Documentaire
Chapitres
Notice
Langues :
Français, Serbe
Crédits
Maria Vivod (Intervention)
Conditions d'utilisation
©2000 Maria Vivod
DOI : 10.60527/xv9w-pn60
Citer cette ressource :
Maria Vivod. SMM. (2000, 19 février). Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbie , in anthropologie médicale. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/xv9w-pn60. (Consultée le 21 juillet 2024)

Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbie

Réalisation : 19 février 2000 - Mise en ligne : 23 octobre 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Biljana la femme-guérisseuse, Budisava, Serbie

un film de Maria Vivod

film et montage : Maria Vivod

assistance technique : SCAV

traduction francaise Vladimir Fisera et Maria Vivod

musique choeur des moines de Chevetogne, Chants de la liturgie slavonne

son Maria Vivod Ambre Muller & Astrid Marchioli

SCAV, Université Marc Bloch de Strasbourg

1ère partie tournage en 2000

interview avec commentaire et traduction en français sur les activités de cette guérisseuse

thérapie sur une vieille femme - feu - oreille

thérapie plomb

thérapie jeunes femmes par la mère de Biljana - courge calebasse massage graisse 

Le film a été enregistré en hiver 2000, en Serbie Monténégro actuelle, c’est à dire, ce qui reste de l’ancienne fédération yougoslave. Plus précisément, il s’agit de la province au nord de ce pays, dans la région de la Voïvodine, à 150 km au sud de la frontière hongroise. 

Le village où j’ai filmé s’appelle Budisava, à 15km de la capitale de la Voïvodine, Novi Sad. Le tournage s’est fait en  février, soit presque un an après le commencement des bombardements de l’OTAN. Uniquement sur la ville de Novi Sad une quantité extraordinaire de 60 000 tonnes du matériel explosif sont tombés. C’est juste pour dessiner un croquis rapide de l’état d’esprit des gens qui étaient filmés pendant ces deux semaines…

Le sujet de mon film est Biljana, une femme serbe qui a quitté son poste de secrétaire de l’école primaire de son village pour se consacrer, comme elle le dit, à son métier de « guérisseuse populaire ». Elle devient très connue dans la région : les gens en cherchant une aide à leurs problèmes et à leurs maladies viennent la voir de loin. 

Biljana n’est pas l’unique guérisseuse : depuis le début des années 90, quand les guerres civiles ont éclatées l’une après l’autre, les guérisseurs, les herboristes, les rebouteux et les voyants ont ressurgi après 40 ans de joug communiste qui interdisait et réprimait toute pratique de médecine dite « alternative ». La publicité par la télévision ou la radio est un moyen que ces guérisseurs utilisent pour se faire connaître. Dans la société serbe contemporaine il est devenu acceptable, voir « normal » de s’adresser aux médecins populaires, plus souvent appelés « traditionnels ». 

Biljana est rebouteuse et pratique des massages. Elle prêche également le retour à la foi orthodoxe serbe. Mais sa réputation vient surtout d’un procédé qu’on appelle en langue serbe « salivanje strave », « olomöntés » en hongrois, soit dans une traduction libre (littérale ?) « faire fondre la peur ».

Dans les Balkans, et une partie de l’Europe Centrale, la fonte du plomb, presque toujours pratiquée par des femmes, est célèbre. 

Elle permet notamment de guérir certains désordres psychiques et particulièrement la « maladie de la peur » : le « fras » en serbe ou « fràsz » en hongrois,  une entité nosographique populaire qui se manifeste – le plus souvent chez les enfants en bas âge, mais aussi chez les adultes –, par un état  d’anxiété aiguë et de nervosité, accompagné de cauchemars . 

Mais les femmes qui fondent le plomb utilisent aussi cette technique pour établir un diagnostic et prédire l’état de santé des personnes venues consulter.

Biljana par exemple fait fondre le plomb pour presque chaque patient dans un but diagnostique. La forme du plomb fondu lui permet ainsi de voir ce dont souffre le consultant, ses maladies chroniques ou encore celles du passé. Par exemple, des petites cavités régulières évoquent des kystes ovariens chez les femmes, une forme du cœur – des maladies cardiovasculaires- etc.

Mais en répétant ce procédé  (trois) plusieurs fois, elle peut non seulement traiter la maladie diagnostiquée mais aussi prévoir l’état de santé futur de la personne . Le succès du traitement est attesté lorsqu’elle obtient l’éclatement du plomb brûlant plongé dans l’eau, qui s’exprime par un bruit caractéristique et par la forme explosée qu’acquiert le métal fondu lors de sa solidification brutale.

Mais c’est principalement de la fonction divinatoire de cette méthode qu’il sera question dans le film présenté aujourd’hui, bien que cette dimension ne soit pas essentielle dans la pratique courante de Biljana. Elle affirme en effet qu’elle évite de dire aux patients ce qu’elle voit dans le plomb concernant l’avenir. Néanmoins, quelquefois, elle fait des exceptions et la forme du plomb permet alors de dévoiler des évènements futurs, les points faibles de l’individu, le développement probable de maladies, le délai dans lequel ces manifestations sont susceptibles de survenir. Mais pour parfaire ses prévisions, Biljana cherche à connaître le comportement religieux du consultant, en particulier le respect des principes et des règles prescrits et valorisés par l’église orthodoxe : le jeûne, les dimanches ou encore la façon dont la personne célèbre sa « slava », la fête du saint protecteur.

L’énoncé divinatoire est alors toujours acompagnée de recommandations relatives à la foi et la pratique religieuse : un zèle de la foi à laquelle il appartient (uniquement pour les personnes chrétiennes !), le respect des tabous (ne pas laver ses cheveux et son linge les dimanches, fréquenter l’église, se confesser régulièrement). Sous réserve que ces prescriptions soient respectées, la probabilité de survenue des maladies prédites devient minime.

Biljana peut également pratiquer la technique du plomb fondu en l’absence de la personne concernée. Elle utilise dans ce cas , comme nous allons le voir dans le film, un substitut nommé « zamena » - « échange » dans la langue serbe : un morceau de vêtement ou la photo de la personne absente. (M.V.)

2ème partie tournage en 2005

Consultation d’une femme par une femme guérisseuse dans son cabinet de consultation.    Thérapie par incantation - Conjuration.

 L’attention est portée à l’acte de l’incantation que Biljana appelle ‘prière’

 Le plomb fondu est à la fois un objet divinatoire et thérapeutique

 

 

 

Intervention
Thème
Documentation
2020Maria Vivod et l'anthropologie visuelle

Ma ville natale a financé une petite exposition photographique de mes photos. Il s’agit des photos que j’ai prises lors de mon voyage à Vietnam (en 2015). J’ai visité un village Brou (ethnie Van Khieu). J’ai essayé de retracer les pas de Gàbor Vargyas

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème