Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Montpellier, Université Paul-Valéry, Montpellier III
Langue :
Français
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Archeo Montpellier. (2021, 28 mai). De la Transalpine à la Cisalpine : étude comparée des dépôts monétaires en contextes cultuels (IIe s. av. n. è. - Ier s. de n. è.). , in Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. j.-C.). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/107183. (Consultée le 27 février 2024)

De la Transalpine à la Cisalpine : étude comparée des dépôts monétaires en contextes cultuels (IIe s. av. n. è. - Ier s. de n. è.).

Réalisation : 28 mai 2021 - Mise en ligne : 28 mai 2021
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

La monnaie apparaît dans le sud de la Gaule au VIe s. av. n. è., avec les productions de la colonie de Marseille, puis celles d'Emporion. Les monnayages de ces deux cités se diffusent à l'ensemble de la Gaule méridionale durant les Ve et IVe s. av. n. è. Le nord de l'Italie est également concerné par ce phénomène, avec les drachmes massaliètes au lion qui se répandent de chaque côté des Alpes, jusqu'à la plaine du Pô. La Gaule cisalpine frappe ses premières monnaies en se servant de ces drachmes comme prototype au IVe s. av. n. è. Le phénomène est un peu plus tardif dans le sudede la Gaule, avec une imitation des monnaies de Marseille et d'Emporion à partir de la fin du IV s. av. n. è. (Callegarin et al 2013).

L'utilisation de la monnaie et la monétarisation des populations gauloises ont été souvent considérées comme résultantes de la présence romaine dans une région. Or, les multiplications des découvertes monétaires disposant de contextes archéologiques permettent de réfuter cette hypothèse et d'envisager un emploi précoce de l'outil monétaire (Paris 2020). Le dépôt de monnaies en contexte cultuel a fait l'objet des mêmes a priori, le liant à une pratique gréco- italique, qui ne pourrait se diffuser aux Gaulois que lorsque ces derniers auraient pleinement intégré les cultes et les rites méditerranéens (voir Van Andringa 2002 pour la transposition des pratiques cultuelles gréco-italiques en Gaule). Cette pratique apparaît effectivement à une date haute en Méditerranée occidentale : c'est le cas de la Grande-Grèce, où des dépôts dans les sanctuaires sont attestés depuis le VIe s. av. n. è. (Verger 2011).

D'après les sources antiques, il existe deux catégories d'offrandes monétaires : la stips et la iactatio stipis. Or, l'interprétation archéologique des découvertes de numéraire dans les lieux de culte est problématique. À l'identification des différentes pratiques, il faut ajouter l'étude des fonctions non cultuelles de la monnaie au sein d'un lieu de culte (outil d'échange, de mesure de la valeur, conservation d'un lot en lieu sûr, etc.).

En Gaule Transalpine et en Gaule Cisalpine, divers types de lieux de culte sont attestés pour l'époque républicaine et le début de l'Empire. Peut-on trouver une relation de cause à effet entre une catégorie de sanctuaire et la pratique de l'offrande monétaire ? Une sélection particulière est- elle opérée dans les monnaies déposées ? Enfin, des dépôts monétaires importants permettent-ils de localiser des sanctuaires fédérateurs de plusieurs communautés ?

Les études récentes ont prouvé l'emploi de monnaies en contexte cultuel en Gaule du Sud-Est dès le Ve s. av. n. è. (Golosetti 2018). Il faut attendre le milieu du IIIe s. av. n. è. pour le Languedoc. Ces indices à la chronologie haute s'inscrivent tous dans des pratiques celtiques déjà existantes dans ces régions respectives. Si cette pratique apparaît en Gaule et dans le nord de l'Italie avant l'arrivée de Rome, comment penser la « celticité » des dépôts monétaires dans les lieux de culte dans un contexte de présence romaine grandissante ?

À travers des exemples pris dans le sud de la Gaule et dans le nord de l'Italie, une approche de la monnaie fondée sur les contextes archéologiques sera effectuée afin de cerner au mieux la place de la monnaie dans les lieux de culte.

Bibliographie

Callegrin et al. 2013 : L. Callegarin, V. Geneviève et E. Hiriart, Production et circulation monétaire dans le sud- ouest de la Gaule à l'âge du Fer (IIIe-Ier s. a. C.). In : A. Colin et Fl. Verdin (dir.), L'âge du Fer en Aquitaine et sur ses marges. Mobilités des hommes, diffusion des idées, circulation des biens dans l'espace européen à l'âge du Fer. Actes du 35e Colloque international de l'AFEAF (Bordeaux, 2-5 juin 2011), Bordeaux : Aquitania, 2013, 185-218.

Golosetti 2018 : R. Golosetti, Monnaies et sanctuaires à l'âge du Fer dans le sud-est de la Gaule, in : Hiriart et alii 2018, Monnaies et archéologie en Europe celtique. Mélanges offerts en l'honneur de Katherine Gruel, Glux-en- Glenne : Bibracte, 2018, 273-280.

Paris 2020 : E. Paris, The Emergence of Coinage in Languedoc : Early Indications of Use (6th-3rd century BCE), Études celtiques, 46, 2020, 225-236.

Van Andringa 2002 : W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine, Paris : Errance, 2002.

Verger 2011 : St. Verger, Dévotions féminines et bronzes de l'extrême nord dans le Thesmophorion de Géla, in : Fr. Quantin (éd.), Archéologie des religions antiques, Pau : Presses de l'Université de Pau et des pays de l'Adour, 2011, 15-76.

Communicant

  • Élodie Paris (École française de Rome)

Comité d'organisation

  • Sandrine Agusta-Boularot (UPVM et ASM)
  • Maryline Bovagne (Inrap Midi Méditerranée)
  • Stéphanie Raux (Inrap Midi Méditerranée)
  • Grégory Vacassy (Inrap)
  • Ghislain Vincent (Inrap)

Réalisation - Lambert Capron

Thème

Dans la même collection

Sur le même thème