Non classé

Chronique Baka, arrdt de Messok, avril 2015 : une collecte de miel sauvage

Réalisation : 14 avril 2015 Mise en ligne : 14 avril 2015
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Caméra, son, montage :Romain Duda

Aide au montage :Alain Epelboin (CNRS-MNHN)

La récolte du mielsauvage fait partie des activités fortement valorisées chez les Baka du sud-estCameroun. Parmi une dizaine de variétés de miels sauvages, le miel pòki issude l’abeille tòngyà (Apis mellifera) est particulièrementapprécié mais implique d’atteindre des essaims situés la plupart du temps àplusieurs mètres de hauteur. 

Ce film détaillel’ensemble des techniques à l’œuvre dans un domaine de connaissance propre auxBaka. L’essaim est d’abord repéré et identifié grâce au bourdonnement propre àchaque espèce (Apis mellifera, abeillessans dard mélipones). Au pied de l’arbre, des braises sont produites afind’alimenter un enfumoir (yànji) fait d’un fagot enveloppé de feuillesafin de créer une fumée dense. Un panier spécifique à la récolte du miel (pèndi), et à usage unique, est conçuafin de descendre les rayons jusqu’au sol. Le grimpeur confectionne uneceinture de grimpage (yèndà) à l’aide d’une liane résistante luipermettant de prendre appui sur le tronc tandis qu’il réalise des entailles dansl’arbre grâce à sa hache (kopa). Au sol, les femmes et les enfantsdiscutent des événements de la veille.

Ce jour-là, et malgréles remèdes propitiatoires, la récolte est plus maigre qu’espéré. Les abeilless’affairaient autour d’un essaim difficilement accessible pour le grimpeur cartombé dans la cavité centrale du tronc. Ce dernier descend juste assez de mielpour satisfaire la gourmandise des enfants. Le reliquat est amené dans despaquets de feuilles aux villages pour le reste de la famille. 

Intervenants
Thèmes
Notice
Contacter

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème