Conférence
Notice
Langue :
Français
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
ClermontMsh. (2020, 20 novembre). Franck Collin, « La rage d’Achille : Omeros et la colère postcoloniale de Derek Walcott » , in Genres et formes poétiques de la colère, de l'Antiquité au XXIe siècle. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/112027. (Consultée le 22 février 2024)

Franck Collin, « La rage d’Achille : Omeros et la colère postcoloniale de Derek Walcott »

Réalisation : 20 novembre 2020 - Mise en ligne : 20 novembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Franck Collin : maître de conférences HDR en Littératures antique, médiévale et comparée, Université des Antilles-Martinique

Μῆνις (mènis) est le premier mot de l’Iliade. La « colère » est le premier mot du texte fondateur de l’Occident. Celle d’Achille est motivée par le ressentiment, le désir de se venger, de blesser. Sa folie (μανία, mania) est à la mesure de son urgence de justice, son attente d’une douceur introuvable. Dans Omeros (1990), la colère devient une « rage », celle d’Achille, le pêcheur Saint-Lucien afrodescendant, à l’égard du passé colonial qui façonne toujours son île et ses habitants, en éloignant de lui Helen, à la fois la femme aimée et la personnification de l’île. Soucieux de subvertir la culture européenne qui a simplifié la culture africaine, Walcott dépasse cependant le règlement de comptes, et prenant Omeros pour guide, rétablit la dignité de l’Helen des Caraïbes, creuset rhizomique où l’identité noire se répare, accueille les influences et retrouve la paix.

Dans la même collection

Sur le même thème