Entretien
Chapitres
Notice
Langue :
Français
Crédits
Frédéric Vitoux (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/mc72-na47
Citer cette ressource :
Frédéric Vitoux. Sup-Numerique. (2017, 6 décembre). Vous pouvez le dire en français ! Avec le numérique, participez à l'enrichissement de la langue française. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/mc72-na47. (Consultée le 23 mai 2024)

Vous pouvez le dire en français ! Avec le numérique, participez à l'enrichissement de la langue française

Réalisation : 6 décembre 2017 - Mise en ligne : 10 décembre 2017
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Chaque année, 200 à 300 termes et définitions, destinés à combler les lacunes du vocabulaire dans toutes les disciplines, sont publiés au Journal officiel. Chercheurs et enseignants, qui sont parfois les premiers confrontés à l'apparition de notions nouvelles - en anglais le plus souvent -, peuvent participer à l'enrichissement de la langue française. (Voir l'article complet sur Sup-numérique)

Intervention
Thème
Documentation

Quelles sont les principales missions de la Commission d’enrichissement de la langue française ?

Les missions de la Commission d’enrichissement, comme son nom l’indique, ce sont d’enrichir la langue française, la langue française qui est une langue vivante, c’est une langue vivante, c’est une langue qui doit donc dire le monde d’aujourd’hui, comme le monde d’hier ou d’avant-hier. Donc la mission de la Commission d’enrichissement, c’est de trouver les mots nouveaux pour dire le monde nouveau.

La Commission d’enrichissement dans ses travaux a aussi pour souci, dans les définitions qu’elles donnent des mots nouveaux, de les expliquer de la manière la plus claire, la plus synthétique, et par conséquent la plus compréhensible au plus grand nombre, car souvent les termes anglais sont des termes mal adaptés, comment dirais-je, ils renvoient à une sorte de pseudo élitisme anglo-saxon des locuteurs français, qui est ridicule. Alors qu’un mot bien défini, si vous prenez le mot « digital native » ou « native digital », « les enfants du numérique » tout le monde peut comprendre ce que cela veut dire.

Donc je dirais que la Commission d’enrichissement de la langue non seulement elle a un devoir d’enrichissement de la langue française, mais aussi un devoir, je risque un grand mot, de démocratisation du savoir, pour le rendre accessible au plus grand nombre. Et cela c’est très important.

Qui peut contribuer à l’enrichissement de la langue ?

Je pense que vraiment, l’enrichissement de la langue est au départ quelque chose de totalement interactif ou qui a besoin du talent, de l’initiative de tout le monde.

Bien entendu, je ne méconnais pas que dans les domaines des sciences, les savants du monde entier, souvent, la plupart du temps, font leur communication en anglais, mais cela n’exclue pas le fait qu’ils ont besoin d’une traduction française claire et précise.

Même si pour se faire comprendre d’un chercheur étranger on va parler anglais, dans une centrale atomique française, si on n’a pas une bonne définition claire et exacte des termes, on court le plus grand risque.

Tous les spécialistes d’un domaine sont au fond concernés, parce que la langue française, ça appartient à tout le monde, c’est notre génie collectif, notre trésor collectif, que de l’enrichir, et de lui permettre de dire le monde.

Donc ce que j’attends des enseignants en particulier, c’est précisément de contribuer à repérer les besoins nouveaux.

Quels moyens a la Commission pour diffuser ces nouvelles définitions ?

Le premier acte officiel, je vous l’ai dit, c’est le Journal Officiel précisément, qui le fait connaître. Il faut que les médias soient peut-être plus attentifs qu’ils ne le sont pour contribuer à les enrichir.

Et la presse est en effet probablement l'un des outils majeurs qui contribuent à faire accepter un mot.

On a besoin de tout le monde pour les faire connaître ces termes, tout le monde, les enseignants en premier lieu, comme les journalistes, comme les écrivains, comme les utilisateurs, les locuteurs en règle générale. Mais ensuite, au fond, c’est le devoir de chacun d’entre nous.

 

 

Sur le même thème