Canal-U

Mon compte
Université de Bordeaux - SAM

Bio et goût du terroir : atouts et dérives


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/embed.1/bio_et_gout_du_terroir_atouts_et_derives.11673?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
CHAPOUTIER Michel

Producteur Canal-U :
Université de Bordeaux - SAM
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Bio et goût du terroir : atouts et dérives

LE VIN SE MET AU VERT: ATTENTES DES MARCHES, ASPECTS REGLEMENTAIRES ET TECHNIQUES

11e Matinée des Oenologues

>> Pratiques oenologiques: les attentes du marché

Michel Chapoutier, Bio et goût du terroir: atouts et dérives

Si l’histoire du vin trouve ses origines dans la nuit des temps, les secrets qui ont accompagné les différentes étapes de son histoire se promènent entre vérités et superstitions, entre certitudes d’un jour et contre-vérités du lendemain. À qui la gloire de la réussite, à qui la responsabilité de l’échec ? Qui de l’agronomie, qui de l’oenologie, qui de la recherche expérimentale, qui de la recherche fondamentale ?

À la fin des années 2000, l’INAO, puis l’O.I.V valident une définition conciliante et simple du terroir. Par cette définition, il commence à être intéressant et facile de prendre une certaine hauteur et de se poser la question que serait un terroir, et quels outils et quels moyens pouvaient l’influencer.

C’est dans ce contexte que la défense du vivant, des micro-organismes, de la bactériologie trouva un terrain propice pour faire entendre la philosophie de l’agriculteur biologique. L’approche agrobiologique (biologique ou biodynamique) a le mérite de rappeler un fondamental agronomique (une plante vivante sur un sol vivant). Ceci n’est pas réellement innovant, mais interpelle par des questions qu’on se pose souvent, mais que l’on ne juge pas toujours prioritaires. S’il est indéniable que l’agrobiologie a le mérite de remettre l’église au milieu du village dans une pensée agronomique moderne et adaptée, elle doit aussi savoir reconnaître ses points faibles, carences et limites :

- Au niveau de la vigne (phytotoxicité des cuivres ?),

- Au niveau de l’oenologie (zéro SO², éthylphénols, oxydation, etc.)

- Et enfin le risque de dérive commerciale en refusant d’écarter

  •  
    Label UNT : AUNEGE
  •  
    Date de réalisation : 15 Mars 2013
    Durée du programme : 24 min
    Classification Dewey : Vin (technologie des boissons), Agriculture (Produits)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD), Formation continue
    Disciplines : Secteur primaire
    Collections : 11e matinée des Œnologues
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : CHAPOUTIER Michel
    producteur : DCAM - Département Conception et Assistance Multimédia - Université Bordeaux Segalen
    Réalisateur(s) : DCAM - Département Conception et Assistance Multimédia - Université Bordeaux Segalen
    Editeur : DCAM - Département Conception et Assistance Multimédia - Université Bordeaux Segalen
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : réglementation, pratiques, oenologie, vin bio
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creative Commons (BY NC)
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte