Canal-U

Mon compte
Canal-U/Médecine

ANARLF 2009 - Erythropoïétine et protection cérébrale


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/canal_u_medecine/embed.1/anarlf_2009_erythropoietine_et_protection_cerebrale.5436?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
VELLY Lionel

Producteur Canal-U :
Canal-U/Médecine
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

ANARLF 2009 - Erythropoïétine et protection cérébrale

31ème journée de l’association de Neuro Anesthésie Réanimation de Langue Française (ANARLF). Thérapeutique en neuro anesthésie-réanimation.
ANARLF 2009 Nancy – Erythropoïétine et protection cérébrale.

Résumé : La découverte de l’existence de l’expression d’EPO et de son récepteur sur de nombreux autres types cellulaires incluant les cardiomyocytes, l’endothélium vasculaire ou plus récemment les cellules nerveuses a fait naître l’idée d’un effet extra-hématopoïétique de l’EPO, suggérant que l’EPO, par une action paracrine et/ou autocrine (synthèse et action locale), possède également un rôle cytoprotecteur.

De cette hypothèse est né le concept d’un apport exogène d’EPO dans un but de protection tissulaire. Depuis, l’administration d’EPO recombinée humaine (rh-EPO) a fait la preuve de son efficacité sur différents modèles animaux d’ischémie rénale (Patel et coll., 2004) ou myocardique (Parsa CJ et coll., 2003). Dans le cadre plus spécifique du système nerveux central, outre un rôle physiologique de l’EPO endogène au cours de l’embryogénèse et de soutien en postnatal du tissu cérébral, une multitude de données expérimentales suggère un puissant effet neuroprotecteur de l’administration exogène d’rh-EPO. Cependant, cet effet n’est obtenu qu’avec de fortes doses d’rh-EPO (1000-30.000 UI/kg), très nettement supérieures à celles employées dans le traitement de l’anémie des insuffisants rénaux (500 UI/kg). Ces doses posent chez l’homme des problèmes de sécurité d’emploi et ont limité l’usage de la rh-EPO comme agent neuroprotecteur. Récemment, afin de palier à ces éventuels effets secondaires, des dérivés non hématopoïétiques de l’EPO ont été développés.

Auteur : Lionel VELY – Service d’Anesthésie Réanimation, CHU Timone adultes Marseille.

SCD Médecine.

  •  
    Label UNT : UNF3S
  •  
    Date de réalisation : 26 Novembre 2009
    Durée du programme : 37 min
    Classification Dewey : Sciences médicales. Médecine, Cerveau, Pharmacologie, thérapeutique, diagnostic
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Spécialités de médecine, Formation continue
    Disciplines : Neurologie, Réanimation
    Collections : ANARLF 2009 Nancy
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : VELLY Lionel
    producteur : CERIMES , Canal-U/Sciences de la Santé et du Sport
    Réalisateur(s) : Canal-U/Sciences de la Santé et du Sport , CERIMES
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : neurologie, pharmacologie, hormone, réanimation, anesthésie, ANARLF 2009 Nancy, érythropoïétine, EPO
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte