Conférence
Notice
Lieu de réalisation
Humathèque Condorcet
Langue :
Français
Crédits
Vianney Escoffier (Réalisation), Emily Diomat (Organisation de l'évènement), Chrystèle Guilloteau (Organisation de l'évènement), Florence Neveux (Publication), Arghyro Paouri (Composition), Elias Caillaud (Intervention), Giovanna Cavatorta (Intervention), Paul Forigua Cruz (Intervention), Noémie Merleau-Ponty (Intervention), Morgane Tocco (Intervention)
Détenteur des droits
CNRS - EHESS
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Elias Caillaud, Giovanna Cavatorta, Paul Forigua Cruz, Noémie Merleau-Ponty, Morgane Tocco. EHESS. (2023, 8 juin). Table-ronde #4 - Ethnographies féministes et queer. Entre anthropologie critique et complicités politiques , in Monde en crise et sujets émergents. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/146501. (Consultée le 4 mars 2024)

Table-ronde #4 - Ethnographies féministes et queer. Entre anthropologie critique et complicités politiques

Réalisation : 8 juin 2023 - Mise en ligne : 22 septembre 2023
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Organisée par Elias CAILLAUD (LAP, EHESS), Paul FORIGUA CRUZ (LAP), Flavia DE FARIA (LAP), Michela FUSASCHI (LAP, Rome III), Gianfranco REBUCINI (LAP, CNRS) & Morgane TOCCO (LAP, EHESS)

Animée par Flavia DE FARIA (LAP), Michela FUSASCHI (LAP, Rome III) & Gianfranco REBUCINI (LAP, CNRS)

Depuis les années 1970, les féminismes ont posé des défis considérables à la pratique anthropologique et ont su faire émerger une critique profonde des représentations et des méthodes ethnographiques. Ces critiques ont eu des effets durables sur l’ensemble de la discipline. Participant aux développements des traditions des pensées critiques
postmodernes et postcoloniale héritières du marxisme, les anthropologues féministes, dans le monde anglophone comme francophone, des Nords et des Suds, ont contribué au dévoilement des responsabilités et des rapports de pouvoir dans la recherche ethnographique, en mettant en exergue de nouvelles normes de réflexivité et de point de
vue dans le travail de terrain et dans la production du savoir. Cela a permis de faire apparaître d’autres voix et d’autres images sur le terrain, d’ouvrir la voie à l’émergence de sujets silenciés jusque-là, les femmes et d’autres sujets minoritaires.

À partir des années 1990, les théories et pratiques queer sont venues enrichir la critique féministe et ont posé des défis supplémentaires à la pratique ethnographique. Pensée profondément ancrée dans une critique de l’identité, sexuelle et de genre, mais pas seulement, le queer a contribué à déstabiliser les convictions de l’anthropologie dans ses catégorisations et divisions du monde social. Portant un regard sur les transgressions et l’excès des frontières, des limites et des catégories d’analyse, le queer trouble la pratique ethnographique dans ses présupposés naturalisés concernant les corps, les affects, les individualités et les subjectivations politiques et sociales. Tissés aux mouvements politiques de justice sociale, les féminismes et les courants queer contemporains continuent d’interroger et de produire des liens critiques entre théories, méthodes, épistémologies et transformation radicale de la société.

En ce moment politique particulier de crises globales et d’émergence de nouveaux sujets politiques, ce panel se propose ainsi d’explorer les potentialités des engagements féministes et queer à partir de différents lieux politiques et espaces géographiques. Les mouvements féministes et des femmes représentent souvent des lieux de contestation de l’existant et de proposition politique forte (grèves féministes, mouvements des places, révolutions arabes), tandis que les mouvements LGBT et queer se retrouvent de plus en plus au centre des expériences politiques contemporaines de transformation radicale (Occupy, Black lives matter, ZADs, etc.).

Dans le sillage des ethnographies queer et féministes, sans s’y réduire, ce panel appelle à l’étude de possibilités d’ethnographies construites en alliance et complicité avec ces mouvements sociaux au Nord comme dans les Suds. Comment travailler « avec », plutôt que « travailler sur » eux ? Comment le travail ethnographique peut-il faire émerger et amplifier les voix de sujets et de groupes minoritaires et minorisés potentiellement vulnérables, mais souvent porteurs d’alternatives politiques et d’expériences innovantes face à un système capitaliste toujours plus violent et plus envahissant (voir le manifeste « Gens : a Feminist Manifesto for the Study of Capitalism ») ? De quelle façon les expériences et les épistémologies des féminismes et des pratiques et théories queer sont-elles capables de répondre à la crise écologique et du vivant (écoféminisme, théories du « trouble » de Haraway, écologie queer, etc.) ? Comment les critiques féministes et queer déstabilisent-elles encore la discipline, notamment dans ses conditions de violence épistémique inhérentes à la modernité coloniale ? Et surtout comment la question d’une critique décoloniale venant des Suds à partir de ces cadres analytiques féministes et queer se pose-t-elle aujourd’hui comme encore plus essentielle ?

Intervenant·es
Elias CAILLAUD (LAP, EHESS), Giovanna CAVATORTA (Rome III), Paul FORIGUA CRUZ (LAP), Noémie MERLEAU-PONTY (IRIS, CNRS) & Morgane TOCCO (LAP, EHESS).

Intervention

Dans la même collection