Entretien

Voix d'Ariège

Réalisation : 22 juin 2005 Mise en ligne : 22 juin 2005
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Eliane Estaque, locutrice naturelle née en Ariège près du Mas d'Azil évoque la vie du village de Sabarat, les foires, les bêtes, la vie religieuse, le dialecte languedocien et le dialecte gascon parlés à quelques kilomètres. Elle lit un conte qui lui a été dit par un conteur. Elianne Estaque évoque en occitan la vie dans un village d'Ariège.

GénériqueInterview et traduction : Patrick SAUZET Transcription : Laurent GILARD Réalisation : Bruno BASTARD

Chapitres
    Intervenants
    Thèmes
    Notice
    Langue :
    Occitan (xxe siècle), provençal
    Crédits
    Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Bruno BASTARD (Réalisation)
    Conditions d'utilisation
    Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
    Citer cette ressource:
    UT2J. (2005, 22 juin). Voix d'Ariège. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/34615. (Consultée le 22 mai 2022)
    Contacter
    Documentation

    Convèrsa amb Eliane Estaque (Patrick Sauzet)

    (I)


    Patrick Sauzet : Eliana Estaca, bonjorn.

    Eliane Estaque : Bonjorn.

    PS : Doncas, anam parlar primièr de vos, se volètz... nos dire un pauc qual sètz e d’ont venètz, d’un mot.

    EE : Soi neishuda a Sabarat, dins l’Arièja.

    PS : Sabarat se ditz ?

    EE : Sabarat, òc. Dins l’Arièja, al costat del Mas d’Asil.

    PS : Luènh del Mas d’Asil ?

    EE : Quatre quilomèstres. Quatre o cinc. Quatre, cresi. Voilà. Donc, èi entenut, quan èra petita, parlar patoés al torn de jo. Les parents, les amics, tot le monde parlava patoés. Mas nosautis, joens, caliá parlar francés. E, èi avut dus institutors, que l’un nos deishava parlar patoés de temps en temps, atal...

    PS : En classa tanben, o...?

    EE : Pas en classa. Mos ensenhava, se volètz, la gramària, ame’l patoés. Fasiá una, una relacion se volètz.

    PS : S’en servissiá ?

    EE : S’en servissiá. Per exemple, nos disiá : tots les mòts, en patoés, que s’acabavan per ‑ada, en francés èra –ée. Se acabavan per  –é-, -e. Una dictada, une dictée. E mos ajudava plan. Més, après, èi avut un autre institutor. Alavetz, aqueth, caliá-pas cap de mic parlar patoès.

    PS : ...cap de mic

    EE : Pas un mòt. Anfin, dins l’ensemble, bon, aquela lenga, petit a petit, s’es un pauc perduda. Las gents vièlhs son partits e ara, i a-pas plan monde que le parla encara.

    PS : Perque vos, òc, l’ausissiatz parlar, mas a qual lo parlàvetz ?

    EE : L’èi-pas plan parlat jo.

    PS : Mai que mai ausit.

    EE : Ame personas atjadas que parlavan pas le francés, parlava un pauc patoés e me brembi que una femna atjada, parlava patoès, li responiá en patoès. E dins una conversacion, li diguèri “non”. E me repoteguèc e me disèc : “Cal diser nani”. “Nani” èra le “vous” français, coma la persona èra mès atjada que jo, li caliá díser “nani”, pas “non”.

    PS: Èra important dire « nani " ?

    EE : Per ela, èra importènt. Un mainatge deviá respectar les vièlhs.

    PS : E dire “nani”

    EE : Oui. Cal díser “nani”. Me brembi aquò.

    PS : Es una bona leiçon, aquò, interessanta.

    EE : Es demorat.

    PS : E lo segond regent, en practica dins la classa, cossí se produsissiá (?) ?

    EE : Nosautis, èrem neishuts, donc, a la campanha. Totis èrem de la campanha, de gents que les parents parlavan patoés. E nosauti(s) i aviá quauque mòt qu’escapava, en patoés, dins le francés. E alavetz, le regent mos fasiá  la guèrra aquí dessús. Voliá-pas que botèssem un mòt de patoés. Èra un pauc normal, parce que caliá aprénguer le francés e alavetz caliá-pas melanjar. Mas enfin, ne demòra encara quicòm dins le cap.

    PS : Òc, es pas completament caçat ça que la. E alara, lo vòstre país, aquí donc, prèp del Mas d’Asil, es un parlar lengadocian, que diriam, e es pas plan luènh ça que la dels parlars gascons, es que avètz d’exemples...?

    EE : Le parlar gascon se parla al vilatge a costat.

    PS : Que se sona ?

    EE : Qu’es a pus près, Dalmasan,  qu’es a pus près a cinc quilomèstres d’a’n çò nòste. E aquí se parla gascon.

    PS : Concretament, quinas diferéncias, es que i a d’exemples de mots que vos tornan... de causas que son diferentas a Dalmazan e a...

    EE : ..de mòts oui.... A’n çò nòste, per díser “un chaudron”, disèm “un pairòl” e a costat, disen “un caudèr”.

    PS : A ! “un caudèr”, òc.

    EE : Aprèp, sèi pas d’auti mòts. Jo èi aprés surtot.....

    PS : Me semblava tanben que per lo nom del gos o del can ?

    EE : Oui, es vertat, nosautis disem “le can” e eli disen “le gos”.

    PS : A òc...

    EE : I a diferéncias atau, més mos comprenguèm quand mèma.

    PS : Me sembla, aquí, tot aquò se trobava sul mercat, benlèu non ? Prèp de Dalmazan.

    EE : Suls mercats, e .... i aviá las fèiras qu’èran importèntas, la fèira del Mas, la fèira de Dalmazan e la fèira de Sent Gironç. Èra fèiras pro importèntas e alavetz, i avia çò qu’apelavan, sus las plaças, les feirals. I aviá le fèiral del buòus, i aviá... anà vener la polalha tot aquò, i aviá una plaça e i aviá plan monde. E alavetz, la nuèit, a’n çò nòste, las gents, les amics, tots se reunissián e parlavan del cors del buòu, del cors de la poralha, dels pòrcs e i aviá pòrcs qu’eran pro reputats, èran les pòrcs de Casèras.

    PS : Los pòrcs de Casèras, òc, a mès son de pòrcs gascons aquò ja!

    EE : A Casèras... èra una qualitat de pòrcs, parés, milhor qu’a...

    PS : que Casèras es ja dins la val de...

    EE : Casèras es a costat de Carbona.

    PS : Es aquò.

    EE : Carbona...

    PS : Es la val de Garona

    EE : Si...

    PS : Es donc de l’autre costat. Òc, d’acòrdi.

    EE : Oui.

    PS : Òc, justament parlavetz de poralha e de garinas.

    EE : De poralha oui, de poralha, compreni las garinas, les poths e les perròts..

    PS : A ! les perròts...

    EE : ... les perròts, las aucas, les tirons, òc tot aquò.

    PS : Disètz que de garinas se parla quand son vivas e polalha quand son per vendre, es aquò, non ?

    EE : Es aquò, las poralhas es l’ensemble de la garina, dels tirons, e tota la poralha, direm.

    PS : Dels tirons tanben.

    EE : Òc dels tirons. Les tirons, la tirona que la tirona es la femna del tiron. se volètz.

    PS : Òc, justament l’ agricultura d’aquí, i a de tipe de bestial. Buòus, pòrcs, polalha.

    EE : Buòus, pòrcs, oui.

    PS : E tanben de qué se fa créisser? De milh ? I a de milh ?

    EE : De motons.

    PS : De motons?

    EE : Les buòus servissián...

    PS : Las oelhas ?

    EE : Las oelhas... les buòus servissián sustot pel trabalh de la tèrra, anà laurar e tot aquò.... E un còp qu’avián-pas mèi de fòrça anà laurar, les engraissavan anà la bochariá... E fasiá, èra de bona vianda.

    PS : Per lo trabalh e per la carn, pas per lo lèit.

    EE : Per la carn, quand avián acabat de laurar e tot aquò. Acabavan, a nom d’anar dins una mason de retrèta, acabavan...

    PS : Una dròlla de.. curiosa retirada, es una retrèta un pauc...

    EE : E las oelhas, ben las oelhas donavan sustot la lana, e après a la montanha. Aquí oui, èra quicòm a la montanha, prenguián la lèit de las oelhas anà fèr le fromage. Més, a’n çò nòste non, sèi pas çò que... a part la lana, vesi pas, èi-pas jamai vist quauqu’un tirar lèit a las oelhas.

    PS : E las oelhas demoravan dins lo vilatge o montavan per estivar ?

    EE: Voilà. L’estiu, montavan a la montanha e l’ivèrn, tornavan a... a la plana. Se podèm díser la plana. Mes, per l’epòca, nosauti, semblava talament luènh, la montanha. A’n çò, nòste, èra la plana.

    PS : E òc, e òc…


    Dimècres 15 de junh 2005

    (Transcripcion de Laurent Gilard)

     

     

    Conversation avec Eliane Estaque

    (Patrick Sauzet)

    Lexique

    (I)

     

    Patrick Sauzet : doncas, anam parlar primièr de vos, se volètz : nous allons donc d’abord parler de vous / se volètz... nos dire un pauc qual sètz e d’ont venètz, d’un mot : si vous voulez nous dire en un mot qui vous êtes et d’où vous venez.

    Eliane Estaque : soi neishuda a Sabarat, dins l’Arièja : je suis née à Sabarat, en Ariège.

    PS : Sabarat, se ditz ? : On dit Sabarat ?

    EE : al costat del Mas d’Asil : à côté du Mas d’Azil

    PS : luènh : loin

    EE : quatre quilomèstres : quatre kilomètres / quatre o cinc : quatre ou cinq / cresi : je crois / èi entendut : j’ai entendu / quan èra petita : quand j’étais petite / parlar patoés al torn de jo : parler patois autour de moi / les parents, les amics, tot le monde parlava patoés : les parents, les amis, tout le monde parlait patois / mas nosautis, joens, caliá parlar francés : mais nous, les jeunes, nous devions parler le français / èi avut dus institutors : j’ai eu deux instituteurs / que l’un nos deishava parlar patoés de temps en temps : dont un nous laissait parler le patois de temps en temps.

    PS : en classa tanben ? : en classe aussi ?

    EE : nos ensenhava, se volètz, la gramària, amel patoés : si vous voulez, il nous enseignait la grammaire avec le patois / fasiá una relacion : il faisait une relation

    EE : s’en servissiá : il s’en servait / nos disiá : il nous disait / tots les mòts, en patoés, que s’acabavan per ‑ada, en francés èra –ée : tous les mots, en patois, qui se terminent par –ada, en français c’était –ée / e nos ajudava plan : et cela nous aidait bien / més : mais / èi avut un autre institutor : j’ai eu un autre instituteur / alavetz, aqueth : alors, celui-là / caliá-pas cap de mic parlar patoès : il ne fallait pas le moindre petit peu de patois.

    EE : aquela lenga, petit a petit, s’es un pauc perduda : cette langue, petit à petit, s’est un peu perdue / las gents vièlhs son partits : les vieilles personnes sont parties / e ara, i a-pas plan monde que le parla encara : et maintenant, il n’y a peu de gens qui le parlent encore.

    PS : l’ ausissiatz parlar, mas a qual lo parlavètz ? : vous l’entendiez parler, mais à qui le parliez-vous ?

    EE : l’èi-pas plan parlat jo : moi, je ne l’ai pas beaucoup parlé.

    PS : mai que mai ausit : surtout entendu.

    EE : ame personas atjadas que parlavan pas le francés, parlava un pauc patoès : avec des personnes âgées qui ne parlaient pas le français, je parlais un peu patois / e me brembi que una femna atjada, parlava patoès, li responiá en patoès : et je me souviens d’une femme âgée qui parlait patois, je lui répondais en patois / dins una conversacion, li diguèri “non” : dans une conversation je lui ai dit “non” / e me repoteguèc e me disèc : “Cal diser nani”. Et elle m’a reprise et m’a dit : “il faut dire nani / “Nani” èra le “vous” français, coma la persona èra mès atjada que jo, li caliá diser “nani”, pas “non” : “nani” était le vous” français, comme la personne était plus âgée que moi, il fallait dire “nani” et non pas “non”.

    EE : un mainatge deviá respetar les vièlhs : un enfant devait respecter les vieux.

    EE : cal díser “nani” : il faut dire “nani” / Me brembi aquò : je me souviens de ça.

    EE : es demorat : je ne l’ai pas oublié.

    PS : E lo segond regent, cossí se produsissiá ? : avec le second maître, comment ça se passait ?

    EE : nosautis, èrem neishuts, donc, a la campanha : nous, nous étions donc nés à la campagne / totis èrem de la campanha : nous étions tous de la campagne / de gents que les parents parlavan patoès : des gens dont les parents parlaient patois / i aviá quauque mòt qu’escapava, en patoés, dins le francés : il y avait quelque mot qui échappait, en patois, dans le français / alavetz, le regent mos fasiá  la guèrra aquí dessús : alors le maître nous faisait la guerre sur ce point / voliá-pas que botèssem un mòt de patoès : il ne voulait pas qu’on mette un mot de patois / caliá-pas melanjar : il ne fallait pas mélanger / ne demòra encara quicòm dins le cap : il en reste encore dans ma tête.

    PS : es pas completament caçat ça que la : il n’est pas complètement chassé pourtant / prèp del Mas d’Asil, es un parlar lengadocian : près du Mas d’Asil, c’est un parler languedocien / que diriam : dirions-nous / es pas plan luènh ça que la dels parlars gascons : il n’est pourtant pas loin des parlers gascons.

    EE : le parlar gascon se parla al vilatge a costat : on parle le parler gascon dans le village à côté.

    PS : se sona ? : il s’appelle ?

    EE : qu’es a pus près, Dalmazan : c’est à peu près, Dalmazan / qu’es a pus près a cinc quilomèstres d’a’n çò nòste. : c’est à peu près à cinq kilomètres de chez nous / aquí se parla gascon : là on parle gascon.

    PS : quinas diferéncias : quelles différences / es que i a d’exemples de mots que vos tornan : y a-t-il des exemples de mots qui vous reviennent

    EE : A’n çò nòste, per díser “un chaudron”, disèm “un pairòl” e a costat, disen “un caudèr” : chez nous, pour dire “un chaudron”, nous disons “un pariòl” et à côté, ils disent “un caudèr”.

    EE : sèi pas d’auti mòts : je ne sais pas d’autres mots / jo èi aprés surtot... : après, j’ai surtout appris…

    PS : Me semblava tanben que per lo nom del gos o del can ? : il me semblait aussi que pour le nom “gos” et “can” [chien]

    EE : es vertat, nosautis disem “le can” e eli disen “le gos” : c’est vrai, nous nous disons “le can” et eux disent “le gos”.

    EE : més mos comprenguèm quand mèma : mais nous nous comprenons tout de même.

    PS : tot aquò se trobava sul mercat, benlèu non ? : tout le monde se retrouvait au marché / prèp de Dalmazan : près de Dalmazan.

    EE : i aviá las fèiras qu’èran importèntas : il y avait des foires qui étaient importantes / la fèira del Mas, la fèira de Dalmazan e la fèira de Sent Gironç : la foire du Mas, la foire de Dalmazan et la foire de Saint-Girons / pro : assez / i avia çò qu’apelavan, sus las plaças, les feirals : il y avait ce qu’ils appelaient, sur les places, les foirails / buòus : les bœufs / anà vener la polalha : ils allaient vendre les volailles / i aviá plan monde : c’était très animé / a’n çò nòste, las gents, les amics, tots se reunissián e parlavan del cors del buòu, del cors de la poralha, dels pòrcs : chez nous, les gens, les amis, tous se réunissaient et parlaient du cours du bœuf, du cour des volailles, des cochons / i aviá pòrcs qu’eran pro reputats, èran les pòrcs de Casèras : il y avait des cochons assez renommés, c’était “les cochons de Cazères”.

    PS : mès son de pòrcs gascons aquò ja : mais ce sont des cochons gascon déjà.

    EE : èra una qualitat de pòrcs, parés, milhor qu’a… : c’était, paraît-il, une qualité de cochons meilleure qu’à…

    PS : la val : la vallée.

    EE : Casèras es a costat de Carbona : Cazères est à côté de Carbonne.

    PS : es la val de Garona : c’est la vallée de la Garonne.

    PS : es donc de l’autre costat : c’est donc de l’autre côté.

    PS : justament parlèvetz de poralha e de garinas : justement, vous parliez de “poralha” e et de “garinas”.

    EE : de poralha, las garinas, les poths e les perròts : des volailles, les poules, les coqs et les dindons.

    EE : les perròts, las aucas, les tirons, òc tot aquò : les dindons, les oies, les canards, oui, tout ça.

    PS : disètz que de garinas se parla quand son vivas e polalha quand son per vendre, es aquò, non ? : vous dites qu’on parle de “garinas” quand elles sont vivantes et de “poralha” quand elles sont pour la vente, c’est ça, non ?

    EE : les tirons, la tirona es la femna del tiron : les canards, la “tirona” est la femme du canard / se volètz : si vous voulez.

    PS : i a de tipe de bestial : il y a des genres d’animaux / Buòus, pòrcs, polalha : des bœufs, des cochons, des poules.

    PS : E tanben de qué se fa créisser?  : et qu’est-ce qu’on fait pousser ? / I a de milh ? : il y a du maïs ?

    EE : De motons : des moutons.

    EE : Las oelhas : les brebis / les buòus servissián sustot pel trabalh de la tèrra : les bœufs servaient surtout pour le travail de la terre / anà laurar e tot aquò: aller labourer et tout ça / un còp qu’avián-pas mèi de fòrça anà laurar : une fois qu’ils n’avaient plus de force pour le labour / les engraissavan anà la bochariá : ils les engraissaient pour la boucherie / èra de bona vianda : c’était de la bonne viande.

    PS : per lo trabalh e per la carn, pas per lo lèit : pour le travail et pour la viande, pas pour le lait.

    EE : acabavan, a nom d’anar dins una mason de retrèta, acabavan... : ils terminaient, au lieu d’aller dans une maison de retraite, ils allaient…

    PS : curiosa retirada : drôle de retraite.

    EE : las oelhas donavan sustot la lana, e après a la montanha : les brebis donnaient surtout de la laine, et après à la montagne / èra quicòm a la montanha : c’était quelque chose la montagne / prenguián la lèit de las oelhas anà fèr le fromage : il prenaient le lait des brebis pour faire du fromage / més, a’n çò nòste non, sèi pas çò que... a part la lana : mais chez nous, je ne sais pas ce que… à part la laine / vesi pas : je ne vois pas / èi-pas jamai vist quauqu’un tirar lèit a las oelhas : je n’ai pas souvent vu traire les brebis.

    PS : E las oelhas demoravan dins lo vilatge o montavan per estivar ? : et les brebis restaient dans le village ou elles montaient en estive ?

    EE: L’estiu, montavan a la montanha e l’ivèrn, tornavan a... a la plana : l’été, elles montaient à la montagne, et l’hiver, elles revenaient en plaine / se podèm díser la plana : si on peut parler d’une plaine / mès, per l’epòca, nosauti, semblava talament luènh, la montanha : mais à l’époque, pour nous, la montagne paraissait tellement lointaine / A’n çò, nòste, èra la plana : chez nous, c’était la plaine.

    Mercredi 15 juin 2005


    Convèrsa amb Eliane Estaque

    (Patrick Sauzet)

    (II)


    Patrick Sauzet : E tanben lo vòstre país es interessant perque es un país religiosament partit. Es un país de religions divèrsas. Cossí se passava ?

    Eliane Estaque : I aviá les protestants...

    PS : I a encara, pensi, de protestants...

    EE : I a encara protestants. Es estat la guèrra pendent pro longtemps, malaürosament tròp longtemps, e encara quand èra joena, jo, de tanlèu que i aviá un maridatge mixte, èra un pauc la guèrra entre familhas.

    PS: E òc, e òc... ieu que soi Cevenòl

    PS : E ara, pus més persona ne parla. E puèi, las glèisas e les temples son-pas tròp frecantats.

    PS : S’es apasimat, òc. Parlàvetz d’un curèr, d’un curat, qu’èra pro antiprotestant e qu’anèt morir...

    EE : Oui, i aviá un curèr, qu’èra efectivament contra les protestants, totun se les i disiá bonjorn. Un jorn, e ben, arrestèc sa petita auto, una Simca cinq, l’arrestèc juste sus le trotoèr d’un protestant. E un protestant, plan cossí se ditz...

    PS : Plan investit dins las òbras de religion.

    EE : Voilà, plan investit dins la religion. E alavetz, aqueth protestant, que fèc? Que anèc véser le curèr qu’èra, èra malaut e le prenguèc dins les braç e l’amenèc en çò sèu anà ensajar de le ranimar e le curèr moric dins les braç d’un protestant.

    PS : Moric aquí.

    EE : E aquelas catolicas, femnas de glèisa passionadas, èran en colèra de véser que le curèr èra anat morir a’n çò d’un protestant.

    PS : Aquò’s una leiçon d’ecumenisme que li foguèt donat, coma aquò, contra sa volontat.

    EE : Alavetz aquò fusquèc una istoèra dont las gents parlèren pendent longtemps. Ara, s’es oblidat tot aquò.

    PS : Pas completament, a pròva. Aquò’s una istoèra, una istòria vertadièra, reala, mas dins vòstra relacion a l’occitan, i a tanben de contes e en particular i a tres contes, nos podètz dire un mot d’aqueles tres contes e de l’òme que los sabiá.

    EE : Voilà Aqueth òme, èra petita, coneguiá tres contes e nosauti petits, quand i aviá, cal començar pel començament: Quand i aviá corvadas qu’apelavan, les vesins, tot le mond veniá...

    PS De qu’es una corvada ? Podètz explicar de qu’es una corvada ?

    EE :Una corvada èra le trabalh ont caliá se reunir anà pósquer fèr aqueth trabalh. I aviá las vesenhas, i aviá...

    PS : Vesenhas, disètz òc, las vesenhas.

    EE : Vesenhas, oui.

    PS : La            s vendémias

    EE : i aviá le... dépiquer consí se ditz ? les battages

    PS : Se disiá “l’escodre” benlèu, non ? “L’escodre”, o “batre”? Anam dire “batre. Quand vos tornarà lo mot de l’endret.

    EE : Le dépiquage.

    PS : .... del blat?

    EE : Bàter, bàter le blat

    PS : Bàter le blat òc.

    EE : Caliá monde, alavetz las gents se reunissián, e i aviá... tuar le pòrc ta[nben.?] Tuar le pòrc.

    PS : La fèsta del pòrc se ditz ?

    EE : Les òmes tuavan le pòrc le maitins, alavetz anà ténguer le pòrc e tot aquò e las femnas, eras, preparavan le pòrc, le cosinar, tot aquò, fèr la tripa negra, fèr la salsissa, les salsissòts, preparar les cambajons e l’aprèp-miègjorn, les òmes anavan pel bòsc, fèr lenha. Anavan al bòsc fèr lenha. E donc la nuèit, tot le mond, après donc aquò èra corvadas la nuèit, tot le mond se reunissiá, e tot le mond e cantavan, e racontavan contes.

    EE : I aviá un òme donc que s’apelava Paul Saurat

    PS : Cossí s’apelava

    EE : Paul Saurat, que mos racontava tres contes, ne cantava pas mès racontava tres contes. E malurosament n’èi-pas poscut salvar qu’un, les autis les aviá oblidats. Mas enfins, n’i a un, èra... o èra un, tres frairs e un èra un pauc pepion.

    PS : Es lo conte... “Camin Roge” es aquò ?

    EE : “Camin Roge”, voilà. E donc, les dus frairs qu’èran mèi desgordits que le tresièma qu’èra un pauc simplet, e avèren l’idèga de le botar dins un sac e de le portar a l’aiga. A la fin, le dròlle se desfèc del sac e sortic del sac, e tròba un vièlh òme que guardava las oelhas e que se planhiá de rumatismes. “A, ça disiá, se podiá morir, almens ne patiriá pas més.” Alavetz, aqueth dròlle li diguèc : “Se volètz, prénguer ma plaça dins le sac e jo vos guardi las oelhas.” E ‘fectivamant, le vièlh òme se bota dins le sac, aqueth dròlle, Camin Roge, le fot dins la ribèra,

    PS : ... a sa plaça.

    EE : A sa plaça ! E eth guarda las oelhas. Les dus frairs que passan que’l tròban en tren e guardar las oelhas. E alavetz, li diguèren : “Més que fès aquiu ?”. “Eh ben, li diguèc, m’avètz randut un servici ! Quand m’avètz fotut dins l’aiga, a cada glop, glop, glop que fasiá l’aiga, i aviá una oelha que surtiá, me som presas las plus polidas, e voilà, e som aciu.” E alavetz les fraires quand entenèn aquò, se getèren dins l’ aiga.

    PS : E coma aquò recuperèt..

    EE : Coma aquò, le bestion èra pas tan bestion qu’aquò.

    PS: Le bestion, le pepion coma disètz...

    EE : Voilà.

    Dimècres 15 de junh 2005

    (Transcripcion de Laurent Gilard)


    Conversation avec Eliane Estaque

    (Patrick Sauzet)

    Lexique

    (II)

    Patrick Sauzet : es un país religiosament partit : c’est un pays avec une séparation religieuse / es un país de religions divèrsas : c’est un pays de religions diverses / cossí se passava ? : comment cela se passait-il ?

    Eliane Estaque : i a encara protestants : il y a encore des protestants / es estat la guèrra pendent pro longtemps : cela a été assez longtemps la guerre / malaürosament tròp longtemps : trop longtemps malheureusement / e encara quand èra joena, jo, de tanlèu que i aviá un maridatge mixte, èra un pauc la guèrra entre familhas : et même quand j’étais jeune, moi, dès qu’il y avait un mariage mixte, c’était un peu la guerre entre les familles.

    PS: e òc... ieu que soi Cevenòl : et oui… moi je suis Cévenol.

    PS : e ara, pus mès persona ne parla : et maintenant plus personne n’en parle / e de nos jours, las glèisas e les temples son-pas tròp frecantats : et puis les églises et les temples ne sont pas trop fréquentés.

    PS : s’es apasimat, òc. : ça s’est calmé, oui / Parlàvetz d’un curèr, d’un curat, qu’èra pro antiprotestant e qu’anèt morir : vous parliez d’un curé qui était assez antiprotestant et qui est allé mourir…

    EE : i aviá un curèr, qu’èra efectivament contra les protestants, totun se les i disiá bonjorn : il y avait un curé qui était contre les protestants, pourtant il les saluait / Un jorn, arrestèc sa petita auto, una Simca cinq, l’arrestèc juste sus le trotoèr d’un protestant : un jour il a arrêté son auto, une Sinca cinq, il l’a arrêtée juste sur le trottoir d’un protestant / e un protestant, plan, cossí se ditz… : et un protestant très, comment dit-on…

    EE : plan investit dins la religion : très investi dans la religion /alavetz, aqueth protestant, que fèc? : alors ce protestant, qu’a-t-il fait ? / que anèc véser le curèr qu’èra malaut e le prenguèc dins les braç e l’amenèc en çò sèu anà ensajar de le ranimar e le curèr moric dins les braç d’un protestant : il a été voir le curé qui était malade et l’a pris dans ses bras et l’a amené chez lui pour le ranimer et le curé est mort dans les bras d’un protestant.

    PS : moric aqui : il est mort là.

    EE : e aquelas catolicas, femnas de glèisa passionadas, eran en colèra de véser que le curèr èra anat morir a’n çò d’un protestant : et ces catholiques, ces femmes d’église passionnées, étaient en colère de voir que le curé était allé mourir chez un protestant.

    PS : Aquò’s una leiçon d’ecumenisme que li foguèt donat, coma aquò, contra sa volontat : alors comme ça, il lui a été donné une leçon d’écuménisme contre sa volonté.

    EE : aquò fusquèc una istoèra dont las gents parlèren pendent longtemps : cela a été une histoire dont les gens ont parlé longtemps / ara, s’es oblidat tot aquò : maintenant on s’est habitué à tout ça.

    PS : pas completament, a pròva : pas complètement, la preuve / aquò’s una istòria vertadièra, reala : c’est une histoire réelle / mas dins vòstra relacion a l’occitan, i a tanben de contes e en particular i a tres contes : mais dans votre relation à l’occitan, il y a aussi des contes et il y a trois contes en particulier / nos podètz dire un mot d’aqueles tres contes : vous pouvez nous dire un mot de ces contes / e de l’òme que los sabiá : et de l’homme qui les connaissait.

    EE : aqueth òme, èra petita, coneguiá tres contes : cet homme, j’étais petite, connaissait trois contes / cal començar pel començament : il faut commencer par le début / quand i aviá corvadas qu’apelavan, les vesins, tot le mond veniá : quand il y avait des corvées, ils appelaient les voisins, tout le monde venait.

    PS podètz explicar de qu’es una corvada ? : vous pouvez expliquer ce qu’est une corvée.

    EE : èra le trabalh ont caliá se reunir anà pósquer fèr aqueth trabalh : c’était le travail pour lequel il fallait se réunir pour pouvoir faire ce travail / I aviá las vesenhas : il y avait les vendanges.

    PS : las vendémias : les vendanges.

    PS : se disiá “l’escodre” benlèu, non ? : on disait peut-être “l’escodre” [le dépiquage] 

    EE : bàter le blat : battre le blé

    EE : caliá monde : il fallait beaucoup de gens / e i aviá... tuar le pòrc tanben. : et il y avait aussi tuer le cochon.

    PS : la fèsta del pòrc se ditz? : on dit la fête du cochon ?

    EE : les òmes tuavan le pòrc le maitins : les hommes tuaient le cochon le matin / anà ténguer le pòrc : pour tenir le cochon / las femnas, eras, preparavan le pòrc : les femmes, elles, préparaient le cochon / le cosinar : faire la cuisine / fèr la tripa negra : faire le boudin noir /  fèr la salsissa, les salsissòts : faire la saucisse, les saucissons / preparar les cambajons : préparer les jambons / e l’aprèp-miègjorn, les òmes anavan pel bòsc, fèr lenha : et l’après-midi, les hommes allaient dans les bois pour faire du bois pour le feu / aquò èra corvadas : c’étaient les corvées / la nuèit, tot le mond se reunissiá, e tot le mond e cantavan, e racontavan contes : la nuit, tout le monde se réunissait, et tout le monde chantait et racontait des contes.

    EE :  I aviá un òme donc que s’apelava Paul Saurat : il y avait un homme qui s’appelait Paul Saurat.

    PS : cossí s’apelava : comment s’appelait-il ?

    EE : mos racontava tres contes : il nous racontait trois contes / ne cantava pas mès racontava tres contes : il ne chantait pas, mais il racontait des contes / e malurosament n’èi-pas poscut salvar qu’un : je n’ai malheureusement pu en sauver qu’un / les autis les aviá oblidats : il avait oublié les autres / Mas enfins, n’i a un, èra... o èra un, tres frairs e un èra un pauc pepion : mais enfin, il y en a un, c’était… il y avait un, trois frères et un était un peu sot.

    PS : es lo conte... “Camin Roge” es aquò ? : c’est le conte “Chemin rouge”, c’est ça ?

    EE : e donc, les dus frairs qu’èran mèi desgordits que le tresièma qu’èra un pauc simplet : et donc, les deux frères étaient plus éveillés que le troisième qui était un peu simplet / e avèren l’idèga de le botar dins un sac e de le portar a l’aiga : ils eurent l’idée de le mettre dans un sac et de le porter dans l’eau / a la fin, le dròlle se desfèc del sac e sortic del sac : finalement l’enfant a pu se défaire du sac et sortir du sac / e tròba un vièlh òme que guardava las oelhas : et il trouve un vieil homme qui gardait ses brebis / e que se planhiá de rumatismes : il se plaignait de ses rhumatismes / “A, ça disiá, se podiá morir, almens ne patiriá pas més.”  : “Ah ! disait-il, si je pouvais mourir, au moins je ne souffrirais plus” / alavetz, aqueth dròlle li diguèc : “Se volètz, prénguer ma plaça dins le sac e jo vos guardi las oelhas.” : alors, cet enfant lui dit : “Si vous voulez prendre ma place dans le sac, je garderai vos brebis”.  ‘fectivamant, le vièlh òme se bota dins le sac : en effet, le vieil homme se met dans le sac /  aqueth dròlle, Camin Roge, le fot dins la ribèra : cet enfant, Chemin Rouge, le balance dans la rivière.

    EE : a sa plaça! : à sa place ! / E eth guarda las oelhas : et lui garde les brebis / les dus frairs que passan que’l tròban en tren e guardar las oelhas : les deux frères passent et le trouvent en train de garder les brebis / li diguèren : “Més que fès aquiu ?” : ils lui dirent : “Mais que fais-tu là ?” / “Eh ben, li diguèc, m’avètz randut un servici : “”et bien”, il leur dit, “vous m’avez rendu service / quand m’avètz fotut dins l’aiga, a cada glop, glop, glop que fasiá l’aiga, i aviá una oelha que surtiá : quand vous m’avez fichu à l’eau, à chaque glou, glou, glou que faisait l’eau, une brebis en sortait / me som presas las plus polidas : j’ai pris les plus jolies / e som aciu” : et me voilà” / les fraires quand entenèn aquò, se getèren dins l’ aiga : quand ils entendirent ça les deux frères se jetèrent à l’eau.

    EE : le bestion èra pas tan bestion qu’aquò : le sot n’était pas si sot que ça.

    PS : Lo pepion coma disètz : Le “pepion” comme vous dites.

    Mercredi 15 juin 2005

     

    Convèrsa amb Eliane Estaque

    (Patrick Sauzet)

    (III)


    Eliane Estaque : E aprèp, n’ i a una que èi poscut salvar...

    Patrick Sauzet : A, òc...

    EE :  ...qu’es escriuta e coma me brembi pas completament som oblijada de la legir.

    PS : E ben se la volètz legir, legissètz-la.

    EE : Alavetz me boti las lunetas...

    PS : .. legissètz-la!

    EE : Alòr e, es : 


    Sincantòm e le lop

    [consultar Sincantou et le loup manuscrit pel contaire amb una transcripcion de P. Sauzet]

    Sabètz totis que le 30 novembre es la fèsta de Montaganha, qu’apèran Sant André. Vos vau racontar çò que se passèc una annada que la nèu tombèc de bona ora, e ont les lops avián dejà fèit lors aparacions. Sincantòm, musicièn a la Bastida que jogava de la clarineta, estèc logat per fèr amusar la junessa. S’amaitinèc un pauc per noun pas fèr languir le monde que le demorava a pè levat. Devant l’escòla una carreta ornada de quatre laurièrs le demorava. Orquèstre lèu montat e pro confortable. Le cafetista Mandron s’empressèc de li servir un bon cafè plan arrosat de riquiquí. Quand avèc degustat aquò, Sincantòm se sentèc una fòrma e tanlèu se metèc en plaça en entamenant una polka. A penas agèt botat les pòts sus la clarineta que la joenessa jubilava de plaser. Pensatz, un pauc, dempuèi un an que n’avián pas entendut la musica !!! Estèc una famusa chança que aqueth jorn le musicièn aviá le caractère obrièr e que fasiá pas languir les dansaires.

    En aquera sason, la nuèit arriba vite, e i aviá dejà un palmat de nèu e demest las quatre oras s’i tornèt botar a nevar çò que desrenguèt la fèsta.

    En aqueth temps, èra la mòda que quand le musicièn aviá acabat, li donavan una fogassa. Sincantòm, fièr coma Artaban ame la fogassa jol braç descendiá tranquilament en fèr plan atencion de non pas mancar le carreròt. Arribèc al fons d’una farga, vesèc duas lunas devant  el… sul còp pensèc que les uèlhs li fasián ninaròlas… En avançant, s’apercebèc qu’èra le lop : le sang ni fasquèc-pas qu’un torn : “Que fèr ? Que devenir ?”« Va càler sacrificar la fogassa » ça se pensèt le paure òme. Mòrt de paur, n’atrapèc un bocin e le lancèc al lop que l’avalèt sense le mastegar ; le lop al lòc de se n’anar que s’aprochava. « La tròba bona » ça se pensèt. Figuratz-vos ! Parfumada coma èra, ambe las pastilhas d’anís dessús, n’èra pas  un petit bocin que le podiá rassasiar, n’es-pas cada jorn qu’aviá l’ocasion de’n tastar.

    Alavetz, Sincantòm se decidèt en balhar un aute bocin que fusquèt avalat de la mèma faiçon. Bocin per bocin la fogassa se fasiá petita e per ne finir, li ac lancèc tota. Mès contrèrament a çò que s’atendiá, le lop a lòc de se n’anar que s’aprochava.

    « Som perdut » ça se pensèt Sinquantòm, mès morir per morir vòli morir en musica e d’un còp atrapa la clarineta e jogar que jogaràs turlututú tutú tutú,  turlututú tutú tutú.

    Quand le lop s’entenèc aquò, podiá-pas fèr anar las patas pro vite per fúger e Sinquatòm de se díser : a s’ac vau saber te n’auriá jogat polkas e masurkas e m’auriá gardat la fogassa.

    Talada fogassa.


    PS : “Talada fogassa”, es polida aquela conclusion. Justament aquela expression “talada fogassa” qu’es una expression plan locala, per dire aquí “damatge la fogassa”, “talada fogassa” : “paura fogassa”, “adieu la fogassa”. Mès es que se ditz tanben “talat!” coma aquò per dire... “A ! talat !”

    EE : “Talat!”. “C’est dommage”, oui.

    PS : A “es talat” òc... “es talat” se ditz.

    EE  : “Es talat” : “C’est regrettable.” “Es talat”

    PS : Es una polida expression...

    EE :  ... es un pauc pietadòs”. “Es talat!”. “Un dròlle aital que fa aquò, es talat”.

    PS : Pr’exemple, se pòt dire d’un frut qu’es talat, per exemple ? que ... non ?  “Talat”. Se ditz pas per dire aquò tanben quand i a un còp donat, pr’exemple, sus una poma, que la poma es talada ?

    EE: Ah, oui. “Es talada.”

    PS: Tanben ?

    EE : Oui..

    PS : Tanben i a lo sens concret.

    EE : “Es talada!” mès quand mème i a un sens de regretat, vesètz, quicòm que...

    PS : Coma la fogassa.

    EE : Coma la fogassa.

    PS : Un mot sus la fogassa. Perque ça que la me sembla que la fogassa, lo mot existís dins fòrça parlars occitans, mas tot lo mond i met pas la meteissa causa, la fogassa de Roergue es pas la fogassa d’en cò mieu. Alòr la vòstra fogassa, consí es facha, cossí es fèita ?

    EE : La nòstra fogassa al Mas, es pasta qu’es tota aplanida, e talhada e a penas còita.

    PS : A òc. E còi dins le forn..

    EE : E còi dins le forn del bolangièr, mès a penas còita. E tandís qu’aquí me sembla qu’èra una fogassa sucrada, ambe sucre.

    PS: Perqué la vòstra, normalament, es pas sucrada?

    EE: La nòsta, ara, n’a-pas cap de sucre.

    PS: E l’òme que contava aquel conte, aqueles contes, èra tanben de Sabarat o d’autre...?

    EE : Non, n’èra pas... Nani..

    PS : Nani ! ... non !

    EE : ....n’èra pas de Sabarat.

    PS : se volètz o se vòls....

    EE : N’èra pas de Sabarat,  normalament, cresi qu’èra de Crampanhan. Crampanhan èra, es totjorn, a costat de Pàmias. E alavetz, a l’epòca, me semblava qu’èra luènh de a’n çò nòste. En realitat, es a vint quilomèstres d’a’n çò nòste.

    PS : E avián de fogassas diferentas ça que la ?

    EE : E oui.

    PS : E veniá coma aquò per... S’èra establit aquí aquel òme, èra vengut...?

    EE : Aquel òme venguiá... èra un amic d’a’n çò meu e tanben venguián a las corvadas e las corvadas se terminavan la nuèit, s’acabavan totjorn per una fèsta.

    PS : Per una fèsta per de contes...

    EE : Portant las gents avián trebalhat durament, e portant la nuèit èran contents. Tot èra doblidat, la pena qu’avián pres, e ben, i pensavan pas més. Mème (?) anar garbejar, anar bàter. Garbejar èra quand botavan las garbas, las botavan coma un fenèr, qu’apelavan.

    PS : Un fenèr ?

    EE : Un fenèr èra...

    PS : Un palhièr ? Benlèu non… tanben… dison tanben un fenèr.

    EE : Oui. Botavan las garbas una sus l’autra, fasiá coma un palhèr.

    PS : A l’entorn d’un pal? I aviá un pal al centre, non?

    EE : Non. I aviá-pas cap de pal. Pensi pas.

    PS : Montavan directament, coma aquò ?

    EE : Voilà. Adobavan las garbas, le gran de las garbas, abans de bàter, èra d’adens. E empilavan atal, ame le gran qu’èra d’adens.

    PS : Per las conservar e las aparar de la pluèja, eventualament o coma aquò.

    EE : Oui e un còp qu’avián copat le blat amenavan las aucas, anà manjar le gran que demorava sul camp...

    PS : Sul camp... òc.

    EE : Anavan...

    PS : E le mot..

    EE : ...espigar

    PS : “Espigar”, òc. Las aucas anavan espigar. A òc d’acòrdi. E per bàtre, o per bàter,

    EE : per bàter..

    PS ... se bàtiá amb un escossor o un flagèl. O los buòus.

    EE : a non non.

    PS : Se fasiá passar dessús de buòus, non ?

    EE : Non. Aquò se fasiá dins le temps, més aquò ne l’èi-pas agut vist. Se fasiá amb una batusa, e i aviá un tractor que virava, e entren...  e fasiá virar la batusa.

    PS : E que fasiá montar las garbas dins la batusa.

    EE : I aviá al dessús de la batusa, fasián un trauc e botavan las garbas aquiu. E, un jorn, i aviá una amiga qu’ac fasiá, aqueth tribalh qu’èra montada sus... sus  la batusa e aviá una rauba. E la rauba li passèc dins la batusa qu’entrenava

    PS : ... la correja

    EE : ...oui la correja. E i avèc un òme que l’atrapèc e vite que la salvèc, sinon passava dins le... dins la batusa.

    PS : E ben aürosament que...

    EE : E a aquesta epòca, aimavan pas tròp que las femnas pòrten pantalons, pantalons, e alòr es a aquel moment que le pair decidèc que portariá un pantalon.

    PS : Vaquí cossí lo progrès arriba.

    EE : Se fasiá-pas aquò, las femnas que portavan pantalons, èra pas...

    PS :  Èra mal vist.

    EE :  Èra mal vist, òc.

    PS : E ça que la èra mai comòde per las, per las corvadas. E ben mercè plan per aquesta... èra pas una corvada, èra un plaser aquí de charrar e de discutir.

    EE : Ambe plaser.

    PS  : E de saber aquí finalament la “rason” d’aqueles contes, e lo conte qu’avètz salvat.

    EE : E se ne pòdi trobar d’autes, ac farèi ambe plaser.

    PS : E ben, tornarem parlar.

    EE : Més, ensajarai d’en trobar parce que las gents que racontavan aquò, ne demòra pas tròp.

    PS Òc, mès o avètz fòrt plan contat, plan mercé, mercé plan. A plan lèu.

    EE : Eh ben, merci de m’aver recebut, es ambe plaser qu’ai poscut parlar un pauc ame vos. E à la prochaine.

    PS : Al còp que ven.

    Dimècres 15 de junh 2005 (Transcripcion de Laurent Gilard)

     

    Conversation avec Eliane Estaque

    (Patrick Sauzet)

    Lexique

    (III)


    Eliane Estaque : e aprèp, n’ i a una que èi poscut salvar : et après, il y en a une que j’ai pu sauver.

    EE :  qu’es escriuta e coma me brembi pas completament som oblijada de la legir : elle est écrite, et comme je ne m’en souviens pas complètement, je suis obligée de la lire.

    Patrick Sauzet : E ben se la volètz legir, legissètz-la : si vous voulez lire, lisez-la.

    EE : Alavetz me boti las lunetas : alors je mets mes lunettes.


    Sincanton et le loup

    [consulter Sincantou et le loup manuscrit par le conteur avec une transcription de P. Sauzet]

    Vous savez tous que le 30 novembre, c’est la fête locale de Montegagne qu’on appelle la Saint-André.

    Je vais vous raconter ce qui se passa una année alors que la neige tombait plus tôt que d’habitude et que les loups avaient déjà fait leur apparition.

    Sincanton, musicien à Labastide qui jouait de la clarinette fut engagé pour amuser les jeunes. Il se leva de bonne heure, un peu pour ne pas faire attendre les gens qu’il ne lui restait qu’à faire danser. Devant l’école, il y avait un char orné de quatre lauriers en guise d’estrade vite montée pour l’orchestre et assez confortable. Le cafetier Mandrou s’empressa de lui servir un bon café bien arrosé de riquiqui. Quand il l’eut dégusté, Sincanton se sentit en forme et il se mit aussitôt en place en amorçant une polka. A peine avait-il placé  entre ses lèvres sa clarinette que les jeunes jubilaient de plaisir, tant ils avaient été privés depuis un an de musique. Ce fut une grande chance car ce jour-là, le musicien était de vaillante humeur et il ne faisait pas attendre les danseurs. A cette saison, la nuit arrive vite. Il y avait déjà un bonne couche de neige et vers quatre heures elle tomba à nouveau ce qui mit un terme à la fête. En cette époque, on avait coutume, quand le musicien avait terminé, de lui donner une fouace. Sincanton fier comme Artaban avec sa fouace sous le bras descend tranquillement en faisant bien attention à ne pas manquer la ruelle Arrivé au four d’une forge, il vit deux lumières devant lui, aussitôt, il pensa que ses yeux le trompaient. En avançant, il s’aperçut que c’était le loup. Son sang ne fit qu’un tour. Que faire, que devenir ? Il va falloir sacrifier la fouace, pensa le pauvre homme. Mort de peur, il en prit un morceau et le lança au loup qui l’avala sans le mâcher. Le loup, au lieu de s’en aller, s’approchait. Il la trouve bonne, songea-t-il. Pensez donc, parfumée comme elle l’était et couverte de graines d’anis ! Ce n’était pas un petit morceau qui pouvait le rassasier, et ce n’était pas tous les jours qu’il avait l’occasion d’en goûter. Alors Sincanton décida de lui en donner un autre morceau qui fut avalé de la même manière. Morceau après morceau, la fouace diminuait et pour en finir, il la lui lança entièrement. Mais contrairement à ce qu’il espérait, le loup, au lieu de s’en aller, s’approchait.

    Je suis perdu, pensa Sincanton, mais puisqu’il faut mourir, je veux mourir en musique et soudain, il prend sa clarinette et joue que tu joueras turlututu…turlututu…

    Entendant ça le loup prit ses pattes à son cou et Sincanton se dit : comment ! si j’avais su je t’aurais joué des polkas et des masurkas et j’aurais gardé ma fouace. Adieu ma fouace !


    PS : “talada fogassa”, es polida aquela conclusion : “talada fogassa”, c’est une jolie conclusion / es una expression plan locala : c’est une expression très locale / Mès es que se ditz tanben “talat!” coma aquò per dire... “A ! talat !” : Mais est-ce qu’on dit aussi “talat!” comme pour dire “a ! talat !”

    EE : “talat!” : “C’est dommage”.

    EE  : “es talat” : “C’est regrettable.”

    EE :  ... es un pauc pietadòs : c’est un peu regrettable.

    PS : se ditz pas per dire aquò tanben quand i a un còp donat, pr’exemple, sus una poma ? : ne le dit-on pas aussi quand il y a un coup, par exemple, sur une pomme.

    EE : mès quand mème i a un sens de regretat : mais il y a tout de même un sens de regret.

    PS : la fogassa, lo mot existís dins fòrça parlars occitans : “la fogassa”, le mot existe dans de nombreux parlers occitans / mas tot lo mond i met pas la meteissa causa : mais tout le monde n’y met pas la même chose / la fogassa de Roergue es pas la fogassa d’en cò mieu : la fouace du Rouergue n’est pas la fougasse de chez moi / vòstra fogassa, cossí es facha, cossí es fèita ? : votre “fougassa”, comment est-elle faite ?

    EE : al Mas, es pasta qu’es tota aplanida, e talhada e a penas còita : au Mas, c’est de la pâte toute plate, taillée et à peine cuite.

    PS : e còi dins le forn : elle cuit dans le four.

    EE : e còi dins le forn del bolangièr, mès a penas còita : elle cuit dans le four du boulanger, mais à peine cuite / E tandís qu’aquí me sembla qu’èra una fogassa sucrada, ambe sucre : mais là il me semble que c’était une “fogassa” sucrée, avec du sucre.

    EE: La nòsta, ara, n’a-pas cap de sucre : la notre, de nos jours, n’a pas du tout de sucre.

    PS: E l’òme que contava aquel conte èra tanben de Sabarat o d’autre...? : l’homme qui racontait ce conte était de Sabarat ou d’un autre… ?

    EE : ....n’èra pas de Sabarat : il n’était pas de Sabarat.

    PS : se volètz o se vòls : si vous voulez ou si tu veux.

    EE : cresi qu’èra de Crampanhan : je crois qu’il était de Crampagnan. a costat de Pàmias : à côté de Pamiers / a l’epòca, me semblava qu’èra luènh de a’n çò nòste : à l’époque, j’avais l’impression que c’était loin de chez nous / en realitat, es a vint quilomèstres d’a’n çò nòste : en réalité, c’est à vingt kilomètres de chez nous.

    PS : e avián de fogassas diferentas ça que la ? : et ils avaient pourtant des “fogassas” différentes ?

    PS : s’èra establit aquí aquel òme, èra vengut...? : cet homme s’était installé là, il était venu… ?

    EE : aquel òme venguiá : cet homme venait / èra un amic d’a’n çò meu : c’était un de nos amis / tanben venguián a las corvadas : ils venaient pour les corvées / e las corvadas se terminavan la nuèit, s’acabavan totjorn per una fèsta : et les corvées se terminaient la nuit, elles se terminaient toujours par une fête.

    EE : portant las gents avián trebalhat durament : pourtant les gens avaient travaillé dur / e portant la nuèit èran contents : et pourtant le soir, ils étaient contents / tot èra doblidat, la pena qu’avián pres : tout était oublié, combien ils avaient peiné / anar garbejar :aller ramasser les gerbes / anar bàter : aller battre le blé / garbejar èra quand botavan las garbas, coma un fenèr : ramasser les gerbes, c’était quand ils mettaient les gerbes comme pour un tas de foin.

    PS : un palhièr ? : un pailler ?

    EE : botavan las garbas una sus l’autra : ils mettaient les gerbes les unes sur les autres.

    PS : A l’entorn d’un pal? : autour d’un bâton / I aviá un pal al centre, non? : il y avait un bâton au centre, non ?

    EE : i aviá-pas cap de pal : il n’y avait aucun bâton / pensi pas : je ne pense pas.

    EE : Adobavan las garbas : ils arrangeaient les gerbes / le gran de las garbas : le grain des gerbes / avant bàter : avant le battage / èra d’adens : il était à l’intérieur / empilavan atal : ils [les] empilaient ainsi.

    PS : las aparar de la pluèja : pour les protéger de la pluie.

    EE : un còp qu’avián copat le blat : une fois qu’ils avaient coupé le blé / amenavan las aucas anà manjar le gran que demorava sul camp : ils amenaient les oies manger le grain qui restait dans le champ.

    PS : las aucas anavan espigar : les oies allaient glaner / per bàtre, o per bàter : pour battre.

    PS  : se bàtiá amb un escossor o un flagèl : on battait avec un fléau /  O los buòus : ou les bœufs.

    PS : se fasiá passar dessús de buòus, non ? : on passait dessus avec les bœufs, non ?

    EE : aquò se fasiá dins le temps : cela se faisait autrefois / més aquò ne l’èi-pas agut vist : mais ça, je ne l’ai pas vu / se fasiá amb una batusa : on le faisait avec la batteuse / i aviá un tractor que virava : il y avait un tracteur qui tournait / fasiá virar la batusa : il faisait fonctionner la batteuse.

    PS : E que fasiá montar las garbas dins la batusa ? : qu’est-ce qui faisait monter les gerbes dans la batteuse ?

    EE : al dessús : au dessus / fasián un trauc e botavan las garbas aquiu : ils faisaient un trou et y mettaient les gerbes / una amiga qu’ac fasiá : une amie le faisait / aviá una rauba : elle avait une robe /  e la rauba li passèc dins la batusa qu’entrenava… : et sa robe passa dans la batteuse qu’entraînait…

    PS : ... la correja : la courroie

    EE : un òme que l’atrapèc : un homme l’a attrapée / la salvèc : il l’a sauvée

    PS : aürosament : heureusement

    EE : a aquesta epòca, aimavan pas tròp que las femnas : en ce temps-là, ils n’aimaient pas trop que les femmes portent des pantalons / es a aquel moment que le pair decidèc que portariá un pantalon : c’est à ce moment que son père a décidé qu’elle porterait un pantalon.

    PS :  èra mal vist : c’était mal vu.

    PS : ça que la èra mai comòde per corvadas : pourtant c’était plus commode pour les corvées / èra un plaser aquí de charrar e de discutir : c’était un plaisir de bavarder et de discuter.

    EE : se ne pòdi trobar d’autes, ac farèi ambe plaser : si je peux en trouver d’autres, je le ferai avec plaisir.

    PS : tornarem parlar : nous en reparlerons.

    EE : ensajarai d’en trobar : j’essaierai d’en trouver / ne demòra pas tròp : il n’en reste pas trop.

    PS o avètz fòrt plan contat  : vous l’avez fort bien raconté. / a plan lèu : à très bientôt.

    EE : merci de m’aver recebut : merci de m’avoir reçue / es ambe plaser qu’ai poscut parlar un pauc ame vos : c’est avec plaisir que j’ai parlé un peu avec vous.

    PS : Al còp que ven : à une autre fois.

    Mercredi 15 juin 2005

    Dans la même collection

    Avec les mêmes intervenants

    Sur le même thème