Canal-U

Mon compte
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Une reconstruction mémorielle : écritures et réécritures du “Petit Thalamus“ de Montpellier


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/uvsq/embed.1/une_reconstruction_memorielle_ecritures_et_reecritures_du_petit_thalamus_de_montpellier.34929?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Une reconstruction mémorielle : écritures et réécritures du “Petit Thalamus“ de Montpellier


Intervention par : Vincent CHALLET, (Université de Montpellier 3)

L'un des principaux intérêts de la chronique urbaine de Montpellier est qu'elle a été conservée dans différents manuscrits et dans différents états qui attestent de son écriture et de sa recomposition entre le XIIe siècle et le XIVe siècle. Elle offre en conséquence une occasion unique d'analyse et de regard sur le phénomène de la reconstruction mémorielle opérée par l'histoire officielle en fonctions de contingences politiques, recomposition qui ne manque pas de révéler un certain nombre d'hésitations dans la définition à donner de la communauté urbaine et de nombreuses difficultés à susciter véritablement la naissance d'une identité civique. Ville dépourvue de tout passé romain, ce qui la rend libre d'opérer ses propres choix quant à la manière de narrer et ses origines et son histoire et dans l'option de la langue vernaculaire de préférence au latin, ville également dépourvue
de toute autorité comtale ou épiscopale, Montpellier ne fonde pas son identité sur la mémoire seigneuriale des Guilhem qui glisse petit à petit dans l'oubli. Certes, quelques-uns des glorieux rois d'Aragon peuvent lui offrir des figures de substitution, notamment Jacques d'Aragon natif de Montpellier, mais une telle mémoire est fragile et se révèle maladroite dès lors que le roi de France impose sa tutelle en Languedoc, tant et si bien qu'elle s'avère incapable de créer une identité civique adéquate. En définitive, ce dont témoignent ces constantes réécritures d'un passé plus ou  moins lointain, plus ou moins proche, c'est bien que le seul fondement de l'identité civique réside dans le consulat lui même qui utilise, afin de la matérialiser, l'ecclesia matrix que constitue Notre-Dame-des-Tables, le grand sceau du consulat et, à partir du début du XIIIe siècle, une reconstruction mémorielle dont la pierre de touche n'est autre que l'élaboration de cette chronique urbaine connue sous le nom de « Petit Thalamus ».


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Conclusions
 La réécriture de l'histoire chez Jean Froissart. Le chroniqueur face à ses sources
 Réinventer" la croisade dans le XVe siècle : sur l'originalité de la réécriture de l'histoire
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 L'écriture de la première croisade : la fin de Renaut Porcet dans les récits des XIIe-XIIIe s.
 Écrire l'histoire de Stonehenge : narration historique et fiction romanesque (XIIe-XVe s.)
 Intertextualité et stratégies d'autorité dans les Gesta abbatum de Conques (XIIe s.)
 Auctoritas et références dans les chroniques roumaines du Moyen Âge : entre légende et attestation documentaire
 Une histoire à usage politique : les Gesta episcoporum de l'évêque Gérard de Cambrai († 1051) et la construction d'un passé diocésain
 Mémoire des lettres et des lois : modalités d'insertion et interprétation des traces documentaires dans les Mémoires de Philippe de Novare
 “Si com jou truis el livre escrit” : les références externes dans la Chronique rimée de Philippe Mousket
 La présence de réalités documentaires dans les récits de la chute de Troie : entre l'insertion encyclopédique autorisante et l'effet de réel
 L'acte diplomatique comme ‘preuve' dans l'écriture de l'histoire au travers de deux cas hispaniques : l'Historia Compostellana et le Corpus Pelagianum (première moitié du XIIe s.)
 Le Liber testamentorum ecclesiae ouetensis (XIIe s.).L'utilisation des sources pour la rédaction des narrations historiques du cartulaire
 La complexité documentaire à l'épreuve de la TEI : les enjeux d'une édition électronique des Annales occitanes de Montpellier
 L'écriture d'une histoire : rapporter les faits dans un procès. L'affaire opposant la Sorbonne au chapitre de Saint-Benoît (1274-1281)
 La Légende dorée de Jacques de Voragine et les écritures de l'histoire : montages manuscrits, (dis)continuités génériques et domestication du temps
 L'Histoire des Lombards de Paul Diacre, modèle de l'Ystoire de li Normant d'Aimé du Mont-Cassin : imitations et emprunts, écarts et distorsions
 Les documents juridiques, les textes narratifs et autres témoignages dans l'Histoire des comtes de Guines de Lambert d'Ardres (fin XIIe s.) : sélection des sources
 Influence des sources documentaires dans l'historiographie anglo-normande du XIIe s.
 Documentation et écriture de l'histoire chez l'abbé Suger (1122-1151)
 Écrire l'histoire à Saint-Aubin d'Angers au XIIe s. Métamorphoses et fonctions des documents d'archives dans la production historiographique
 Le rôle des documents dans l'écriture de l'Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable (copie)
 Ouverture et introduction
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte