Canal-U

Mon compte
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les peintures rupestres de l'abri Wadi Sūra II en Egypte


Rejoignez-nous sur Facebook.

Suivez-nous sur Twitter.

Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_paris_1_pantheon_sorbonne/embed.1/les_peintures_rupestres_de_l_abri_wadi_s_ra_ii_en_egypte.19951?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
HONORE Emmanuelle

Producteur Canal-U :
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les peintures rupestres de l'abri Wadi Sūra II en Egypte

Les hommes préhistoriques ont laissé des témoignages variés de leur pensée symbolique. L’art rupestre, sous forme de peintures ou gravures, est un des modes d’expression choisi par les hommes de la Préhistoire, bien avant l’invention de l’écriture. Moins connu que l’art rupestre du Paléolithique européen, représenté entre autres par les sites de Lascaux, Pech Merle et Altamira, celui du Sahara est majoritairement plus récent, mais non moins exceptionnel.
Découvert en 2002 dans le sud-ouest de l’Égypte, le site de Wadi Sūra II a été gravé et peint lorsque les conditions étaient favorables à l’est du Sahara. On parle en effet de « Sahara vert » pour les périodes de l’Holocène Ancien à l’Holocène Moyen (d’environ 10 000 jusqu’à 3 500 avant J.-C.). La paroi de l’abri Wadi Sūra II révèle des milliers de gravures et peintures. Leur concentration est telle qu’elles se superposent, ce qui donne de précieux indices sur la chronologie de leur réalisation. Parmi les phases les plus anciennes, des centaines de mains dites « négatives », des pieds et même des objets ont été peints au pochoir. Une des phases suivantes montre des bêtes énigmatiques, surdimensionnées et sans tête apparente, qui semblent avaler ou recracher des humains. C’est toute une mythologie complexe, jusqu’ici complètement inconnue, que dévoilent les peintures rupestres de Wadi Sūra II.

Cette vidéo est issue de la web-série "Devenir Archéologue" produite par l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Pour rester informé de la mise en ligne des futurs épisodes :
- rejoignez-nous sur notre page Facebook
- suivez-nous sur Twitter

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte