Conférence
Notice
Lieu de réalisation
INSA CVL Blois
Langue :
Français
Crédits
Jean-Philippe Corbellini (Réalisation)
Détenteur des droits
MSH Centre Val de Loire
Citer cette ressource :
RTRMD. (2023, 13 avril). Détection et surveillance des maladies émergentes des plantes : apport de nouvelles technologies et méthodes , in 2ème Journée Thématique Inter-Réseaux : Vigilance Environnementale : détecter, prévoir, agir. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/143332. (Consultée le 1 mars 2024)

Détection et surveillance des maladies émergentes des plantes : apport de nouvelles technologies et méthodes

Réalisation : 13 avril 2023 - Mise en ligne : 9 juin 2023
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Détection et surveillance des maladies émergentes des plantes : apport de nouvelles technologies et méthodes

La gestion des maladies forestières repose principalement sur une approche préventive dans laquelle la surveillance épidémiologique joue un rôle crucial. Les maladies émergentes en forêts étant en augmentation depuis plusieurs années, les surveiller, et si possible à grande échelle spatiale, s’avère indispensable pour concevoir et déployer des mesures permettant d’empêcher l'établissement et la propagation des agents pathogènes.

 

Il n'existe pas actuellement de méthodes de surveillance efficaces et rentables pour les grandes échelles spatiales. De nouvelles méthodes de surveillance, actives ou passives, doivent être inventées et/ou utilisées pour détecter des agents pathogènes exotiques récemment introduits en forêt ou pour délimiter la zone de distribution de pathogènes déjà installés sur un territoire.

 

Les nouvelles technologies offrent de nombreuses perspectives pour l’épidémiosurveillance des maladies en forêt. Ceci sera illustré à l’aide de deux méthodes. La première utilise le réseau de surveillance des pollens mis en place depuis plusieurs décennies pour surveiller la dispersion du pollen et fournir des évaluations en temps réel du risque allergique. Une preuve de concept a été réalisée et suggère que la même approche pourrait être utilisée pour la surveillance des pathogènes forestiers. La deuxième est une approche de surveillance participative, qui repose sur les observations fortuites faites par des citoyens ou propriétaires forestiers.

Vigil’encre : Une application smartphone dédiée à la maladie de l’encre du châtaignier

 

Biographie de Cécile Robin : directrice de recherche INRAE à l’UMR Biodiversité, Gènes et Communautés (centre Nouvelle-Aquitaine Bordeaux)

Mes travaux de recherche ont comme objectif une meilleure compréhension de la dynamique des pathosystèmes forestiers, en évolution naturelle et en réponse à la gestion et aux perturbations anthropiques.

Je mets en œuvre des compétences scientifiques et techniques en mycologie, épidémiologie, génétique des populations et écologie évolutive pour étudier les facteurs de risque des maladies forestières émergentes, les traits d'histoire de vie des champignons et oomycètes pathogènes des forêts, leur variabilité et potentiel évolutif, la variabilité et le déterminisme génétique des résistances des arbres aux maladies de l'encre et concevoir des méthodes de gestion durable pour la santé des forêt (lutte biologique et génétique) et des méthodes de surveillance des agents pathogènes forestiers.

Thème

Dans la même collection