Canal-U

Mon compte
Ecole Normale Supérieure de Lyon

Gaborone, Botswana : la constitution d’un site attractif pour la recherche sur les antirétroviraux


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ecole_normale_superieure_de_lyon/embed.1/gaborone_botswana_la_constitution_d_un_site_attractif_pour_la_recherche_sur_les_antiretroviraux.14808?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
Chabrol Fanny

Producteur Canal-U :
Ecole Normale Supérieure de Lyon
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Gaborone, Botswana : la constitution d’un site attractif pour la recherche sur les antirétroviraux

Gaborone, Botswana : constitution of an attractive site for AIDS research : between the production of knowledge and government of population


Transnational biomedical research has played a key role for the expansion of antiretroviral medications in African countries, by providing “evidences” of the feasibility and efficacy of treatments and to sustain African health care systems.Through ethnographic research undertaken in Botswana between 2007 and 2009, I analyze the Botswana national antiretroviral program as a temporal and spatial site that was “made” through international biomedical collaboration and national projects.On a theoretical level, I was particularly interested in how different sets of actors described themselves as belonging to a “conducive site” for HIV research and the tensions or expectations that occurred thereof. Such sites emerge through the increasing role of biomedical actors and pharmaceutical and scientific philanthropy alongside traditional actors who together shape public health policies in Africa. By going beyond describing Botswana as an attractive site for biomedical research, my theoretical argument is twofold. Firstly, I underline the processes by which the nation-state was made available for biomedical projects and became a “popular destination” for biomedical research (Petryna 2009). But in order to fully understand its local and national implications, I look at political imagination and political economy to see how State projects are involved besides the opportunities related to this intervention (Ferguson 2006). Here, rather than dealing with the notion of experimentation, I try to further on the proposition of Dozon (1991) to look at “attraction” as a long term historical process within which biomedicine created the African continent as a site of modernity, development and scientific progress, “attractive for the Western World”. At the beginning of the 1980s, the AIDS epidemic had the potential to undermine this movement because of massive death and demographic fears of extinction. I argue that the treatment of AIDS has restored a period of attraction with the spatialisation and specialization of foreign intervention constituting sites and reservoirs of subjects and value. Attractiveness, by describing processes of reciprocity, movement, exchange, and expectations has the ability to account for tensions, temporality and coexistence of different agendas around health care in Africa. In this presentation, I argue that attractiveness of Botswana lies at the intersection of knowledge production and government of populations. Importantly if one wants to understand contemporary global health programs I show that “attractiveness” is a reciprocal movement that creates expectations and tensions.


Gaborone, Botswana : la constitution d’un site attractif pour la recherche sur les antirétroviraux, entre production de savoir et gouvernement de la population

Dans le processus de généralisation de l’accès aux médicaments antirétroviraux pour les personnes vivant avec le VIH/sida en Afrique, la recherche biomédicale transnationale a joué un rôle important tant pour apporter à la communauté internationale les « preuves » de la faisabilité et de l’efficacité des traitements en Afrique que pour venir en appui aux systèmes de santé. Sur le plan empirique, je m’appuie sur les données de ma thèse qui traitent de la collaboration de l’école de santé publique de Harvard avec le Botswana et du rôle de cette institution au cœur du programme national d’accès aux antirétroviraux afin d’entrevoir les transformations en cours des logiques d’intervention sur le continent africain. Plutôt que de penser la relation de l’Afrique au monde selon le prisme du « champ d’expérimentation » je discute l’idée que s’y dessinent des « sites attractifs » pour la recherche biomédicale sur le sida (Petryna 2009).Sur le plan théorique, il s'agit de réinscrire dans une trame historique ces transformations concernant la « place-dans-le-monde » (Ferguson 2006) qu'est le continent africain miné par le sida mais accédant aux ARV. Je propose de prolonger un article écrit en 1991 par J. P. Dozon au sujet de la double contrainte d'attraction/répulsion qui caractérise historiquement la relation de l'Afrique au monde. Tandis que la conquête coloniale s'était faite dans un mouvement de rejet de ce « tombeau de l'homme blanc » synonyme de maladies et de mort (répulsion), l'installation coloniale et la domination exercée notamment grâce à une biomédecine toute puissante avaient fait basculer la double contrainte dans le sens de l'attraction. La décolonisation poursuivait cette phase d'espérance, de croyance en la modernité du développement et au progrès scientifique et malgré les premières crises de la post indépendance, « l'Afrique demeurait attractive pour les Occidentaux ». Mais l'ampleur prise par le sida en Afrique réactiva soudainement le spectre d'un continent « à la dérive » qui serait son propre tombeau. Avec son lot de peurs démographiques et d’images de mort, le sida redéfinissait le double mouvement d'attraction/répulsion dans le sens de la répulsion. Dans le cadre de cette communication, plus précisément, j’aurais à cœur de montrer que l’attractivité s’est construite autour des antirétroviraux, au point de rencontre entre la « production de savoir » et le « gouvernement des populations ». Je mobiliserai la réciprocité sous-jacente à la notion d’attractivité afin de souligner que les institutions nationales sont parties prenantes des programmes de santé globale, avec des attentes et des inquiétudes spécifiques.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 10 Septembre 2013
    Durée du programme : 26 min
    Classification Dewey : Éducation, enseignement
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Anthropologie et Ethnologie
    Collections : Produire du savoir - Gouverner des populations
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : Chabrol Fanny
    producteur : Institut Français de l'Éducation
  •  
    Langue : Anglais
    Mots-clés : population, savoir, gouverner, Produire, antirétroviraux
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte