Canal-U

Mon compte
Maison européenne des sciences de l'homme et de la société

Vrai boulot / bon boulot / sale boulot


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/meshs/embed.1/vrai_boulot_bon_boulot_sale_boulot.13138?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Vrai boulot / bon boulot / sale boulot

PRINTEMPS DES SHS 2012 - QUE FAIRE DU TRAVAIL ?

Conférences présentées par Karel Yon, sociologue à l’université Lille 2, chercheur au CERAPS (UMR 8026).

Alexandra Bidet, chargée de recherche en sociologie au CNRS, Centre Maurice Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS)
Ces cinquante dernières années ont vu l’épuisement des représentations mécanistes du travail, issues du laboratoire industriel du XIXe siècle. De nouvelles figurations se cherchent aujourd’hui pour mettre en mots, en images, en récits, en critiques le travail. Pour nous aider à suivre leur genèse, mon ouvrage L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? se propose de combler un angle aveugle : la sociologie n’a guère étudié les formes d’engagement actif des personnes dans leur travail. Or ces moments sont créateurs de valeurs, de normes et d’appuis critiques. En replaçant la technique et la créativité au cœur du travail, la catégorie de «vrai boulot» aide aussi à saisir les épreuves caractéristiques des milieux de travail contemporains, marqués par une obsolescence accélérée des techniques et une plus grande labilité des formes organisationnelles : elle donne à voir l’exigence ordinaire de continuité et de cohérence de l’expérience.
A. B.

Sébastien Chauvin, assistant professor en sociologie à l’université d’Amsterdam et chercheur à l’Institute for Migration and Ethnic Studies
Journaliers à l’usine
À partir d’une enquête de terrain comme journalier industriel dans la région de Chicago, l’intervention aborde les paradoxes du travail en usine pour des salariés, souvent sans-papiers, qui y sont employés par l’intermédiaire d’agences. Sur des chaînes  très peu automatisées pour lesquelles les entreprises font venir trop de journaliers, les plus précaires doivent dissimuler de longs moments de vide et « mimer » le taylorisme pour garder leur emploi. Le « sale boulot » n’y est pas nécessairement le plus répétitif : il consiste notamment dans l’imposition d’une série de tâches imprévisible. En l’absence d’embauchés directs, les journaliers les plus anciens dans l’usine s’approprient les tâches les plus continues, celles où l’on peut s’« oublier », et se posent en figures de l’avenir pour les nouveaux. Toutefois, ironie de ce mode de mobilisation de la main-d’œuvre, l’emploi massif, durable et régulier de journaliers oblige à les traiter « en masse » et interdit le recours des directions aux formes les plus extrêmes de flexibilité.
S. C.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 5 Avril 2012
    Durée du programme : 117 min
    Classification Dewey : Conditions de travail, Santé, sécurité, bien-être du personnel
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Sociologie, Services et problèmes sociaux
    Collections : Printemps des sciences humaines et sociales, édition 2012: Que faire du travail ?
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : BIDET Alexandra, CHAUVIN Sébastien, YON Karel
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : travailleurs précaires, interim, souffrance au travail
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 La richesse et les entreprises
 Globalisation et montée des inégalités de revenus et de richesse
 La richesse en art et les collections. table ronde avec Alain Fleischer, Nathalie Guiot et Sophie Lévy
 L’accumulation de richesses: admiration, envie et réprobation
 Le sport, pour une richesse responsable ?
 La violence des riches
 Argent et littérature : quelques réflexions sur le XIXe siècle
 Une philosophie de la consommation (richesse et sujet moral)
 Peut-on parler de richesse naturelle ?
 Statistiques, société et décision
 Les jeux de la décision (économie et risques)
 Ressorts psycho-sociaux et neurologiques de la décision
 La décision à l’œuvre
 La décision médicale, entre méthode et dilemmes
 De la décision en politique
 Décision politique, décision stratégique
 Rationalité et irrationalité de la décision
 Les frontières du travail
 Ce que disent les archives des mutations du travail dans le nord
 La souffrance au travail
 Le rire des religions
 Rire, humour et littérature
 Rire et totalitarismes
 Le rire soigne-t-il ? Une réflexion sur le rire à l'hôpital
 Le rire politique et l'espace public
 Théâtres du rire : Antiquité et modernité. Autour d'Aristophane.
 Pourquoi rit-on ? (Si l'on rit)
 Éclats de rire, Olivier Mongin
 Le propre de l'homme ? Il y a de quoi rire !
 Un droit au travail ? Les promesses d'une utopie.
 Qu'est-ce que le travail ?
 Un ouvrier à la chaîne, dialogue avec un sociologue, Christian Corouge et Michel Pialoux
 Où en est la valeur-travail ? par Dominique Méda
 Le travail et sa représentation. Lectures et table ronde.
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte