Conférence
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2020, 14 février). Écrire un érotisme révolutionnaire. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/131903. (Consultée le 15 juin 2024)

Écrire un érotisme révolutionnaire

Réalisation : 14 février 2020 - Mise en ligne : 19 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette communication a été filmée dans le cadre du colloque Godard à la lettre organisé par l'équipe du LASLAR à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l'Université de Caen Normandie.

Raphaël Jaudon est Docteur en Études cinématographiques. Il enseigne l’esthétique et l’histoire du cinéma à l’Université Lyon 2. Ses travaux portent sur les rapports entre cinéma et politique, abordés d’un point de vue à la fois théorique et analytique. Il a publié divers articles et chapitres d’ouvrages sur le sujet, a co-dirigé le troisième numéro de la revue Écrans, une journée d’études sur la place des arts dans la pensée de Jacques Rancière, et organisera en décembre 2019 un colloque international consacré aux manifestations politiques à l’écran. Sa thèse, réalisée sous la direction de Luc Vancheri, sera publiée prochainement aux éditions Circé sous le titre Cinémas politiques, lecture esthétique.

Résumé de la communication

Du « groupe Dziga Vertov », collectif de cinéma militant animé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin, on pourrait attendre qu’il aborde frontalement la sexualité, dans sa dimension sociale et politique. Le sujet connaît en effet un regain d’intérêt après Mai 68, et donne lieu à de nombreux films, textes et travaux théoriques.

Or, Godard et Gorin effectuent un double pas de côté par rapport aux milieux militants de leur époque : non seulement ils privilégient la question de l’érotisme à celle de la sexualité, mais cet érotisme semble devoir passer, dans leurs films, par la médiation de l’écrit. La carrière du groupe offre plusieurs exemples remarquables : alternance de cartons stylisés et de fragments de corps dans British Sound (1969), proposition pour une politique de la jouissance sous forme de slogans écrits dans Pravda (1969), ou encore personnages griffonnant des mots sur des photographies érotiques pendant le procès de Vladimir et Rosa (1970), instituant le corps nu comme lieu d’une refondation du langage politique.

Raphaël Jaudon se propose d’analyser la fonction de l’écriture dans l’érotique militante de Godard et Gorin. Il examine en détails les liens qui se tissent dans leurs films entre l’exposition des corps et celle des mots, et tenterai de comprendre en quoi ces deux processus peuvent tendre vers un même horizon révolutionnaire.

Sur le même thème