Canal-U

Mon compte
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Une histoire à usage politique : les Gesta episcoporum de l'évêque Gérard de Cambrai († 1051) et la construction d'un passé diocésain


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/uvsq/embed.1/une_histoire_a_usage_politique_les_gesta_episcoporum_de_l_eveque_gerard_de_cambrai_1051_et_la_construction_d_un_passe_diocesain.34993?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Une histoire à usage politique : les Gesta episcoporum de l'évêque Gérard de Cambrai († 1051) et la construction d'un passé diocésain

Intervention par : Nicolas RUFFINI-RONZANI, (Université de Namur)

Sis au carrefour des aires de domination française, flamande et germanique, Cambrai constitue à la fois le siège de l'immense diocèse double d'Arras-Cambrai et le centre névralgique d'un petit comté gouverné depuis 1007 par de évêques comtes soumis aux empereurs. De 1012 à 1051, la charge pastorale y est détenue par Gérard Ier de Florennes, un prélat issu de l'une des plus puissantes familles lotharingiennes, dont la formation s'est partagée entre Reims et Aix. Bénéficiant de droits étendus, jouissant conjointement de l'auctoritas et de la potestas, soutenu par de puissants réseaux de fidélité,l'évêque dispose à Cambrai de nombreux atouts pour imposer son pouvoir dans une région à l'intérêt géostratégique évident. Et pourtant, à en croire le témoignage des sources contemporaines aux évènements, ses décisions s'avèrent régulièrement contestées par une aristocratie rétive à son pouvoir et par des bénédictins désireux de s'émanciper de la tutelle épiscopale. Afin de remédier à la mise à mal de son autorité sacrée, Gérard adopte dès les années 1020 une stratégie fondée sur le recours à l'écrit : s'appuyant sur les meilleures plumes de son entourage, il projette, entre autres, une restauration littéraire de l'autorité épiscopale en supervisant la production d'une série considérable de récits à caractère hagiographique ou historiographique.

Probablement rédigés entre 1023 et 1025, les Gesta episcoporum Cameracensium participent pleinement à cette stratégie de restauration de l'autorité épiscopale. S'adressant à une audience régionale, Gérard s'y livre à un important exercice de révision du passé diocésain, des origines de la cité à son propre épiscopat. Il cherche à s'y profiler comme l'héritier direct de ses plus prestigieux prédécesseurs – et en particulier des saints évêques Vaast et Géry –, à inscrire ses interventions dans le droit fil des leurs, et donc, indirectement, à s'y présenter comme l'incarnation terrestre du pasteur vertueux vanté par la Regula pastoralis, qui a considérablement guidé sa réflexion. La production des Gesta a imposé à son auteur de collecter, d'ordonner et de réinterpréter une documentation éparse mêlant diplômes carolingiens et ottoniens, Vitae de saints régionaux, chroniques locales et citations scripturaires. L'objectif de cette communication sera de déterminer comment, dans un but éminemment politique, Gérard et ses collaborateurs ont mis en oeuvre ces documents et narrations en leur conférant un sens nouveau.À cette fin, il s'agira tout d'abord d'identifier la documentation sur laquelle l'évêque Gérard a souhaité bâtir son oeuvre. Il conviendra ensuite de définir comment le prélat et son entourage ont choisi d'intégrer ces hypotextes à la narration,tantôt en les insérant tels quels – encore que… – à son récit,tantôt en les retravaillant et en gommant toute trace de reprise. Ce sera l'occasion de se pencher sur certaines des méthodes de travail de l'auteur, notamment lorsqu'il se trouve confronté à des informations visiblement contradictoires.Enfin, on s'efforcera de déterminer comment la sélection, l'ordonnancement et la mise en récit des hypotextes par Gérard et son entourage ont pu contribuer à renforcer symboliquement l'autorité de l'évêque sur ses contemporains.

On touchera ici à la fois aux questions de composition et de réception de l'oeuvre. Le recours au plus ancien manuscrit des Gesta, fragmentaire et peut-être autographe, et à ses annotations au ton assez surprenant livrera d'ailleurs quelques indices sur la réception du récit dans le milieu canonial cambrésien du XIe siècle.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Conclusions
 La réécriture de l'histoire chez Jean Froissart. Le chroniqueur face à ses sources
 Réinventer" la croisade dans le XVe siècle : sur l'originalité de la réécriture de l'histoire
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 Écrire l'histoire de Stonehenge : narration historique et fiction romanesque (XIIe-XVe s.)
 Intertextualité et stratégies d'autorité dans les Gesta abbatum de Conques (XIIe s.)
 Auctoritas et références dans les chroniques roumaines du Moyen Âge : entre légende et attestation documentaire
 Mémoire des lettres et des lois : modalités d'insertion et interprétation des traces documentaires dans les Mémoires de Philippe de Novare
 “Si com jou truis el livre escrit” : les références externes dans la Chronique rimée de Philippe Mousket
 La présence de réalités documentaires dans les récits de la chute de Troie : entre l'insertion encyclopédique autorisante et l'effet de réel
 L'acte diplomatique comme ‘preuve' dans l'écriture de l'histoire au travers de deux cas hispaniques : l'Historia Compostellana et le Corpus Pelagianum (première moitié du XIIe s.)
 Le Liber testamentorum ecclesiae ouetensis (XIIe s.).L'utilisation des sources pour la rédaction des narrations historiques du cartulaire
 La complexité documentaire à l'épreuve de la TEI : les enjeux d'une édition électronique des Annales occitanes de Montpellier
 Une reconstruction mémorielle : écritures et réécritures du “Petit Thalamus“ de Montpellier
 L'écriture d'une histoire : rapporter les faits dans un procès. L'affaire opposant la Sorbonne au chapitre de Saint-Benoît (1274-1281)
 La Légende dorée de Jacques de Voragine et les écritures de l'histoire : montages manuscrits, (dis)continuités génériques et domestication du temps
 L'Histoire des Lombards de Paul Diacre, modèle de l'Ystoire de li Normant d'Aimé du Mont-Cassin : imitations et emprunts, écarts et distorsions
 Les documents juridiques, les textes narratifs et autres témoignages dans l'Histoire des comtes de Guines de Lambert d'Ardres (fin XIIe s.) : sélection des sources
 Influence des sources documentaires dans l'historiographie anglo-normande du XIIe s.
 Documentation et écriture de l'histoire chez l'abbé Suger (1122-1151)
 Écrire l'histoire à Saint-Aubin d'Angers au XIIe s. Métamorphoses et fonctions des documents d'archives dans la production historiographique
 Le rôle des documents dans l'écriture de l'Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable (copie)
 Ouverture et introduction
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte