Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Interroger la sorcellerie par le récit et le théâtre du XVIIe au XXe siècles / Gianluca Troisi, Florent Libral


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/interroger_la_sorcellerie_par_le_recit_et_le_theatre_du_xviie_au_xxe_siecles_gianluca_troisi_florent_libral.40951?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Interroger la sorcellerie par le récit et le théâtre du XVIIe au XXe siècles / Gianluca Troisi, Florent Libral

Interroger la sorcellerie par le récit et le théâtre du XVIIe au XXe siècles / Gianluca Troisi, Florent Libral, in "Paroles risquées", session Jeunes chercheurs XVI-XVIIe siècles du colloque international "Parrêsia et civilité entre France et Italie (Renaissance / XVIIe siècle)" organisé par le laboratoire Il Laboratorio, Université Toulouse Jean-Jaurès, 19-21 octobre 2017.

La communication de Gianluca Troisi porte sur le pouvoir des Lettres, plus précisément le récit romanesque et le théâtre, à dire la vérité du discours démonologique -donc à faire acte de parrêsia. En effet, les œuvres de Leonardo Sciascia (Mort de l’Inquisiteur, 1964 ; La Sorcière et le Capitaine, 1986), comme la tragédie Saül de Pierre du Ryer (1642), mettent en question la surnaturalité des apparitions démoniaques ou nécromantiques, pour faire porter l’interrogation sur les discours ou les pratiques qui prétendent étayer l’illusion : quels secrets cachent-ils ?

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Parrêsia et honte : discours philosophique et discours “politiquement correct” chez Platon / Letitia Mouze
 La franchise des conseillers : parrêsia et politique dans "Le Prince" et dans ses traductions françaises du XVIe siècle / Laurent Gerbier
 De la parrêsia à l'arrogance chez Rabelais et l'Arétin / Éric Méchoulan
 Liberté de parole et civilité à l'épreuve des guerres de religion / John O'Brien
 La difficile parole du médecin de cour : parrêsia, civilité et exercice de la médecine / Violaine Giacomotto-Charra
 Le courtisan franchement français des deux "Dialogues du nouveau langage françois italianizé" d'H. Estienne / Blandine Perona
 "Ars est celare artem". La dissimulation chez Guazzo et Montaigne / Nicola Panichi
 Dire vrai et discours énigmatique : parrêsia et civilité dans le "Voyage des Princes fortunés" de Béroalde de Verville et le "Peregrinaggio di tre giovanni figlivoli del re di Serendippo" de Cristoforo Armeno / Véronique Adam
 « Plus vous criez, plus on se cabre » : l’influence du Concile de Trente et de Charles Borromée sur la conception homilétique de Jean-Pierre Camus ou les « biais » de la vérité / Thibault Catel
 « Dire avec vérité » : parrêsia et direction spirituelle chez Saint-Cyran / Laurence Plazenet
 Faut-il « parler net » ? La « largeur de la langue » dans quelques contes italiens de La Fontaine / Yves Le Pestipon
 "Les Caractères" de la Bruyère ou la promotion d’une parrêsia de type socratique / Emmanuel Picardi
 Splendeurs et misères du bon mot : la problématisation du modèle parrêsiastique chez Saint-Réal / Federico Corradi
 Sennacherib et la cour du bon roi Pantagruel / Carine Roudière-Sébastien
 Le « libre François » face à l’Italien : un aperçu de la parrêsia dans "Les Tragiques" d’Aubigné / Eulalie Clavreul, Marine Parayre
 La Flatterie et l’Amitié, modèles de parrêsia et de civilité dans l’Iconologia de Cesare Ripa et sa traduction française par Jean Baudoin / Coralie Cicovic
 Le franc-parler de Médée chez les deux Corneille et Charpentier : parole risquée ou parole vengeresse ? Florent Libral, Yann Mahé
 La parrêsia au risque de la traduction dans certains genres problématiques : les Discours sur la première Décade de Tite-Live de Machiavel et la « Déclamation » de Béroalde traduite par Calvy de la Fontaine / Michaël Boulet, Élise Montané
 Les enjeux de la “mise en françois” des "Devoirs mutuels des Grands et de ceux qui les servent" de Giovanni Della Casa par Guillaume Colletet (1648) / Amandine Eychenne, Sabine Biedma, Delphine Montoliu
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte