Non classé

Le suiveur suivi ou la rencontre avec le djinn

Réalisation : 16 décembre 2017 Mise en ligne : 16 décembre 2017
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Au bord de la mer, à Ouakham, une jeune femme, prononce des voeux sur des cauris qu'elle jette dans la mer après leur avoir fait faire trois fois le tour de sa tête.

Un jeune homme urine longuement dans l'eau. La jeune fille l'observe stupéfaite.

Lorsqu'elle s'en retourne, le jeune homme la suit, la poursuit jusque dans une forêt où elle disparait, remplacée par un djinn au visage effrayant, Djibi Diouf, un  militant très actif de la lutte contre le sida, atteint d'une grave leucodermie.

Terrifié, le jeune homme consulte une jeteuse de cauris qui, effrayée à son tour, lui révèle que c'est à présent la jeune fille-djinn qui le poursuit et le rend fou.

C'est le scénario que El Hadj Malick Dione, un artiste de Ouakham a élaboré avec l'assistance de Biram Diop, quand Alain Epelboin a mis sa caméra et ses compétences de vidéaste à son service.

La réalisation de ce film, censé avoir un rapport avec le sida, de fait une sorte de tournage du tournage, a eu lieu sur une plage de Ouakham, puis à Mbebess, dans le village dit de La Montagne, à la décharge à ordures de Dakar-Pikine-Guedjaway, puis au domicile d'une jeteuse de cauris à Yembel.

ACTEURS

 Gaby la jeune femme suivie 

El Hadj Malick Dione, le suiveur qui devient fou et premier metteur en scène

 Biram Diop, le deuxième metteur en scène

 M'Bay Diouf, le djinn

 Faty Nder de Yembel, la jeteuse de cauris

 Alain Epelboin, le caméraman

AUTEURS

El Hadj Malick Dione, Birame Diop, Alain Epelboin

CAMÉRA-MONTAGE- RÉALISATION

Alain Epelboin

CONSULTATION PAR LES CAURIS DE DJIBI DIOUF CHEZ FATOU NDER DEVIN-GUÉRISSEUSE À YEMBEL, (YEMBEL, SÉNÉGAL 2001)

Djibi Diouf, atteint d'une grave leucodermie, qui joue le djinn dans le film "le suiveur suivi ou la rencontre avec un djinn", consulte une devineresse, jeteuse de cauris, à propos de sa maladie en particulier, de son avenir en général. Au cours de cette divination, la devineresse révèle à son patient que l'affection qui l'atteint, "djib", marquée par des placards de dépigmentation,  très éprouvante, est bénie par l'Islam, du fait des souffrances endurées, ce qui lui assurera une place au paradis et aussi des dons/offrandes à venir de diverses personnes charitables. Il faut noter que la devineresse associe la leucodermie, la maladie immunitaire qui emportera Djibi Diouf quelques mois plus tard, avec une forme de dépigmentation beaucoup plus fréquente et sans gravité, exceptée les stigmatisations sociales, le vitiligo.

Thèmes
Notice
Contacter
Documentation

Dans la même collection

Sur le même thème