Documentaire
Chapitres
Notice
Langues :
Akan, Français, Sango
Crédits
Alain Epelboin (Intervention)
Conditions d'utilisation
© 2007 SMM CNRS MNHN Paris
DOI : 10.60527/tk6w-8558
Citer cette ressource :
Alain Epelboin. SMM. (1994, 15 décembre). Chronique aka, Akungu décembre 1994 : cure de la migraine de Bonéné et histoire de la folie de Koti , in anthropologie médicale. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/tk6w-8558. (Consultée le 22 juillet 2024)

Chronique aka, Akungu décembre 1994 : cure de la migraine de Bonéné et histoire de la folie de Koti

Réalisation : 15 décembre 1994 - Mise en ligne : 1 septembre 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cure de la migraine de Bonéné et histoire de la folie de Koti, des crises migraineuses qui la poussaient à fuire en forêt

Bonéné profite du passage d'un guérisseur pour se faire soigner ses maux de tête, sa migraine.

Après avoir tergiversé, le guérisseur accepte de la consulter et devine la présence de mauvais sang dans sa tête responsable de ses maux.

Il lui fait scarifier le front par Bokayo, puis suce le sang et va le cracher derrière la maison.

0 s                       Le nganga, le devin-guérisseur, se fait prier pour consulter

1 mn 41              Repérage du mauvais sang dans le front de Bonéné

2 mn 10              Rasage du crâne de Bonene par Bokayo pour permettre l'extraction

3 mn 11              Scarification et saignement du front de Bonéné

4 mn                  Succion de la zone scarifiée par le nganga

5 mn                  Crachat du mauvais sang et de l'objet maléfique en dehors du campement

5 mn 35             Application du remède mbili sur la scarification

6 mn 12             Mambi raonte comment Koti a souffert du même type de maux de tête jusqu'à devenir folle et errer en forêt et des thérapeutiques tentées en vain: « On avait mis ça à Koti. On suivait Koti dans la forêt, en courant pour la prendre (retenir). Même on brûle le fer de hache au feu : ça rougit. On verse l’eau sur la tête de Koti. Jamais ! Ça ne tient pas ! C’est très dur la maladie là ! Nous on croyait que c’était les ba.kadi. Or ce n’était pas les ba.kadi. C’était seulement ce qu’on vient d’enlever sur la tête de la femme là (Bonéné). On rougit le fer de hache ! On met au dessus de la tête. On bouille l’eau dans une marmite. Après on prend une étoffe, on roule ça, on met sur la tête de Koti. On prend l’eau bouillie (la marmite) on met sur la tête de Koti. On prend le fer rougi, on jette dans la marmite. Ca fait le bruit… sur la tête de Koti.Tout cela, ça ne tenait pas. On croyait que ça vatenir ! Jamais ! Chaque jour ! »

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème