Canal-U

Mon compte
Bibliothèque universitaire des langues et civilisations

Magie et sciences occultes dans les manuscrits arabes : Cycle de conférences « D'autres regards sur le monde »


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/bulac/embed.1/magie_et_sciences_occultes_dans_les_manuscrits_arabes_cycle_de_conferences_d_autres_regards_sur_le_monde.57383?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Magie et sciences occultes dans les manuscrits arabes : Cycle de conférences « D'autres regards sur le monde »

Conférence de Pierre Lory (École pratique des hautes études) et Jean-Charles Coulon (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations), animée par Joëlle Garcia (BULAC). L’écrivain américain Howard Phillips Lovecraft se serait-il inspiré, pour son traité aussi célèbre qu’imaginaire le Necronomicon, de véritables traités de magie arabe ? Il connaissait les histoires merveilleuses des Mille et une nuits. Il avait probablement entendu parler du Ghāyat al-ḥakīm (Le but du sage) d’al-Madjrīṭī, traité de magie astrologique, qui invitait les savants à repenser l’influence de l’ésotérisme et de la magie arabes. Peut-être connaissait-il aussi le Shams al-maʿārif (Le soleil des connaissances) attribué à al-Būnī, ouvrage qui a été copié pour de hauts dignitaires des états mameloukes et ottomans, et qui a la réputation, dans certaines régions du monde musulman, de rendre fou celui qui le lit. L’efficacité de la magie est bel et bien reconnue dans le Coran, le Hadith et les textes théologiques et juridiques de l’islam. Dans la civilisation islamique médiévale, la magie et les sciences occultes faisaient partie intégrante de la vie intellectuelle, ce qui a donné lieu à une importante production de manuscrits de sciences occultes au sens large – ces livres aussi abusivement appelés « grimoires ». Cette conférence cherchera à cerner les contours de la vision islamique de ces pratiques, puis examinera les qualifications juridiques et théologiques de ces différentes disciplines « occultes » à l’époque classique et moderne. La présentation de manuscrits de magie conservés à la BULAC, qui occupent une part notable d’un fonds de manuscrits, riche mais peu connu, constitué par les plus grands orientalistes français depuis le XVIIe siècle, illustrera les spécificités de ces traités de sciences occultes et expliquera comment lire et décoder les tableaux de correspondances, carrés magiques, figures géomantiques et autres glyphes qui émaillent ces traités, suscitant émerveillement et fascination.

(image : Tableau de correspondance entre les lettres arabes et les nombres, [Pseudo-al-Būnī, Shams al-maʿārif al-kubrā ?], collections de la BULAC, MS ara 572, fol. 40a.)

  •  
  •  
    Date de réalisation : 20 Janvier 2015
    Lieu de réalisation : Auditorium du Pôle des langues et civilisations
    Durée du programme : 115 min
    Classification Dewey : Manuscrits et livres rares, Phénomènes paranormaux, parapsychologie
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Islam
    Collections : Moyen-Orient et mondes musulmans
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : Lory Pierre, Coulon Jean-Charles, Jacqueau Thomas
    Réalisateur(s) : Ruscio Maxime
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : Islam, Sciences occultes, magie
    Conditions d’utilisation / Copyright : CC BY-NC-SA
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Sciences sociales « d’ailleurs » ? [Cycle « À la table du traducteur »]
 La BULAC est partenaire - Cycle des conférences publiques de l'IISMM : "Les contre-pouvoirs dans les régimes à référence musulmane" - « Ibn Khaldûn, la tribu et la ville contre-pouvoirs de l'État »
 Les lieux de la traduction Revues, résidences et institutions [Cycle « Regards sur le monde à géométrie variable » ]
 L’expérience d’une ville : Istanbul, d’Orhan Pamuk à Nedim Gürsel [Cycle « Littératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l’espace littéraire mondial »]
 Faut-il habiter le monde pour l'écrire ? Échanges géographiques et littéraires sur l’habitat humain [Cycle « Littératures en mouvement : éditer, dévoiler, traduire l’espace littéraire mondial »]
 « Traduire », un film de Nurith Aviv - [Cycle « Regards sur le monde à géométrie variable »]
 Les rendez-vous de la philologie numérique - eScriptorium : de la transcription automatique à l'édition numérique. Le cas des manuscrits hébreux
 Traduire les voix d'ailleurs En compagnie des revues Café, Graminées et Impressions d'Extrême-Orient
 Les rendez-vous de la philologie numérique - Intelligence artificielle et khaṭṭ maghribī. Résultats d’un hackathon pour la reconnaissance de texte automatique de l’arabe manuscrit
 Une histoire de l'Algérie par les sources arabes [Un livre, des collections] Rencontre avec Augustin Jomier, auteur du livre "Islam, réforme, colonisation : une histoire de l'ibadisme en Algérie (1882-1962)"
 Méhémet Ali, entre perceptions et héritages
 Des fonds d'archives pour l'étude du Moyen-Orient à portée de mains
 Les collections orientales de Naples et de Rome
 Pages retrouvées d’un manuscrit à peintures de Kalila wa Dimna : Cycle de conférences « D'autres regards sur le monde »
 Gilbert Lazard et les études iraniennes : une bibliothèque remarquable : Cycle de conférences « D'autres regards sur le monde »
 Ce que l'art peut à Gaza
 Futurs d'ailleurs, voyage en science-fiction - Table ronde
 Après la projection - Discussion autour du film « Hamada »
 Rencontre avec Sasha Litvintseva et Daniel Mann
 Yémen, un patrimoine en danger
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte