Canal-U

Mon compte
Université de Bordeaux - SAM

Maladies du bois, une composante du dépérissement de la vigne


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/embed.1/maladies_du_bois_une_composante_du_deperissement_de_la_vigne.49381?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Université de Bordeaux - SAM
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Maladies du bois, une composante du dépérissement de la vigne

17e Matinée des Œnologues de Bordeaux / "Le vin, ça envoie du bois"

Les maladies du bois sont une des composantes du dépérissement de la vigne. Elles conduisent à une perte de productivité et une diminution dela longévité dela vigne.Ces maladies dues à des champignons s’attaquant à la charpente de la souche sont en recrudescence dans le vignoble français suite à l’interdiction de l’arsénite de sodium en 2001.
Dans l’objectif d’aider la viticulture à sortir de cette impasse technique, il est important de proposer des moyens de lutte pour contrôler ces maladies, qui doivent être efficaces, respectueux de l’environnement et économiquement acceptables pour les exploitations. L’aboutissement de ces recherches doit impérativement permettre de préconiser des méthodes de lutte préventives et curatives, proposer des variétés plus tolérantes et conseiller des pratiques culturales ou des itinéraires techniques limitant leur expression.

Pour répondre à ce défi, les recherches en cours portent aujourd’hui sur l’acquisition d’outils destinés à la lutte. Ce sont:
1. des produits chimiques de synthèse ou naturels, des agents de biocontrôle (bactéries, champignons), des stimulateurs des mécanismes de défense de la plante, etc. Leur utilisation a pour but de produire des plants indemnes de champignons inféodés aux maladies du bois en sortie de pépinière, de protéger les voies de pénétration, de diminuer l’inoculum au-dessous du seuil de nuisibilité et de limiter leur propagation dans la plante. Certains d’entre eux sont aujourd’hui testés dans le vignoble. D’autres recherches sont menées pour trouver d’autres candidats, notamment en identifiant des micro-organismes protecteurs au travers d’études d’écologie microbienne, en connaissant mieux le dialogue moléculaireentrela planteet les agents pathogènes, ou en comprenant le mode d’action del’arsénite desodium, seul produit chimique efficace contre ces maladies. Elles concernent aussi l’identification du cycle biologique des agents pathogènes pour optimiser l’utilisation de tels outils.
2. des variétés tolérantes aux maladies du bois. Aujourd’hui, des marqueurs de tolérance, qui pourront être utilisés par la suite pour la sélection dans le cadre de l’amélioration génétique, sont testés à l’égard des champignons pathogènes. Les travaux continuent également à identifier de nouveaux marqueurs en recherchant les composantes du pouvoir pathogène des champignons et en identifiant les voies métaboliques de la plante touchées.
3. des itinéraires techniques permettant de limiter l’expression des symptômes. Ce travail nécessite des connaissances plus approfondies sur les facteurs environnementaux (facteurs biotiques comme la fertilisation, l’enherbement, les portegreffes, la densité, le mode de conduite, l’irrigation…, facteurs abiotiques comme le climat, le sol), l’objectif serait de « jouer » sur ces facteurs pour limiter l’expression foliaire ou la mortalité.
4. des pratiques culturales pour restaurer les souches malades. Aujourd’hui, le curetage, le regreffage et le recépage au pied ou systématique sont des pratiques testées dans différents vignobles à l’égard des maladies du bois.

À côté de l’acquisition d’outils de lutte, les recherches portent sur la mise au point d’outils de diagnostic notamment basés sur l’imagerie et d’outils moléculaires pour détecter et quantifier les agents pathogènes. Elles concernent aussi l’évaluation de l’impact œnologique et microbiologique des maladies du bois sur la qualité des vins et l’élaboration d’un modèle dont l’objectif est d’expliquer pourquoi un cep sain au cours de sa vie devient malade et meurt.


>> Philippe Larignon, Institut Français de la Vigne


  •  
  •  
    Date de réalisation : 8 Mars 2019
    Durée du programme : 18 min
    Classification Dewey : Vin (technologie des boissons), Agriculture (Produits)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Formation continue
    Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale
    Collections : 17e matinée des Œnologues
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    producteur : Université de Bordeaux
    Réalisateur(s) : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
    Editeur : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : bois, oenologie, vin
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creative Commons (BY NC)
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte