Canal-U

Mon compte
Université de Bordeaux - SAM

Utilisation et utilité des mycorhizes dans le vignoble


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/embed.1/utilisation_et_utilite_des_mycorhizes_dans_le_vignoble.35337?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Université de Bordeaux - SAM
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Utilisation et utilité des mycorhizes dans le vignoble

15e Matinée des Oenologues de Bordeaux / "Les minéraux, du sol au palais"

Les symbioses mycorhiziennes constituent un phénomène fondamental et universel dans le monde du vivant. L’existence et la nature de la symbiose mycorhizienne ont été mises en lumière vers la fin du XIXe siècle, en Allemagne, parA.B. Franck, et plus tard en France par Noël Bernard. C’est au milieu du XXe siècle que John-Laker Harley et son groupe à Oxford démontrent les mécanismes physiologiques par lesquels les champignons obtiennent leur carbone et leur énergie, à partir des racines des arbres qu’ils colonisent, et également comment les mycorhizes interviennent dans l’absorption des minéraux du sol. Au cours des 35 dernières années, une multitude de travaux ont clairement démontré l’intérêt scientifique et pratique de ces symbioses sur les écosystèmes naturels ou ceux aménagés par l’homme. Il existe plusieurs formes d’associations mycorhiziennes connues sous les noms de mycorhizes arbusculaires, d’ectomycorhizes, de mycorhizes éricoïdes et de mycorhizes des orchidées, pour ne citer que les cas les plus généraux. La presque totalité des plantes vertes terrestres vivent en symbiose mycorhizienne, c’est naturellement le cas de la vigne.

Indépendamment du type de mycorhizes, on reconnaît généralement six catégories de fonctions de la plante qui sont modifiées par la présence des mycorhizes : l’absorption des éléments minéraux, l’absorption de l’eau, les activités hormonales, l’agrégation des sols, la protection contre les organismes pathogènes et la résistance aux stress environnementaux. Autant de points que le viticulteur modifie également et sur lesquels il souhaite agir dans une logique de performance.

Il est communément admis que les mycorhizes aident les plantes, et donc aussi la vigne, à mieux assimiler le phosphore non assimilable du sol. Il est aussi généralement commenté que la meilleure assimilation des nutriments par la plante, et donc la vigne, est indirectement reliée à une meilleure exploration du sol par le réseau d’hyphes externe des champignons. Mais dans le détail, on ne sait pas vraiment la plus-value apportée au vignoble.

Pourquoi alors les mycorhizes ont-elles une utilité particulière pour la viticulture ? D’abord parce que la conduite de la vigne pour la production de vin est le seul système agricole où les conditions de forte fertilisation n’est pas désirable ; or l’intérêt pour la plante d’utiliser des mycorhizes au lieu de ces simples racines est lié au coût énergétique associé, et l’intérêt est nul lorsque les conditions de nutrition du sol sont élevées. Le coût énergétique pour supporter des mycorhizes peut être plus élevé que le bénéfice. Dans les conditions de sols « pauvres » en revanche, les mycorhizes deviennent essentielles. Les mycorhizes vont aider la plante à adsorber les éléments minéraux pour un effet à court terme, mais va surtout aider la plante à long terme en structurant le sol de telle manière que celui-ci soit protégé contre la dégradation trop rapide des éléments organiques.

Dans cette perspective, il devient donc essentiel de penser la conduite de vignoble pour favoriser la vie mycorhizienne pour des effets à court terme et à long terme.

>> Olivier Zekri, Responsable R&D, Mercier Frères

  •  
  •  
    Date de réalisation : 14 Avril 2017
    Durée du programme : 24 min
    Classification Dewey : Vin (technologie des boissons), Agriculture (Produits)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Formation continue
    Disciplines : Géographie physique, humaine, économique et régionale
    Collections : 15e matinée des Œnologues
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    producteur : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
    Réalisateur(s) : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
    Editeur : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : Vin, minéraux, minéralité
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creative Commons (BY NC)
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte