Canal-U

Mon compte
Canal Archéo Montpellier

Le temple antique de Saint-Jean de Todon (Laudun L'Ardoise, Gard)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/asm/embed.1/le_temple_antique_de_saint_jean_de_todon_laudun_l_ardoise_gard.61955?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Canal Archéo Montpellier
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Le temple antique de Saint-Jean de Todon (Laudun L'Ardoise, Gard)

Une fouille programmée, menée de 2002 à 2012 sur l’église et le cimetière du prieuré rural clunisien de Saint-Jean de Todon (IXe s. à la fin du XIIIe s.), a découvert sous l’occupation médiévale, des vestiges d’un édifice cultuel antique presque totalement spolié. L’ensemble est situé sur l’éperon nord d’un plateau calcaire occupé par l’agglomération d’époque protohistorique et romaine connue sous le nom de « Camp de César ».

L’un des objectifs de la fouille était, dès l’origine du projet, de rechercher les liens possibles de l’édifice médiéval avec l’occupation antérieure. Aussi progressivement, la fouille a-t-elle tenté de mettre en évidence des restes de constructions qui précédaient le prieuré.

Ainsi à 8 m au sud de l’église, l’existence d’un petit édifice a été révélée par la présence de larges tranchées qui entament le rocher sur une surface rectangulaire de 53 m2. Le creusement dessine deux rectangles de largeurs inégales et de même longueur, unis par un long côté. L’ensemble orienté, avec la partie la plus étroite vers l’est, mesure 5,89 m sur 8,93 m. Ce plan renvoie à une forme connue dans le monde gréco-romain pour la fondation de temple sur podium. Sur l’emprise du bâtiment, la fouille a livré de nombreux déchets de taille dans le comblement des tranchées de fondation. Le remplissage des tranchées de récupération recèle lui des petits fragments de blocs taillés en calcaire gréseux, et notamment deux fragments moulurés. Les fragments de dalles de toiture en grès jaune sont aussi très abondants et encore en cours d’étude. En dehors de ce secteur, dès le début de la fouille des tas de pierres qui enserraient l’église et recouvraient son cimetière mais aussi lors de l’étude de l’architecture des murs et des tombes, un membre de l’équipe ayant participé, dans les années 1990, à l’étude du secteur « forum-basilique » situé à 380 m plus au sud, a identifié de multiples éléments en réemploi pouvant se rapporter à un édifice public. Il s’agissait de nombreux fragments de tuiles sciées en grès jaune, de grandes dalles semblables à celles mises au jour sur le forum et aussi de moellons à parement convexe bien dressé. Ces derniers ont dû être utilisés pour édifier des colonnes en maçonnerie d’un diamètre de 0,30 m, trois moellons pouvant suffire pour chaque assise d’une d’épaisseur variable.

L’ensemble des observations permet de restituer à Laudun, par comparaison avec d’autres édifices, un petit sanctuaire sur podium de type distyle in antis ou tétrastyle avec un escalier en façade indépendant des fondations.

Dans les tas qui résultent de l’effondrement des murs et des déblais des fouilles du XIXe s. de l’intérieur de l’église, deux fragments de statue en grès jaune ont été recueillis. Le premier assez grand est un haut-relief très altéré par l’érosion : une tête et des épaules se distinguent. Le second, en deux morceaux non jointifs, est une tête en ronde-bosse d’un sujet portant un capuchon. La pupille et le conduit auditif de l’oreille sont marqués par un trou de trépan et le départ du cou par un possible torque. Ces deux éléments peuvent se rattacher au sanctuaire antique ou à son environnement cultuel immédiat.

La datation du temple repose sur la présence des dalles de toiture en pierre sciée et des moellons en calcaire gréseux qui sont caractéristiques de l’époque tardo-républicaine. Une date obtenue par le radiocarbone sur un dépôt particulier, comprenant des restes humains, installé dans la tranchée de récupération orientale, montre que cette partie est entièrement spoliée avant le IIIe- IVe s. de notre ère.

À cette même période, à l’emplacement d’un angle du temple, une grande tombe isolée en coffrage d’un sujet adulte (statut privilégié ?) est mise en place à quelques mètres du dépôt précédent. Elle exerce une attraction funéraire notable puisqu’elle est entourée peu de temps après par quatre sépultures de très jeunes sujets immatures, alors qu’aucune autre tombe contemporaine n’est présente.

Le prieuré de Saint-Jean de Todon est démembré à partir du XIVe s. mais le vocable reste dans la toponymie assez longtemps avant d’être remplacé au XIXe s. par celui de Rousigues. Au XVIIIe s., un cippe antique inscrit, se trouvant dans l’église prieurale en ruine, était l’objet d’une pratique féminine de piété populaire à but curatif pour les enfants malades mais aussi pour guérir l’infertilité.


Communicants

  • Y. Ardagna (AMU)

  • A. Barbe (VIA)
  • D. Blanchard (VIA)
  • Th. Canillos (Mosaïques)
  • Th. Chazel (VIA)
  • V. Forest (INRAP)
  • D. Lallemand (VIA)
  • Y. Manniez (INRAP)
  • E. Pélaquier (UPV)
  • R. Pellé (INRAP)
  • H. Petitot (INRAP)
  • M. Seguin (MCC)
  • L. Vidal (INRAP)



Comité d'organisation

  • Sandrine Agusta-Boularot (UPVM et ASM)
  • Maryline Bovagne (Inrap Midi Méditerranée)
  • Stéphanie Raux (Inrap Midi Méditerranée)
  • Grégory Vacassy (Inrap)
  • Ghislain Vincent (Inrap)

Réalisation - Lambert Capron

  •  
  •  
    Date de réalisation : 26 Mai 2021
    Lieu de réalisation : Montpellier, Université Paul-Valéry, Montpellier III
    Durée du programme : 53 min
    Classification Dewey : Archéologie et préhistoire
  •  
    Catégorie : Colloques
    Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Archéologie
    Collections : Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. j.-C.)
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : culte
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Colloque international : Lieux de culte en Gaule du Sud et dans les provinces limitrophes (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C.) - Mot de bienvenue
 Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.). Bilan d’un programme et nouvelles perspectives pour l’étude des sanctuaires.
 La mise en place des panthéons civiques au lendemain des conquêtes dans les Trois Gaules.
 Modelli indigeni e tipologie centro-italiche nell’edilizia sacra dei territori transpadani e di alcune regioni limitrofe tra II sec. a.C. ed età giulio-claudia
 Le sanctuaire des Terrasses de Montfo à Magalas (Hérault).
 Le sanctuaire de la colline de l’Yeuse à Murviel-lès-Montpellier (34).
 Chaude, froide ou salée, de l’eau à profusion. Thermes et sanctuaires de l’agglomération antique de Balaruc-les-Bains (Hérault)
 Permanences et innovations dans les pratiques rituelles du pays de Martigues (IIe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.).
 Stips et sanctuaires dans les Alpes du Sud.
 Le temple de Clastre à Fox-Amphoux (Var). Une agglomération et un sanctuaire aux confins de la cité de Fréjus.
 L’aire de l’ex Hôtel Couronne : structures et rituels d’un lieu de culte à Augusta Praetoria (Aosta, Regio XI Transpadana).
 Nouvelles données sur le Grand Temple de la ville romaine de Luni (La Spezia, Italie).
 Un nuovo luogo di culto a Giove Eterno nelle valli bresciane, tra religiosità indigena e interpretatio Romana.
 Évolutions et transformations architecturales du temple central du lieu de culte ouest de la ville de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, 76)
 Les sanctuaires de Chassenon et Saint-Cybardeaux : nouvelles données sur le fait religieux en Charente à la lumière des dernières recherches
 Sanctuaires et émergence des villes. Le temple « de Janus » et le quartier de la Genetoye à Autun : perspectives sur un grand sanctuaire périurbain.
 Posters
 Urbanisation, gestes et dépôts rituels aux premiers temps d’Vcetia : le site de l’ancienne gendarmerie à Uzès (Gard).
 Différents témoignages de cultes domestiques et pratiques cultuelles à Nîmes durant le Haut-Empire.
 « Aedes Cereris in praediis » : temples et pratiques rituelles dans les villae de Gaule Lyonnaise.
 Les dieux indigènes et la naissance de la ville romaine : Le dieu Nemausus à Nîmes : épigraphie, topographie, iconographie, historiographie.
 Les inscriptions de l'esclave Niger au sanctuaire aux Mères d'Allan : réexamen d'un dossier exceptionnel.
 Dédicaces au numen et au genius impériaux en Gaule Narbonnaise et dans les provinces limitrophes (Ier-IIe s. ap. J.-C.).
 Les sanctuaires de la cité des Convènes (Ier s. av. J.-C. - Ve s. apr. J.-C.). Archéologie et épigraphie : questions de topographie et d'espace.
 Préambule méthodologique à l’étude des mobiliers cultuels en usage dans les sanctuaires et premiers résultats en Narbonnaise occidentale.
 De la Transalpine à la Cisalpine : étude comparée des dépôts monétaires en contextes cultuels (IIe s. av. n. è. - Ier s. de n. è.).
 Que deviennent les monnaies offertes aux divinités en Gaule romaine ?
 Lieux de culte, pratiques rituelles et espaces lacustres et dans la cité de Vienne
 Colloque international : Lieux de culte en Gaule du Sud et dans les provinces limitrophes (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C.) - Conclusions
 Regards sur les cultes et les rituels en dehors de la sphère domestique dans le Midi de la France à l'âge du Fer.
 Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. j.-C.)
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte