Entretien

Istanbul, la ville du "passage" (Christiane Garnero-Morena)

Réalisation : 5 février 2009 Mise en ligne : 5 février 2009
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Istanbul conserve la mémoire de la ville, et la nôtre, la mémoire de l’Occident. Mais cette ville vit au jour le jour tant ses changements sont rapides, drastiques. Trop occupées par la quête vers la modernité, et à digérer les cohortes de migrants anatoliens, ou à satisfaire la demande des investisseurs privés, les autorités ont négligé le centre d’Istanbul. Depuis peu, cette expansion excessive et incontrôlable fait sentir que la péninsule historique risque de devenir un simple lieu pour touristes, une parodie de Paris en vis à vis d'un nouveau Dubaï attirant des capitaux étrangers.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Ensmédi@ / ENS de Lyon (Réalisation), Grand Lyon (Production), Conseil de Développement du Grand Lyon (Production), ENS-LSH (Production)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource:
ENS de Lyon. (2009, 5 février). Istanbul, la ville du "passage" (Christiane Garnero-Morena). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/38985. (Consultée le 24 mai 2022)
Contacter
Documentation

Poursuivant leur enquête sur les polarités du monde en devenir « entre cité et métropole » (2006-2007), puis entre « individualisme et dynamiques collectives » (2007-2008), le Conseil de développement du Grand Lyon et l'ENS LSH abordent cette année les territoires de la mondialisation que sont les villes.

Celles-ci concentrent les tensions contemporaines qui s'accroissent entre augmentation de leur pouvoir et vulnérabilité de leurs ressources et de leurs modèles. Longtemps tributaires des industries, les villes le sont aujourd'hui des réseaux.
Quelles transformations en cours affectent l'usage et le partage des lieux ?
Les migrations humaines et les échanges commerciaux déterminent de profondes transformations culturelles et économiques. Ces bouleversements interrogent la robustesse des modèles de développement : nos vies sont aujourd'hui liées aux réseaux spatialisés, qui relient entre elles les grandes agglomérations.

La mondialisation est bien le temps des villes, entre risques et responsabilités. Prendre la mesure des évolutions contemporaines suppose d'introduire des variables complexes dont une approche géographique tente la synthèse. « L'homme spatial » (Michel Lussault) est le support des multiples liens qui tissent nos vies.

Deux orientations marquent particulièrement notre temps : la prévalence des réseaux numériques et l'extraordinaire développement des flux de personnes et de marchandises. Ce sont ainsi les multiples dynamiques d’échanges qui sont aujourd’hui les foyers de la mondialisation.

Dans ces entretiens particuliers, ils reviennent sur le contenu de leur conférence, s’en éloignant parfois pour dévoiler la société actuelle à la lumière des méthodes les plus contemporaines. Ces documents sont l’embryon d’une archive multimédia de la recherche en sciences humaines et sociales.

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème