Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Sébastien Fray (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Sébastien Fray. UVSQ. (2013, 22 novembre). Intertextualité et stratégies d'autorité dans les Gesta abbatum de Conques (XIIe s.) , in L'écriture de l'histoire au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/93797. (Consultée le 4 mars 2024)

Intertextualité et stratégies d'autorité dans les Gesta abbatum de Conques (XIIe s.)

Réalisation : 22 novembre 2013 - Mise en ligne : 22 novembre 2013
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Intervention par : Sébastien FRAY, Université de Paris 4

Improprement désignés comme chronique par l'érudition moderne, les Gesta abbatum de Conques constituent un cas d'oeuvre historiographique assez brève (quelques folios), dont la rédaction peut être datée des environs de 1100. Cet ouvrage rédigé par un moine de Conques resté anonyme se compose d'une série de notices correspondant à la succession des abbés ayant régi le monastère patronné par sainte Foy.

Frédéric de Gournay a d'ores et déjà fait remarquer les liens intertextuels que ces Gesta entretiennent avec le cartulaire de Conques, alors en cours d'élaboration. Il faut toutefois faire remarquer qu'en réalité, le cartulaire n'est pas la seule référence sur laquelle se fondent les Gesta : ils se réfèrent également à un acte (d'ailleurs faux) non copié dans le cartulaire, le pseudo précepte du roi Pépin d'Aquitaine. Aussi, il convient de réinterroger les liens entre les Gesta et le cartulaire : en prêtant une attention particulière aux formes toponymiques,on se demandera si les actes résumés par les Gesta le sont réellement d'après le cartulaire, ou si les notices n'ont pas plutôt été construites d'après les originaux qui étaient encore présents dans le chartrier à cette date.

On ne peut d'ailleurs se contenter de noter que l'auteur des Gesta s'inspire d'actes de la pratique ; il faut également se demander quelle signification revêt pour lui et pour son public cette manière de procéder. À cet égard, il convient de se demander si chaque notice constitue une synthèse de la documentation qui était disponible, ou bien (ce qui semble le cas) si certains actes ont été privilégiés pour chaque abbé, et si l'on peut distinguer les logiques qui ont été à l'oeuvre dans ce processus de sélection. On ajoutera que d'autres types de textes, comme le corpus hagiographique dédié à sainte Foy, servent également de références dans les Gesta abbatum de Conques. Ainsi,il apparaît que la stratégie d'autorité historique déployée par leur auteur est complexe, et ne se résume pas à s'appuyer seulement sur les actes de la pratique.

Dans cette perspective, on se montrera particulièrement sensible aux silences du moine de Conques et aux erreurs qu'il a commises, mis en évidence quand on confronte les Gesta abbatum à d'autres sources. De la sorte, on pourra dégager les objectifs poursuivis par notre historiographe et la façon dont il a construit son discours historique afin de faire autorité.

Intervention

Dans la même collection

Sur le même thème