Vidéo pédagogique
Notice
Lieu de réalisation
Marseille
Sous-titrage
Français
English
Português
Langue :
Français
Crédits
Marc-Henri Piault (Intervention)
Détenteur des droits
Réalisation : Pascal Cesaro
Citer cette ressource :
Marc-Henri Piault. Télé AMU. (2013, 10 juin). Leçon 4 - Décrire, illustrer ou expérimenter, chapitre 4 : Description et point de vue, documentaire et documentarisme (English and Portuguese subtitles) , in "Anthropologie et Cinéma" par Marc-Henri Piault. Leçon 4 : Décrire, illustrer ou expérimenter (English and Portuguese subtitles). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/116815. (Consultée le 26 février 2024)

Leçon 4 - Décrire, illustrer ou expérimenter, chapitre 4 : Description et point de vue, documentaire et documentarisme (English and Portuguese subtitles)

Réalisation : 10 juin 2013 - Mise en ligne : 30 mai 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Fr : Au début du XXème siècle se réservant le champ des sociétés perçues comme en marge du courant unifiant de La Civilisation, l’ethnologie s’efforçait en réalité de découvrir sur le terrain de ses investigations la confirmation de représentations théoriques apriori, c’est-à-dire des sociétés figées dans une atemporalité structurelle et fonctionnelle. Ces travaux contribuaient à justifier, comme à la fin du XIXè siècle, le maintien sinon même l’extension des dominations coloniales par les pays occidentaux. Les images exotiques des cinéastes voyageurs et des rares productions d’intention ethnographique de l’époque contribuaient à rassurer l’homme blanc quand à ce qu’il estimait être ses “avances” technologiques et sociales : à l’opposé le cinéma désormais appelé «documentaire», montrait de nos sociétés des images critiques, peu encourageantes sinon même totalement désespérantes.

Vers la fin des années vingt un mouvement fait progressivement émerger le cinéma de l’esthétisme formel de l’avant-garde pour s’approcher du réel, de la société environnante tout en cherchant à traduire par la dynamique des images, des mouvements de caméra, des luminosités et des cadrages, un sens sous-jacent à l’apparence des choses. Casser la linéarité narrative semble être une des premières leçons vertovienne qui marque le cinéma de ces années. En même temps persiste l’influence de l’expressionnisme allemand à laquelle vont se mêler le romantisme et le lyrisme environnemental hérités de Flaherty et des premiers grands films fictionnels ou documentaires d’aventures exotiques.

Eng : At the beginning of the 20th century, reserving the field of societies perceived as being on the margins of the unifying current of Civilization, ethnology sought to discover in the field of its investigations the confirmation of a priori theoretical representations, that is, of static societies in a structural and functional timelessness. These works contributed to justify, as at the end of the 19th century, the maintenance, if not the extension, of colonial domination by Western countries. The exotic images of traveling filmmakers and the rare ethnographic productions of the time helped to reassure the white man about what he considered to be his technological and social “advances”: on the other hand, the cinema now called "documentary", showed critical images of our societies, not very encouraging if not even totally despairing.

In the late 1920s, a movement made cinema gradually emerge from the formal aesthetics of the avant-garde to approach reality, the social environment, seeking to translate the dynamics of images, camera movements, luminosity, and framing, giving a sense of underlying the appearance of things. Breaking the narrative linearity seems to be one of the first Vertovian lessons that marked the cinema of those years. At the same time, the influence of German expressionism persists, with which romanticism and environmental lyricism inherited from Flaherty and the first great fictional films or documentaries of exotic adventures would mingle.

Films :  Cooper et Shoedsack (Grass: a Nation Battle for Life), W. Ruttman (Symphonie d'une grande ville), S. Epstein (Finis Terrae), J. Vigo (A propos de Nice), L. Bunuel (Lashurdes), J. Ivens et H. Storck (Misère au Borinage), le cinéma social britannique (Drifters; Song of Ceylan; Night Mail; Housing Problems.).

Intervention
Thème
Documentation

Références bibliographiques générales

Boukala M., Le dispositif cinématographique, un processus pour (re)penser l'anthropologie, Téraèdre, Paris, 2009.

Colleyn J.P., Le regard documentaire, Centre georges Pompidou, Paris, 1993.

De France C. , L’anthropologie filmique : une genèse difficile mais prometteuse, Du film ethnographique à l’anthropologie filmique, Editions des archives contemporaines, 1994.

Gardies A., Le réel filmique, Hachette, Paris, 1993.

Laplantine F., La description ethnographique, Armand Colin, 2005.

Lioult J.L., À l'enseigne du réel, penser le documentaire, PUP, 2004.

MacDougall D., Transcultural Cinema, Princeton, New Jersey, Pinceton University press, 1998.

Niney J.F., Le documentaire et ses faux-semblants, Klincksieck, Paris, 2009.

Piault M.H., Anthropologie et Cinéma. Passage à l'image, passage par l'image, Paris, Téraèdre 2008 (1ère édition Nathan 2000).

  • George Lacombe, La Zone, 28 mn, 35 mm, France,  1928.

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème