant chaque fois sur des thèmes communs et transversaux. Les intervenants présenteraient de manière rapide leur point de vue de spécialiste de manière à alimenter échanges et discussions. Ceci permettrait à la fois de mettre en commun les compétences et de décloisonner les perspectives.

    Un certain nombre de thèmes sont alors identifiées:

    - l'influence de l'environnement et les facteurs de risques;

    - le clinicien et l'expertise;

    - le social et le territorial;

    - la définition de la violence et la définition de ses mécanismes en définissant le champ de conception de la violence;

    - les dispositifs de mise en scène de la violence

    - comment gérer la violence à partir de chacun des domaines considérés en évitant le déterminismes et le causalisme;

    - définir la violence en essayant de dissoudre les oppositions artificielles entre les approches;

    - le polymorphisme des formes de la violence, de ses lieux d'expression, les modalités de la violence;

    - la gestion de la violence et ses chiffres;

    - apprentissage et transformation de la violence en violence froide;

    - la question du genre et la violence des femmes;

    - la violence et le mal, la violence et son utilité.

     

    Il apparaît aussi qu'ont été laissées de côté les questions internationales, le droit d'ingérence, les tribunaux internationaux.

     

    A partir des thèmes recensés, quatre thèmes principaux semblent pouvoir être proposés pour donner lieu à des approches transversales:

    - violence, individu, environnement, facteurs de risques internes et externes, sociaux, territoriaux, psychologiques, génétiques;

    - définition et modalités de la violence: polymorphisme et lieux d'expression; passages à l'acte et embrigadement, utilité et expression;

    - violence, mise en scène, stigmatisation, médias

    - expertise, gestion sociale, statistique, traitement, contrôle, instrumentation.

     

    Il serait souhaitable que les participants indiquent leurs priorité et leurs intentions d'intervenir, étant entendu que l'on peut envisager 5 à 6 interventions courtes par séance, avec échange et discussion. Chaque séance commencerait à 11h, serait coupée d'un déjeuner sur place rapide et se terminerait vers 17h.

    La date de la prochaine séance serait le 16 novembre prochain.

     

    Il est demandé aux intervenants de manifester leurs préférences et leurs souhaits d'intervention. Eventuellement aussi d'apporter les corrections à ce compte-rendu qu'ils jugent indispensables, en n'étant pas trop longs.

     

    Yves Michaud le 7/7/2012


    Groupe de réflexion « VIOLENCES »<br>Réunion de 16 novembre 2012 de 11h à 18h
     
    Programme des interventions
     
    Ouverture :
    -Michel Hamon, scientifique
    Connaissance neurobiologique de l’agressivité à partir des modèles animaux
     
    Thème 1 :L’influence de l’environnement sur la violence
     
    -Laurent Bègue, psychologue
    Alcool et violence
     
    -Isabelle Sommier, politologue
    Les processus de radicalisation ; le passage de la question du pourquoi et celle du comment
     
     -Marc Bourgeois, psychiatre
    La violence en milieu carcéral
     
    Thème 2 : Le passage à l’acte
     
    -Jacques Semelin, politologue
    Le passage à l’acte de massacrer
     
    -Michel Goya, militaire
    La violence légitime vue par un de ses porteurs
     
    -Bertrand Deputte, éthologiste
    L’agression chez les vertébrés supérieurs : expression et fonction
     
    - Franck Bayle, psychiatre
    Impulsif ou perdu pour son époque ?

    Dans la même collection

    Sur le même thème