Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Sexbots : sexe, technologie, politique / Anthony Masure, Saul Pandelakis


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/sexbots_sexe_technologie_politique_anthony_masure_saul_pandelakis.48029?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Sexbots : sexe, technologie, politique / Anthony Masure, Saul Pandelakis

Sexbots : sexe, technologie, politique / Anthony Masure et Saul Pandelakis, in "Sex Plays : penser les objets du sexe du présent", journée d'étude organisée par le laboratoire Lettres, Langages et Arts-Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles (LLA-CRÉATIS) sous la responsabilité scientifique de Saul Pandelakis, Université Toulouse Jean-Jaurès, 27 novembre 2017.

En 2017 on estime à 13% le nombre de requêtes sur les moteurs de recherche qui s’inscrivent dans le registre de la pornographie. Ceci est même banal, tout comme le fait d’observer que « le sexe vend ». De nouveaux sextoys arrivent tous les mois sur le marché, tandis que de nouveaux discours s’élaborent autour des rencontres et des activités à caractère sexuel. Nous n’avons pas encore les moyens techniques de construire de parfaits sexbots (robots pour le sexe), mais nos fictions, de Ex Machina à Hot Bot, investissent pourtant frontalement le champ des interactions sexuelles humain-machine. De nombreux documentaires présentent par ailleurs les relations contradictoires qui animent la culture occidentale, entre le jeu de la satisfaction instantanée (avec Grinder, Tinder, et d’autres services du même acabit) et les schémas de l’addiction (dans Chem Sex, 2015).
Le sexe est bien sûr aussi une question de pouvoir, et l’absence d’autonomie sexuelle constitue une privation de liberté et de droits. En France, il est toujours interdit aujourd’hui de recourir aux services d’un/e assistant/e sexuel/le dans les cas des personnes en situation de handicap, alors que la pratique est légale en Belgique, Suissse, Italie, etc. et même financée par l’État au Danemark. Le documentaire Yes We Fuck (2015) nous rappelle que le sexe n’est pas seulement une question de plaisir, mais bien d’agentivité -en tant que tel, il devrait constituer une part fondamentale de tout projet de justice sociale. Les débats actuels autour du sexe viennent aussi remuer notre compréhension des dichotomies de sexe / genre. Alors que les personnes trans, intersexe, queer, fluides se battent pour obtenir visibilité et respect, il semble que les productions du design, et plus particulièrement les sextoys, peuvent jouer un rôle décisif dans les stratégies politiques autour des identités personnelles et collectives. (...)
L'enjeu de ce workshop est de questionner la relation spécifique entre nos corps, nos subjectivités, et ce matériau singulier aux propriétés organiques qu'est le silicone de grade médical utilisé pour fabriquer les sextoys. Comment le silicone peut-il habiller, appareiller, compléter le corps nu ou équipé par d'autres objets, d'autres matières ? Le silicone est-il limité aux objets du sexe ? Peut-on imaginer d'autres applications par une approche de design transdisciplinaire (mobilier, espaces, dispositifs pour le sexe) ?

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte