Conférence

Le drame de Lucrèce vu par les peintres / Jean Nayrolles

Réalisation : 17 novembre 2020 Mise en ligne : 17 novembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le drame de Lucrèce vu par les peintres / Jean Nayrolles, in "Leviol de Lucrèce dans les arts : variations autour d’un mythe romain", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 17 novembre 2020.* Communication filmée à distance, par application Zoom.

Le suicide de Lucrèce est un mythe fondateur de la république romaine du VIe siècle avant l’ère commune. Victime de viol par un patricien du cercle proche de la royauté corrompue, son sacrifice provoque une révolte aristocratique et plébéienne qui contribuera à instaurer la république romaine.Le mythe du viol de Lucrèce traverse sans discontinuité les siècles, avec un intérêt glissant progressivement de la portée politique vers le destin personnel de l’héroïne. La prépondérance de la part humaine du mythe intéresse les artistes, sensibles à sa dimension tragique qui les inspirent. En effet, le crime abominable et la culpabilité de la victime ne peuvent rattraper la perte définitive de l’honneur. Seule l’issue du suicide est acceptable aux yeux de Lucrèce, issue profondément tragique.Ce geste remarquable soulève un ensemble de valeurs morales et met en exergue de thèmes qui ont trouvé dans les arts des interprétations variées : l’innocence violée selon Britten, la chasteté meurtrie pour Shakespeare, la brutalité du crime peinte par Le Titien, la fidélité conjugale à l’épreuve musicalisée par Haendel, le sens de l’honneur mis en valeur par Tite-Live.Les chercheurs réunis par l’IRPALL, avec le soutien du Théâtre du Capitole, mettent en perspective la richesse des lectures de ce mythe réalisées à l’aide de plusieurs langages artistiques : littérature, théâtre, opéra, peinture…

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2020, 17 novembre). Le drame de Lucrèce vu par les peintres / Jean Nayrolles. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/105041. (Consultée le 16 mai 2022)
Contacter
Documentation

SOURCES

Tite-Live, Histoire romaine, I, 56-60.

Ovide, Fastes, II, 721-852.

Valère Maxime, Actions et paroles mémorables, VI, 1.

Saint Augustin, La Cité de Dieu, I, 19.

Boccace, Les Femmes illustres / De Mulieribus claris,trad. fr. Paris, Belles Lettres, 2014.

Geoffrey CHAUCER, La légende des femmes vertueuses, dans Les Contes de Canterbury et autres œuvres, trad. fr. Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 2010, p. 1426-1432.

Pierre LE MOYNE, La galerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommaville, 1647.

BIBLIOGRAPHIE

Paul BENICHOU, Morales du Grand Siècle, Paris, Gallimard, 1948.

Agnès BLANDEAU, « De Chaucer à Cranach : vers une nouvelle image poétique et picturale de Lucrèce ? », dans Le Néo. Sources, héritages et réécritures dans les cultures européennes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 169-180. [En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01874602/document].

René GIRARD, Shakespeare, les feux de l’envie, Paris, Grasset, 1990.

Jean NAYROLLES, Du sacrificiel dans l’art, Paris, Kimé, 2019.

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème