Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Pratiques féministes en centre de planification / Valérie Courteaut


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/pratiques_feministes_en_centre_de_planification_valerie_courteaut.44035?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Pratiques féministes en centre de planification / Valérie Courteaut

Pratiques féministes en centre de planification / Valérie Courteaut, in colloque "Critiques féministes des savoirs : corps et santé. Milieux associatifs, militants, professionnels et de la recherche : collectivisation des expériences et des réflexions", organisé par le réseau Arpège et l'Association EFIGIES Toulouse, Université Toulouse Jean-Jaurès, 29-30 mars 2017.
Thématique 1 : Parcours médicaux individuels et critiques institutionnelles.

Ce colloque concerne la question des « savoirs situés» et son usage en sciences humaines et sociales et en pratiques médico-sociales pour 2017, mais aussi dans les arts et la littérature pour 2018.
Un savoir situé, c’est d’abord un savoir produit à partir d’une position minorisée dans les rapports sociaux. « Minorisé » désigne la situation de groupes sociaux qui se trouvent dominés socialement et culturellement alors même qu’ils sont numériquement plus nombreux que les dominants. C’est le cas notamment des femmes, mais aussi des personnes racisé·es, des minorités de genre et sexuelles, des personnes à diversité fonctionnelle, etc.
L’idée de féministes telles que Sandra Harding, Donna Haraway ou Patricia Hill Collins est que cette position minorisée est une situation privilégiée pour percevoir, d’une part, et déconstruire, d’autre part, les mécanismes qui fondent et entretiennent les rapports de pouvoir. Au mythe de la neutralité des sciences notamment dites « exactes », elles opposent l’idée que tout savoir est produit à partir d’une position dans les rapports sociaux, et que celle-ci a une influence sur la nature des savoirs produits. Ainsi, des biologistes comme Emily Martin ou Hélène Rouch ont mis en évidence les métaphores sexistes à partir desquelles était pensée la procréation (gamète mâle active/gamète femelle passive), et mis en relation cela avec le fait que ces descriptions avaient été pour l’essentiel produites par des hommes cis, blancs et hétérosexuels. Les critiques féministes ont permis de montrer que parmi les savoirs sur le corps produits en biologie, beaucoup n’étaient pas « neutres » mais pensés à partir d’une position de domination qui entretenaient des croyances essentialisantes et hiérarchisantes sur les corps. Contre cela, elles revendiquent la possibilité de produire des savoirs à partir d’une position féministe, ancrée dans leurs expériences de vie en tant que minorisées. Loin de produire des savoirs « subjectifs » ou « moins vrais » car politisés, le fait de « se situer » permet au contraire de faire avancer la connaissance et de produire des savoirs nouveaux et moins biaisés.
Instrument de critique des savoirs traditionnels et de production de savoirs nouveaux, la théorie des savoirs situés est aussi un moyen de revaloriser l’expérience de vie des minorisé·es. Non seulement cette expérience cesse d’être un stigmate, mais elle devient en plus un privilège, un « privilège épistémologique » permettant une prise de pouvoir ou empowerment.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 29 Mars 2017
    Durée du programme : 39 min
    Classification Dewey : Contrôle des naissances (contraception, planning familial, mesures correctives de la surpopulation)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Services et problèmes sociaux
    Collections : Critiques féministes des savoirs : corps et santé
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : COURTEAUT Valérie
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : contraception, relations médecin-patient, planification familiale, féminisme et santé, régulation des naissances
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Critiques féministes des savoirs : corps et santé. Introduction au colloque
 « Les vraies féministes, en fait, c'est nous ! » Les paradoxes de la réappropriation de la contraception par les utilisatrices des méthodes de gestion de la fertilité / Cécile Thomé
 Savoir (faire) avaler "la" pilule : enjeux de transmissions de connaissances autour de la contraception orale / Leslie Fonquerne
 Stéréotypes : la menstruation, mesdames, vous rendait folles mais irresponsables pénalement ! / Rocío Subías Martínez
 Du mythe de l'horloge biologique des femmes au discours naturaliste en AMP / Manon Vialle
 L'accès au soin des travailleur.se.s du sexe : un parcours de combattant.e.s / Krystel Odobet
 Nécessité d'une prise en charge féministe et inclusive des traumatismes psychologiques liés aux violences sexuelles / Kyn Krakowski
 Posture médicale et violences : les constats et expériences militantes du Planning Familial 31 / Maud Brasseur, Aurore Chauvin
 Le pouvoir des fleurs (abortives) : pharmacopée caribéenne et refus d'enfanter chez Maryse Condé et Jamaica Kincaid / Natacha D'Orlando
 L'épisiotomie en question : place du corps et paroles de femme autour de l'accouchement / Anne Pézet
 Le dispensaire des femmes de Genève, une forme d'institutionnalisation du self-help ? / Lucile Quéré
 Entre soumission et résistance : témoignages et réflexions d'une femme sage-femme / Louise Poll
 Retour sur une expérience militante dans un groupe de self-help / Adeline Flipo
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte