Canal-U

Mon compte
Université de Bordeaux - SAM

Espoir et théorie des catastrophes. L’intelligibilité : norme d’une science de l’acceptable ?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/embed.1/espoir_et_theorie_des_catastrophes_l_intelligibilite_norme_d_une_science_de_l_acceptable.3900?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
GOOTJES Luc

Producteur Canal-U :
Université de Bordeaux - SAM
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Espoir et théorie des catastrophes. L’intelligibilité : norme d’une science de l’acceptable ?

Fondée dans les années 70 par le mathématicien René Thom, la théorie des catastrophes devient rapidement, malgré l’engouement qu’elle suscite, sujet de controverse et de critique. Visant à décrire les phénomènes discontinus à l'aide de modèles mathématiques continus, elle se définit comme un langage mathématique, un outil d’intelligibilité du monde mais son manque de rigueur et sa nature qualitative laissent sceptique positivistes et mathématiciens purs.

Bien que ces critiques n’aient que partiellement entamé son expansion puisque ses domaines d’application s’étendent au fil du temps de la biologie aux disciplines de sciences humaines telles que l’éthologie et la psychologie (théorie de Harry Blum), elles sont à l’origine du désintérêt des chercheurs pour ce langage mathématique apte selon Luc Gootjes à relever de nouveaux défis scientifiques.

La conférence a été donnée à l'Université Victor Segalen Bordeaux 2 dans le cadre du cycle de conférences "L'invité du Mercredi" / Saison 2005-2006 sur le thème "L'espoir". Service culturel Université Victor Segalen de Bordeaux 2 / DCAM /

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Bernard BEUDET 29/10/2017 23h53

Bonne conférence sur un sujet mal compris. Les formes de catastrophes montrent que l'on intercepte dans des mondes de dimensions limitées des traces discontinues de phénomènes continus. C'est là l'intérêt. Ce sont les schémas qui permettent de comprendre cela et non le discours du conférencier. Les polémiques autour de la théorie travaillée par R. Thom n'ont pas lieu d'être.
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte