Conférence

"Que sa tâche soit seulement de dire" : Lucrèce, la violence sexuelle et la vertu politique à la Renaissance anglaise / Nathalie Rivère de Carles

Réalisation : 17 novembre 2020 Mise en ligne : 17 novembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

"Que sa tâche soit seulement de dire" : Lucrèce, la violence sexuelle et la vertu politique à la Renaissance anglaise / Nathalie Rivère de Carles , in "Le viol de Lucrèce dans les arts : variations autour d’un mythe romain", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 17 novembre 2020.
* Communication enregistrée en distanciel.

Le suicide de Lucrèce est un mythe fondateur de la république romaine du VIe siècle avant l’ère commune. Victime de viol par un patricien du cercle proche de la royauté corrompue, son sacrifice provoque une révolte aristocratique et plébéienne qui contribuera à instaurer la république romaine. Le mythe du viol de Lucrèce traverse sans discontinuité les siècles, avec un intérêt glissant progressivement de la portée politique vers le destin personnel de l’héroïne. La prépondérance de la part humaine du mythe intéresse les artistes, sensibles à sa dimension tragique qui les inspirent. En effet, le crime abominable et la culpabilité de la victime ne peuvent rattraper la perte définitive de l’honneur. Seule l’issue du suicide est acceptable aux yeux de Lucrèce, issue profondément  tragique. Ce geste remarquable soulève un ensemble de valeurs morales et met en exergue de thèmes qui ont trouvé dans les arts des interprétations variées : l’innocence violée selon Britten, la chasteté meurtrie pour Shakespeare, la brutalité du crime peinte par Le Titien, la fidélité conjugale à l’épreuve musicalisée par Haendel, le sens de l’honneur mis en valeur par Tite-Live.
Les chercheurs réunis par l’IRPALL mettent en perspective la richesse des lectures de ce mythe réalisées à l’aide de plusieurs langages artistiques : littérature, théâtre, opéra, peinture…

Mots clés : Littérature de langue anglaise (16e-17e siècles) ; Théâtre (genre littéraire) anglais ; Lucrèce (05..-0509 av. J.-C.) ; Femmes illustres -- Dans les arts ; Shakespeare, William (1564-1616) -- The rape of Lucretia ; Allégorie (littérature) ; Femmes victimes de viol -- Dans les arts

Chapitres
    Intervenants
    Thèmes
    Notice
    Lieu de réalisation
    Toulouse, Théâtre du Capitole
    Langue :
    Français
    Crédits
    Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
    Détenteur des droits
    Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
    Conditions d'utilisation
    Droit commun de la propriété intellectuelle
    Citer cette ressource:
    UT2J. (2020, 17 novembre). "Que sa tâche soit seulement de dire" : Lucrèce, la violence sexuelle et la vertu politique à la Renaissance anglaise / Nathalie Rivère de Carles. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/105039. (Consultée le 10 août 2022)
    Contacter
    Documentation

    Britten, Benjamin. The rape of Lucretia, by The Montclair State University Opera with the Chamber Players of the Montclair State University Symphony Orchestra dirigé par Brent Chancellor, Alexander Kasser Theater, 2018, 1h52 min. (sur YouTube) : https://www.youtube.com/watch?v=Iz_2eCydvXM

    Britten, Benjamin. The rape of Lucretia, by the English National Opera Chorus & Orchestra sous dir. de Lionel Friend, avec Jean Rigby et Russell Smythe, English National Opera, 1987, 1h48 min. (sur YouTube) : https://www.youtube.com/watch?v=86Bb8_nsltU

    Shakespeare, William. Le viol de Lucrèce [poetry]. Lecture par Martin Geeson, Elizabeth KlettMartin Geeson, Elizabeth Klett, Arielle Lipshaw. LibriVox Audiobooks, 2011, 2h10 min. Sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=VlW-Ht3cdKw ou https://librivox.org/the-rape-of-lucrece-by-william-shakespeare/

    Shakespeare, William. Le viol de Lucrèce [théâtre], mise en scène de Marie-Louise Bischofberger, avec Rachida Brakni et Pascal Bongard. Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis Bobigny, avril 2006.

    Rubens, Pierre Paul (1636-1638). Térée confronté à la tête de son fils Itys [peinture]. Huile sur bois, 195 x 267 cm. Madrid, musée du Prado : https://www.museodelprado.es/coleccion/obra-de-arte/banquete-de-tereo/3944cfa1

    Lucretia flanked by Chastity and Liberality (1573) [tapisserie]. Velours de soie, tissu d'or et d'argent, support en lin, 278 x 340 cm. Hardwick Hall (Derbyshire) : https://nttextileconservationstudio.wordpress.com/projects/great-hanging-lucretia-hardwick-hall/ ou https://www.nationaltrust.org.uk/hardwick/features/the-return-of-the-lucretia-embroidery-to-hardwick

    Titien (vers 1571). Tarquin et Lucrèce [peinture]. Huile sur toile, 189 x 145 cm. Cambridge, Fitzwilliam Museum : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Tizian_094.jpg

    Titien (1570). Tarquin et Lucrèce [peinture]. Huile sur toile, 114x100 cm. Vienne, Academie der bildenden Künste : https://utpictura18.univ-amu.fr/notice/798-tarquin-lucrece-version-vienne-titien

    Aldegrever, Heinrich (1532). Rhea Sylvia [gravure]. 14.8 x 9.9 cm. Paris, Musée du Louvre, département arts graphiques, https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl020572474

    Sources Primaires écrites

    OVIDE, Les Fastes, trad. Anne-Marie Boxus et Jacques Poucet, Biblioteca Classica Selecta, Université de Louvain, 2004. [En ligne : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FASTAM/F0-Intro.html].

    HEYWOOD, Thomas, The Rape of Lucrece (Londres, 1606) ; A Maiden-head well lost (Londres, 1634).

    PISAN, Christine de, Le livre de la cité des dames (1405), ed. & trad. Thérèse Moreau, Eric Hicks (Paris: Stock, 1986).

    SHAKESPEARE, William, The Rape of Lucrece, trad. R. Ellrodt, Oeuvres Complètes edition bilingue (Paris : Robert Laffont, 2002). [En ligne : https://www.opensourceshakespeare.org/views/poems/poem_view.php?WorkID=rapelucrece]

    Sources Secondaires

    CASSAGNES-BROUQUET, Sophie. Les Neuf Preuses, l'invention d'un nouveau thème iconographique dans le contexte de la Guerre de Cent ans, in Le genre face aux mutations : Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003. [En ligne : https://books.openedition.org/pur/15907].

    KARIM COOPER, Farah, The Hand on the Shakespearean Stage (London : Bloomsbury, 2016).

    MCLEOD, Glenda, Virtue and Venom: Catalogs of Women form Antiquity to the Renaissance (Ann Arbor: University of Michigan Press, 1991).

    NEWMAN, Jane O. “’And Let Mild Women to Him Lose Their Mildness’: Philomela, Female Violence, and Shakespeare’s The Rape of Lucrece”, Shakespeare Quarterly, 3, vol. 45, 1994.

    RIVERE DE CARLES, Nathalie, « Subtle weavers, mythological interweavings and feminine political agency: Penelope and Arachne in early modern drama”, Interweaving myths in Shakespeare and his contemporaries, eds. Janice Valls-Russell, Agnès Lafont, Charlotte Coffin (Manchester University Press, 2017).

    WEAVER, William P., Untutored Lines: The Making of the English Epyllion (Edinburgh University Press, 2012).

     

    Dans la même collection

    Avec les mêmes intervenants

    Sur le même thème