Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication), Cécile Berger (Intervention)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/cteh-yd23
Citer cette ressource :
Cécile Berger. UT2J. (2015, 25 juin). De l’orientalisme exotique et hétéroclite de la fable de Carlo Gozzi ("Turandot", 1762) à l’orientalisme chinois de "Turandot" de Puccini / Cécile Berger , in Turandot. Exotisme d’Extrême-Orient au début du XXe siècle. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/cteh-yd23. (Consultée le 20 juillet 2024)

De l’orientalisme exotique et hétéroclite de la fable de Carlo Gozzi ("Turandot", 1762) à l’orientalisme chinois de "Turandot" de Puccini / Cécile Berger

Réalisation : 25 juin 2015 - Mise en ligne : 16 juin 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

De l’orientalisme exotique et hétéroclite de la fable  de Carlo Gozzi (Turandot, 1762) à l’orientalisme chinois de Turandot de Puccini / Cécile Berger, in "Turandot. Exotisme d’Extrême-Orient au début du XXe siècle", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordinationde Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 25 juin 2015. * Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

Lorsque deux civilisations viennent à se rencontrer, les productions artistiques et littéraires jouent un rôle prépondérant dans le mouvement d’échanges qui s’installe entre leurs cultures respectives. Récits de voyage, contes et fictions locales, pensées et spiritualités ne forment qu’une part de la vaste matière identitaire prête à circuler d’une civilisation à l’autre. Pour cela, il faut construire une passerelle entre deux rives et garantir un passage assez fluide. Une exigence et de nombreux obstacles : frontières géopolitiques, passoires idéologiques, entonnoirs sociologiques, sans oublier la concession faite à la requalification en exotisme. Quant au découvreur, voyageur audacieux ou simple rêveur sédentaire, il dissimule mal sous couvert de curiosité insatiable la quête d’une ipséité, d’un moi projeté dans la culture de l’autre. En ce début de XXe siècle, l’histoire de la princesse Turandot, située en Chine mais puisant dans un vivier de contes persans, modelée à travers les rouages de la commedia dell’arte par la plume de Carlo Gozzi, ne dépasse sans doute pas le stade de la fantaisie. Mais ne parle-t-elle pas avec acuité de nos fantasmes à l’égard du straniero ? Cette journée d’études questionne la variété et la versatilité des échanges interculturels : témoignages, restitutions, traductions, interprétations, visions, imaginaires, appropriations, détournements... Dans cette communication, Cécile Berger explique comment « s’articule l’orientalisme tragique et, paradoxalement, la dérision assez distanciée et très marquée -proche d’une sorte de regard parodique- des masques de la commedia dell’arte chez Turandot de Carlo Gozzi qu’il transforme en orientalisme de pacotille, de carton-pâte, de purs pectacle, comme s’il voulait rappeler d’une certaine façon que l’on est dans la fiction et que le public doit bien en être conscient. [...] L'atmosphère gozzienne est néanmoins bien différente de l'atmosphère du livret de Giuseppe Adami et Renato Simoni pour la Turandot de Puccini ».

Mots-clés :  Théâtre italien (genre littéraire) -- 18e-19e siècles ; Orientalisme (dans la littérature) ; Carlo Gozzi (1720-1806) ; Giacomo Puccini (1712-1781) ; Turandot (oeuvre théâtrale-1762) ; Théâtre de la foire (18e siècle) ; Tragicomédie.

Intervention
Thème
Documentation

AVRAMOVIC, Milos (2018). La représentation de l’Asie dans le Théâtre de la Foire au XVIIIe siècle ou comment "dérègler" les principes classiques par la mise en place de l’univers exotique, Convergences francophones, 1, vol. 5, 36-44. [En ligne : https://core.ac.uk/download/pdf/268408019.pdf].

GOZZI, Carlo (2017). La principessa filosofa o sia il controveleno / La princesse philosophe ou le contrepoison. Introduction et traduction de Brigitte Urbani. Paris, Éditions Les Belles Lettres, 170 p.

GUTIÉRREZ CAROU, Javier (2006). Il Fondo Gozzi e la genesi della Turandot,  in « Carlo Gozzi entre dramaturgie de l’auteur et dramaturgie de l’acteur : un carrefour artistique européen », Problemi di critica goldoniana, 13, 129-139.

MARTIN, Roxane (2006). Des "Fiabe teatrali" aux féeries théâtrales : quelle continuité ?, in « Carlo Gozzi entre dramaturgie de l’auteur et dramaturgie de l’acteur : un carrefour artistique européen », Problemi di critica goldoniana, 13, décembre 2006, 291-301. [En ligne : https://hal.univ-lorraine.fr/hal-02482686/document].

JOLY, Jacques (1980). La Turandot de Carlo Gozzi : récit, fantasmes, allégorie, in Élie Konigson (dir.), Théâtre, Histoire, Modèles. Recherches sur les textes dramatiques et les spectacles du XVe au XVIIIe siècle, Paris, CNRS Éditions, coll. Les Voies de la création théâtrale, 8, 317-346.

LUCIANI, Gérard (1977). Carlo Gozzi (1720-1806) : l’homme et l’œuvre. Paris, Éditions Champion, 2 vol., 1184 p.

GOZZI, Carlo (1865). Turandot, in Théâtre fiabesque. Traduit par Alphonse Royer. Paris, Michel-Lévy frères, 155-229. [En ligne :  http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30530670p].

ARNAUD, François-Thomas-Marie de Baculard d' (1772). Il Fajel, tragedia del sig. d'Arnaud, tradotta in versi sciolti dal co. Carlo Gozzi. Venezia, Il Colombani, 124 p. [En ligne :  http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30029095g].

LESAGE, Alain-René (1731). La princesse de la Chine, in Le théâtre de la foire, ou L'opéra-comique. Contenant les meilleures pièces qui ont été représentées aux foires de S. Germain & de Saint Laurent. Tome VII. Paris, Pierre Gandouin Imprimeur, 123-212.  [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5505761v].

Dans la même collection