Canal-U

Mon compte
Archives audiovisuelles Langues et Cultures du Monde

Le Nian Gao, gâteau du nouvel an chinois


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/alcm/embed.1/le_nian_gao_gateau_du_nouvel_an_chinois.17832?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le Nian Gao, gâteau du nouvel an chinois

Le Nian Gao est un gâteau à base de farine de riz gluant qui est traditionnellement confectionné lors du nouvel an chinois. Cette recette de gâteau a différentes variantes mais a toujours une base de farine de riz gluant. Par exemple on peut faire ce gâteau salé ou bien sucré, on peut y ajouter des fruits confits ou encore le mettre dans une soupe. Cette pratique est très importante car lors du nouvel an chinois, les chinois rendent hommage aux dieux et aux ancêtres. Or le Nian Gao fait partie intégrante de ce qui doit être mis dans les offrandes pour les dieux et les ancêtres. Il semblerait que cette pratique existe depuis le temps de la dynastie Han (-207; +220JC). Cependant, depuis la dynastie Ming (1368-1644), ce gâteau est vendu tout au long de l'année même si il est évidemment bien plus mangé et confectionné lors du nouvel an du calendrier lunaire.

Si ce gâteau est très populaire c'est aussi grâce à sa signification. Il faut savoir que les chinois jouent beaucoup avec le son des mots. Nian Gao en chinois s'écrit ainsi : 年糕 , qui signifie gâteau de l'an. Or on pourrait aussi l'écrire 黏糕 qui signifie alors gâteau collant/glutineux (le gâteau est effectivement très collant) car le mot a exactement la même prononciation que celui-ci : 年糕. Enfin, toujours avec la même prononciation, on pourrait l'écrire 年高 qui signifie année haute. Pour les chinois, cette dernière signification est la plus importante car elle veut dire que l'année suivante sera meilleure que la précédente.


Les ingrédients :

  • Farine de riz gluant 300g
  • Sucre noir 200g (ou sucre roux)
  • Eau 240g
  • Une boîte de conserve de haricots rouges cuits sucrés


Lexique (par ordre d'apparition dans la vidéo) :

-年糕 nian gao = gâteau à base de farine de riz gluant

-春秋战国 chunqiu zhanguo = la guerre des printemps et automnes (-770 avant JC; -221 avant JC)

-伍子胥 Wu Zixu = nom d'un grand général et politicien pendant la période des printemps et automnes

-福建 Fujian : province du sud-est de la Chine

-红豆 hong dou = haricots rouges

-龙 眼 long yan = longane, fruit tropical

-黑糖 hei tang = sucre noir (sucre de canne très fort en goût)

-发糕 fa gao = gâteau généralement fait à base de farine de riz

-年夜饭 nian ye fan = repas du nouvel an chinois


  •  
  •  
    Date de réalisation : 1 Mai 2015
    Durée du programme : 18 min
    Classification Dewey : Culture et normes de comportement - Anthropologie sociale et culturelle, Cuisine, art culinaire
  •  
    Catégorie : Travaux pratiques, Entretiens, Clip pédagogique
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Arts, Langues, Littératures et Civilisations étrangères, Chinois, Civilisation chinoise, Langue et Littérature chinoise
    Collections : Civilisations et cultures du monde, Spectacles et événements culturels, Langues asiatiques, Asie
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français, chinois (mandarin)
    Mots-clés : histoire, tradition, art culinaire, civilisation chinoise, culture asiatique, gâteau du nouvel an chinois, recette, nian gao
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creatives Commons: "Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/" © SIMION Maÿlis, Etudiante CFI-L3 Chinois, INALCO, Paris, France, 2015 © LIN Yuting, Apprentie pâtissière, Ferrandi, Paris, France, 2015
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Le cinéma coréen et sa réception en France
 Le tatouage d'inspiration asiatique - Rencontre avec un tatoueur
 LA FABRICATION ARTISANALE DU OUD
 L'aïkido 合気道 l'harmonisation des énergies
 Le tarot divinatoire à Paris
 Paris, maison de la Haute Couture
 Le sport électronique : Une pratique nouvelle génération
 La gastronomie malaisienne pose ses couverts à Paris
 La tunique intemporelle du Vietnam : "Le áo dài"
 Témoignage de la vie paysanne à Velle-sur-Moselle en Lorraine Interview avec mon grand-père
 Le rouleau animé des Dix Rois des enfers chinois - Film d'animation 十殿阎罗 Ten Kings of Hell
 L'INFLUENCE DU JAZZ
 La voie du sabre - kendô 剣道
 La diversité culturelle et linguistique dans la résidence AEPP
 Hansik : L'art gastronomique coréen et ses règles de bienséance
 Taiko : De l'art du tambour
 La Kora : la harpe d’Afrique de l’ouest
 Le Nouvel An Lunaire Coréen - Seollal
 Entretien avec Dramé, couturier malien à Paris
 La danse traditionnelle coréenne vue par une danseuse de Busan
 La vie d'une danseuse indonésienne à Paris : entretien avec Anestesya Primadhini
 A la découverte de la danse traditionnelle coréenne ( 한국무용)
 Le Théâtre Picard "Chés Cabotans d'Amiens"
 Le Ta'arof, l'art de la politesse iranienne
 L'étude et la transmission du chinois à l'Inalco : entretiens au coeur du département "Etudes chinoises"
 L'Art de la Danse Orientale: une tradition à préserver
 Le p'ansori, chant traditionnel coréen
 Entretien sur la pratique d'un art martial indonésien : le Pencak-Silat
 La danse tahitienne en France
 Tangun : personnage historique ou mythique?
 KHAO TOM KHAI - Quelques rituels culinaires bouddhistes
 La calligraphie chinoise
 Les expatriés japonais en France : la sauvegarde de leur patrimoine
 Entretien avec Anup Singh à propos de son film Qissa
 Entretien sur une tradition d'Asie: le nouvel an lunaire à l'INALCO
 Vivre une double culture - Témoignage d'un couple métis
 Enjeux identitaires et esthétiques dans les pratiques de soins aux cheveux crépus en France
 Le kimchi : le plat incontournable des coréens
 Danses classiques indiennes
 Les onomatopées coréennes : une richesse linguistique
 La vie de métissage: Franco-Indonésienne
 La céramique coréenne : Un art traditionnel
 Danse classique khmère - Maison du Cambodge (Cité Universitaire, Paris)
 Meishin - Les superstitions japonaises
 Patrimoine traditionnel et pérennité de la musique Gnawa
 Le Maalouf Tunisien, la musique traditionnelle tunisienne arabe-andalou
 Le pèlerinage de Shikoku: entretien et témoignage d'un pèlerin japonisant
 Les catholiques chinois de Paris, métissages culturels et intergénérationnels
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte