Conférence
Notice
Langue :
Français
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/xxy2-pk41
Citer cette ressource :
Pour un partage des savoirs. (2015, 24 février). « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française » Introduction. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/xxy2-pk41. (Consultée le 24 mai 2024)

« Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française » Introduction

Réalisation : 24 février 2015 - Mise en ligne : 27 juillet 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

 

Conférence présentée par France Martineau au séminaire du laboratoire PRAXILING (UMR 5267), le 23 février 2015, à l’invitation de l’équipe « Corpus 14 » (http://www.univ-montp3.fr/corpus14/).

La conférencière

France Martineau est professeur titulaire à l’Université d’Ottawa (Chaire Frontières, réseaux et contacts en Amérique française). Chercheuse de renommée internationale, elle dirige le projet Polyphonies du français (http://polyphonies.uottawa.ca/).

Les écrits ordinaires, correspondance et journaux personnels, permettent de jeter un éclairage sur la langue, à travers les traces d’oralité qui percent l’écrit.Ils ouvrent également une fenêtre sur les pratiques linguistiques et les réseaux et alliances qui se tissent entre locuteurs d’une même communauté,notamment en contexte de bilinguisme.

 

Après une brève description du Corpus de françaisfamilier ancien(http://polyphonies.uottawa.ca/fr/corpus/i-corpus-de-francais-familier-a…)constitué d’écrits de scripteurs de France et d’Amérique française, du 17esiècle jusqu’au début du 20e siècle, nous nous attarderons auxécrits de deux familles de condition modeste, écrivant aux 18e et 19esiècles au Canada français. Nous discutons des stratégies d’écriture despeu-lettrés et de ce que peut révéler l’écrit sur les usages de l’époque, à unmoment où le Canada français est isolé de la France, suite à la Conquêtebritannique, et où le contact avec l’anglais s’accroît. Nous montrons égalementcomment certaines pratiques linguistiques s’éclairent quand on examine lesréseaux et le capital symbolique que représente la langue pour les locuteurs.

 

 

 

Sur le même thème