Canal-U

Mon compte
Canal-U/Médecine

ANARLF 2009 - Autres neuroprotecteurs


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/embed.1/anarlf_2009_autres_neuroprotecteurs.5437?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
PAYEN Jean François

Producteur Canal-U :
Canal-U/Médecine
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

ANARLF 2009 - Autres neuroprotecteurs

31ème journée de l’association de Neuro Anesthésie Réanimation de Langue Française (ANARLF). Thérapeutique en neuro-anesthésie-réanimation.
ANARLF 2009 Nancy – Autres neuroprotecteurs

Résumé : Le concept de neuroprotection sous-tend le projet thérapeutique de s’opposer à la mort neuronale induite par l’agression cérébrale. En traumatologie crânienne, ce concept s’applique aux lésions primaires (lésions axonales diffuses, contusions, hématomes) qui sont prévenues par l’emploi de casques, de ceintures de sécurité, d’airbag, et aux lésions secondaires. Celles-ci sont des altérations cellulaires, neurochimiques et métaboliques évoluant pour leur propre compte après la lésion initiale. Les lésions secondaires peuvent correspondre à l’aggravation des lésions initiales, par rupture de la barrière hémato-encéphalique (BHE), développement d’un œdème cérébral, apparition de zones d’ischémie. Elles peuvent aussi avoir une origine systémique, on parle alors d’agressions cérébrales secondaires d’origine systémique (ACSOS).

A partir de résultats favorables obtenus sur des modèles animaux de TC, environ 50 essais cliniques ont été conduits depuis 1980 pour tester plus de 20 agents neuroprotecteurs. Malheureusement, les résultats sur le pronostic neurologique des patients ont été la plupart du temps décevants.

Auteur : Jean François PAYEN - Anesthésie-Réanimation Hôpital Michallon CHU de Grenoble

SCD Médecine.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte