Canal-U

Mon compte
Université de tous les savoirs

Linguistique et informatique : la traduction automatique


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/linguistique_et_informatique_la_traduction_automatique.872?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
DANLOS Laurence

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Linguistique et informatique : la traduction automatique

Conférence du 16 février 2000 par Laurence Danlos. La linguistique informatique est un domaine scientifique neuf, né du développement conjoint des modèles mathématiques et informatiques (théorie des langages formels) et de la formalisation des descriptions linguistiques. Il a pour objectif le traitement automatique du langage naturel et il se situe au carrefour de la linguistique et de l'intelligence artificielle ou des sciences cognitives dans leurs recherches sur le langage naturel.

Les recherches en linguistiques informatiques débouchent sur des applications qui relèvent des Industries de la Langue. L'application la plus connue et la plus ancienne est la Traduction Automatique. Nous exposerons les principales difficultés rencontrées en Traduction Automatique et nous dresserons un bilan sur les systèmes existants et sur les perspectives. Nous présenterons ensuite un panorama des autres applications, en particulier celles issues de l'émergence du Web (La Toile) dans lesquelles les calculs statistiques se combinent avec les calculs linguistiques.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Angela Pagliara 17/10/2018 17h36

L’ordinateur HAL comprend l’homme, le dialogue avec lui dans sa langue, il exécute ses commandes et ressent des émotions.
La linguistique informatique a des différences d’applications: certaines voitures parlent, le système de dictée automatique, des correcteurs orthographiques dans les traitements de textes, des systèmes de traduction automatique, des photocopieurs ou des téléphones qui traduisent, mais aussi des moteurs de recherche du WEB proposent de résumer et traduire les textes trouvés, les compagnies du téléphone proposent un assistante personnelle virtuelle, etc.
Il existe donc deux types d’applications: des applications où il n’est pas nécessaire que l’ordinateur comprenne le langage et des applications où il est nécessaire que l’ordinateur comprenne le langage surtout dans des domaines restreints et fermés. Les applications peuvent être bluffantes où l’ordinateur manipule du langage écrit ou oral sans rien y comprendre ou pas grand chose et une application, la traduction automatique où l’ordinateur a besoin de comprendre les difficultés rencontrées. L’ordinateur est capable de calculer une représentation sémantique du texte écrit ou du discours oral, cette représentation sémantique est suffisamment abstraite pour raisonner dessus.
La traduction automatique est la transformation sous forme électronique de la langue source, par exemple le français, à la langue cible, par exemple l’anglais. La traduction automatique est très importante et difficile parce-que on a besoin de comprendre pour traduire.
Les premiers systèmes en 1946 prévoyaient une traduction mot à mot, par exemple: LE CHAT NOIR A MANGÉ DEUX POMMES – THE BLACK CAT ATE TWO APPLES .
Les difficultés de traduction sont représentées par la présence des expressions composées dans les phrases, par exemple: pomme de terre – potato; des éléments forcément contigus; des homographes c’est-à-dire deux mots avec la même graphie soit avec des catégories de discours (nom, verbe, adjectif) différentes et soit avec la même catégorie de discourse mais des sens différentes; des homophones, par exemple: ver, verre, vert, vers et des homonymes, l’ensemble des homographes et homophones. Des autres difficultés sont sur les mots outils (prépositions, articles, etc); les difficultés syntaxiques, lexicales et les trous syntaxiques; les ambiguïtes réelles comme , par exemple: OSER LE SAVOIR ou LA BELLE FERME LE VOILE PLUTÔT RARE; les ambiguïtes virtuelles introduites par l’ordinateur: phénomène fréquent et coûteux en temps de calcul et enfin des désambiguation par le contexte, par exemple: ZOÉ A MANGÉ UN AVOCAT -AVOCADO.
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte