Canal-U

Mon compte
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

La réécriture de l'histoire chez Jean Froissart. Le chroniqueur face à ses sources


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/uvsq/embed.1/la_reecriture_de_l_histoire_chez_jean_froissart_le_chroniqueur_face_a_ses_sources.35001?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

La réécriture de l'histoire chez Jean Froissart. Le chroniqueur face à ses sources

Intervention par : Vera VEJRYCHOVA, (Université Charles de Prague / Université de Paris 4)

Les Chroniques de Jean Froissart ont fait maintes fois l'objet d'études fort savantes, portant sur la question de son écriture historiographique (P. Ainsworth, 1990 ; M. Zink, 1998 ; J.- M. Moeglin, 2006 ; A. Varvaro, 2011). Il est de notoriété incontestable que le chroniqueur hennuyer s'est basé sur le récit de Jean Le Bel, pour présenter les débuts de la grande guerre franco-anglaise. Sa seule source narrative explicite est avouée dès le prologue. Froissart en reprend l'idée principale ainsi que la trame chronologique et événementielle. Pourtant, le texte de Le Bel n'est pas copié à la lettre. Bien au contraire, il est soumis à des modifications de façon à doter le récit de nouveaux sens souhaités. Cet effort apparaît d'autant plus clairement au regard de la volonté constante de Froissart de revenir à son histoire racontée, comme le signale l'existence de trois, voire quatre rédactions du premier livre.

Il est donc nécessaire de suivre systématiquement non seulement quel rapport l'auteur entretient avec son texte-source et comment il le remodèle en fonction de ses propres perspectives, mais aussi comment il manipule ses propres écrits. L'enjeu en est essentiellement double.

L'analyse détaillée nous amène en effet à constater que le travail de remaniement de son modèle consiste presque exclusivement en des découpages ou amplifications, mais très rarement en la mise en question de sa véracité. Or, cela surprend notamment dans les passages où l'auteur pourrait puiser davantage dans ses propres expériences, si bien que son vécu, sa mémoire subjective, n'ont qu'une influence limitée sur la structuration du récit. Il convient donc premièrement d'étudier quelles sont les modalités de la présence de l'auteur-narrateur dans le texte, par rapport à sa source.

Le deuxième axe du questionnement doit porter sur l'usage que Froissart fait de son modèle textuel par rapport aux sources orales sur lesquelles se base la suite de son oeuvre historiographique, afin de comprendre s'il existe, dans sa conception, une différence entre le témoignage couché par écrit et celui qui ne l'est pas. Il s'agit donc non seulement de vérifier le rôle d'un genre particulier, qui est la « chronique historiée », en tant que force formative et organisationnelle du récit, mais aussi de soulever le problème de l'autorité que l'on attribue généralement au texte. Nous croyons qu'une telle étude permettra de dégager les influences multiples qui participent de manière générale de sa narration et ainsi d'approfondir la recherche sur la compréhension froissartienne de l'histoire.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Conclusions
 Réinventer" la croisade dans le XVe siècle : sur l'originalité de la réécriture de l'histoire
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 Écrire l'histoire de Stonehenge : narration historique et fiction romanesque (XIIe-XVe s.)
 Intertextualité et stratégies d'autorité dans les Gesta abbatum de Conques (XIIe s.)
 Auctoritas et références dans les chroniques roumaines du Moyen Âge : entre légende et attestation documentaire
 Une histoire à usage politique : les Gesta episcoporum de l'évêque Gérard de Cambrai († 1051) et la construction d'un passé diocésain
 Mémoire des lettres et des lois : modalités d'insertion et interprétation des traces documentaires dans les Mémoires de Philippe de Novare
 “Si com jou truis el livre escrit” : les références externes dans la Chronique rimée de Philippe Mousket
 La présence de réalités documentaires dans les récits de la chute de Troie : entre l'insertion encyclopédique autorisante et l'effet de réel
 L'acte diplomatique comme ‘preuve' dans l'écriture de l'histoire au travers de deux cas hispaniques : l'Historia Compostellana et le Corpus Pelagianum (première moitié du XIIe s.)
 Le Liber testamentorum ecclesiae ouetensis (XIIe s.).L'utilisation des sources pour la rédaction des narrations historiques du cartulaire
 La complexité documentaire à l'épreuve de la TEI : les enjeux d'une édition électronique des Annales occitanes de Montpellier
 Une reconstruction mémorielle : écritures et réécritures du “Petit Thalamus“ de Montpellier
 L'écriture d'une histoire : rapporter les faits dans un procès. L'affaire opposant la Sorbonne au chapitre de Saint-Benoît (1274-1281)
 La Légende dorée de Jacques de Voragine et les écritures de l'histoire : montages manuscrits, (dis)continuités génériques et domestication du temps
 L'Histoire des Lombards de Paul Diacre, modèle de l'Ystoire de li Normant d'Aimé du Mont-Cassin : imitations et emprunts, écarts et distorsions
 Les documents juridiques, les textes narratifs et autres témoignages dans l'Histoire des comtes de Guines de Lambert d'Ardres (fin XIIe s.) : sélection des sources
 Influence des sources documentaires dans l'historiographie anglo-normande du XIIe s.
 Documentation et écriture de l'histoire chez l'abbé Suger (1122-1151)
 Écrire l'histoire à Saint-Aubin d'Angers au XIIe s. Métamorphoses et fonctions des documents d'archives dans la production historiographique
 Le rôle des documents dans l'écriture de l'Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable (copie)
 Ouverture et introduction
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte