Entretien

Ville : un autre regard, le regard d'un autre (Marie Desplechin)

Réalisation : 14 décembre 2006 Mise en ligne : 14 décembre 2006
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Marie Desplechin s’interroge sur la place "à l’autre, dans sa ville qui n’est pas la mienne, et à l’impression d’être autre partout où je suis…".Réflexions sur l’identité dans la ville. L’identité d’un être, c’est son adresse, là où il habite. On appartient à des lieux, soit l’endroit où on est né, soit celui où on habite. On peut n’appartenir à aucun lieu, ce qui est, à mon avis, appartenir à un non-lieu : l’absence de lieu, cela vous constitue. On ne peut pas vivre sans avoir une représentation de soi, et elle est liée à la géographie. On le voit dans la littérature, quand les gens évoquent leurs souvenirs d’enfance ; ce sont des endroits, des rues… Ces espaces nous constituent.Marie

Discipline :
Date de réalisation
Langue :
Français
Crédits
Ensmédi@ / ENS de Lyon (Réalisation), Grand Lyon (Production), Économie et Humanisme (Production), ENS-LSH (Production), Conseil de Développement du Grand Lyon (Production)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource:
ENS de Lyon. (2006, 14 décembre). Ville : un autre regard, le regard d'un autre (Marie Desplechin). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/49617. (Consultée le 24 janvier 2022)
Contacter

À travers ce cycle de conférences-débats : « Vivre et imaginer la ville - entre cité et métropole », le Conseil de développement du Grand Lyon, l’ENS LSH et Économie & Humanisme vous invitent à réfléchir sur la condition urbaine contemporaine, entre héritage et avenir.

Ce parcours s’ordonne en trois étapes :

- hériter de la ville, qui est déjà là, avant les habitants qui se l’approprient
- ordonner la ville, qui ne cesse d’être façonnée par ceux qui la font
- se représenter la ville, dont les images et les symboles se croisent sans limites

Quel beau thème que celui de « Vivre et imaginer la ville ! »

A la fois agrégation de contenus originaux et work in progress, ces rencontres témoignent de la nécessité de mieux savoir pour mieux agir, de mieux comprendre pour mieux intervenir, et de mieux imaginer pour mieux vivre.

Plus que jamais, l’articulation science/société représente un défi majeur du lien social et les sciences humaines ont vocation à en nourrir les moments de rencontre.

En 2006-2007, les conférences du Grand Lyon ont accueilli Jean-Luc Pinol, Marie Desplechin, Bernard Jouve, Dominique Wolton, Thierry Paquot, Sophie Body-Gendrot et Olivier Mongin.

Dans la même collection

  • La ville, espace public, espace privé (Dominique Wolton)
    Entretien
    00:43:10
    La ville, espace public, espace privé (Dominique Wolton)
    Wormser
    Gérard
    Wolton
    Dominique

    Deux philosophies de la communication s’opposent. La première, majoritaire, rêve que la performance des techniques permette de résoudre les problèmes de la communication. S’il y avait 6 milliards d

  • La condition urbaine (Olivier Mongin)
    Entretien
    00:46:17
    La condition urbaine (Olivier Mongin)
    Mongin
    Olivier
    Wormser
    Gérard

    La question de la relation au territoire est aujourd’hui centrale. La mondialisation technologique et économique a des effets immédiats sur le territoire. Alors que les philosophes grecs ont pensé un

  • La peur détruira-t-elle la ville? (Sophie Body-Gendrot)
    Entretien
    00:39:59
    La peur détruira-t-elle la ville? (Sophie Body-Gendrot)
    Body-Gendrot
    Sophie
    Wormser
    Gérard

    La peur facilite la gouvernance des peuples, mobilise les citoyens, légitime un séparatisme social spontané. Son instrumentalisation politique et médiatique est ciblée sur la ville, car celle-ci est

Avec les mêmes intervenants

  • La ville de la pantoufle (Philippe Madec)
    Entretien
    00:35:34
    La ville de la pantoufle (Philippe Madec)
    Wormser
    Gérard
    Madec
    Philippe

    « À chaque projet, se coltinant le réel au plus près du local, les architectes avancent vers la ville durable, sans théorie préconçue ni Charte d’Athènes. « La ville durable sera celle de la

  • La mondialisation centrifuge (Saskia Sassen)
    Entretien
    00:29:17
    La mondialisation centrifuge (Saskia Sassen)
    Sassen
    Saskia
    Wormser
    Gérard

    L'opposition du global et du local est trop simple. Une troisième sphère est plus difficile à théoriser que les grandes organisations mondiales. Nous manquons de mots pour parler des petites

  • Le migrant connecté (Dana Diminescu)
    Entretien
    00:31:50
    Le migrant connecté (Dana Diminescu)
    Diminescu
    Dana
    Wormser
    Gérard

    Partons de l'univers-maison d'une famille philippine de Paris : l'écran d'ordinateur donne accès à leur maison de Manille. D'où un paradoxe : au cœur du « déracinement », on trouve des attaches et des

  • Consentement, autonomie, égalité des sexes
    Entretien
    00:27:16
    Consentement, autonomie, égalité des sexes
    Fraisse
    Geneviève
    Wormser
    Gérard

    La construction de la pensée de l’émancipation n’est pas seulement un acte de résistance et de subversion, mais aussi un raisonnement, une logique, une stratégie discursive. Les termes d’« autonomie »

  • Les métamorphoses de la légitimité.
    Entretien
    00:32:55
    Les métamorphoses de la légitimité.
    Wormser
    Gérard
    Rosanvallon
    Pierre

    Alors que la démocratie est considérée comme en panne, certains éléments de vitalité apparaissent. Notamment un décentrement des démocraties par rapport au champ électoral. Il faut alors analyser les

  • Entre travail individuel et action collective.
    Entretien
    00:35:49
    Entre travail individuel et action collective.
    Wormser
    Gérard
    Dejours
    Christophe

    Quel est le rapport entre le travail et l’action ? À quelles conditions les évolutions actuelles du monde du travail peuvent-elles être transformées ?« Individualisme et dynamiques collectives »

  • Faire du collectif avec des individus.
    Entretien
    00:25:26
    Faire du collectif avec des individus.
    Wormser
    Gérard
    Mathieu
    Lilian

    Durkheim pensait que le collectif, ayant une existence propre, était irréductible à la somme de ses parties. Tarde voyait dans le groupe, une force irrésistible réduisant l’individu à la perte de son

Sur le même thème