Canal-U

Mon compte
Canal Archéo Montpellier

Le sanctuaire de la colline de l’Yeuse à Murviel-lès-Montpellier (34).


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/asm/embed.1/le_sanctuaire_de_la_colline_de_l_yeuse_a_murviel_les_montpellier_34.61951?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Canal Archéo Montpellier
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Le sanctuaire de la colline de l’Yeuse à Murviel-lès-Montpellier (34).

Le sanctuaire de la Colline de l’Yeuse est situé sur la commune de Murviel-lès-Montpellier, en périphérie de l’agglomération antique du Castellas, identifiée comme le chef-lieu des Samnagenses. Cette agglomération est occupée du début du IIème s. av. J.-C. jusqu’au début du IIème s. ap. J.-C.

Le sanctuaire, inconnu jusqu’alors, a été découvert à l’occasion de sa fouille par l’Inrap, préalablement à la construction d’un lotissement, au printemps 2017. La présente communication vise à présenter le sanctuaire de sa construction à son abandon, durant toutes les phases de son évolution.

Une première occupation est caractérisée par la présence d’un bâtiment, construit probablement dans le courant du Ier s. av. J.-C. et partiellement dégagé. Il est composé d’au moins une pièce occupant toute la largeur de l’édifice et le sol est en terre. Il présente la particularité d’avoir livré un petit dépôt monétaire sous un foyer au centre de l’espace.

Entre -50 et -25, ce bâtiment est détruit puis l’espace remblayé et nivelé. Un temple de plan classique est alors édifié au sein d’un péribole. L’étude de son architecture permet de proposer, grâce aux fragments lapidaires découverts et à une exceptionnelle conservation d’élévation, une restitution de l’édifice assez fine et laisse entrevoir de fortes influences grecques, via Marseille, dans sa conception.

Quelques années plus tard, une place est établie à l’arrière du temple, partiellement bordée de portiques. Un long bâtiment ferme alors cette aire ouverte à l’ouest. Il est constitué d’une série de pièces aboutées ouvrant sur la place puis d’un corps occupé par un balnéaire. A l’arrière de ce bâtiment, une large excavation profonde de 4 m est interprétée comme la réserve d’eau du petit ensemble thermal.

L’ensemble se développe à son apogée sur une superficie de 3000 m2 (Fig. 1).

Durant tout le Ier s. ap. J.-C., la morphologie générale évolue peu mais quelques aménagements sont à tout de même réalisés. Ainsi, la colonnade libre qui habille le fond de la place au sud est détruite au début du siècle, conjointement à celle –partielle- du péribole qui ceinture le temple, rendant en cela l’aire sacrée beaucoup plus vaste, limitée à l’ouest par le portique et le bâtiment toujours en place et au sud par la pente de la colline ou un élément hors-emprise. Enfin, le balnéaire est abandonné et le bâtiment qui l’abrite est réaménagé.

De cette phase d’occupation nous sont parvenus de nombreux témoignages des rites et gestes réalisés par les fidèles. Ils se présentent sous la forme d’aménagements frustes auxquels sont associés des dépôts d’objets. Ces structures sont rassemblées au sein de deux groupes principaux. L’un au plus près du temple, le second à l’emplacement de l’ancien portique, au sud de la place. Il s’agit d’édicules constitués d’éléments en remplois, moellons et tuiles et aussi d’amphores fichées dans le sol (Fig. 2). Ils servent de support ou de réceptacle à des offrandes d’objets, de monnaies, de coquillages et de vases votifs. La pratique du jet de monnaies (Iactatio stipis) pourrait également être attestée en deux endroits : sur un sol près du temple et à l’intérieur de l’excavation constituant l’ancienne réserve d’eau du balnéaire.

Les derniers signes de fréquentation du lieu de culte nous sont donnés par les monnaies et sont à placer au début du IIe s. ap. J.-C. Le bassin situé à l’ouest est alors progressivement comblé, d’abord par quelques matériaux issus du démantèlement de plusieurs édicules et par plusieurs autels en pierre puis par un apport massif de végétaux.

Près du temple, l’autel principal du culte – situé initialement en dehors de l’emprise de fouille – est démonté puis sa base et son couronnement sont déposés sur les édicules situés à proximité.

Malgré le caractère exceptionnel des découvertes, le nom de la divinité honorée en ce lieu reste inconnu. Cependant, l’analyse pluridisciplinaire des vestiges et des comparaisons avec des sites ayant livré des structures et des dépôts similaires, permettent de proposer des hypothèses et de s’en approcher.


Communicants

  • Grégory Vacassy (Inrap)
  • Antoine Boisson (SAM)
  • Stéphanie Raux (Inrap)
  • Ghislain Vincent (Inrap)



Comité d'organisation

  • Sandrine Agusta-Boularot (UPVM et ASM)
  • Maryline Bovagne (Inrap Midi Méditerranée)
  • Stéphanie Raux (Inrap Midi Méditerranée)
  • Grégory Vacassy (Inrap)
  • Ghislain Vincent (Inrap)

Réalisation - Lambert Capron

  •  
  •  
    Date de réalisation : 26 Mai 2021
    Lieu de réalisation : Montpellier, Université Paul-Valéry, Montpellier III
    Durée du programme : 28 min
    Classification Dewey : Archéologie et préhistoire
  •  
    Catégorie : Colloques
    Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Archéologie
    Collections : Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. j.-C.)
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : culte
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Colloque international : Lieux de culte en Gaule du Sud et dans les provinces limitrophes (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C.) - Mot de bienvenue
 Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.). Bilan d’un programme et nouvelles perspectives pour l’étude des sanctuaires.
 La mise en place des panthéons civiques au lendemain des conquêtes dans les Trois Gaules.
 Modelli indigeni e tipologie centro-italiche nell’edilizia sacra dei territori transpadani e di alcune regioni limitrofe tra II sec. a.C. ed età giulio-claudia
 Le sanctuaire des Terrasses de Montfo à Magalas (Hérault).
 Chaude, froide ou salée, de l’eau à profusion. Thermes et sanctuaires de l’agglomération antique de Balaruc-les-Bains (Hérault)
 Le temple antique de Saint-Jean de Todon (Laudun L'Ardoise, Gard)
 Permanences et innovations dans les pratiques rituelles du pays de Martigues (IIe s. av. J.-C. - IIe s. ap. J.-C.).
 Stips et sanctuaires dans les Alpes du Sud.
 Le temple de Clastre à Fox-Amphoux (Var). Une agglomération et un sanctuaire aux confins de la cité de Fréjus.
 L’aire de l’ex Hôtel Couronne : structures et rituels d’un lieu de culte à Augusta Praetoria (Aosta, Regio XI Transpadana).
 Nouvelles données sur le Grand Temple de la ville romaine de Luni (La Spezia, Italie).
 Un nuovo luogo di culto a Giove Eterno nelle valli bresciane, tra religiosità indigena e interpretatio Romana.
 Évolutions et transformations architecturales du temple central du lieu de culte ouest de la ville de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, 76)
 Les sanctuaires de Chassenon et Saint-Cybardeaux : nouvelles données sur le fait religieux en Charente à la lumière des dernières recherches
 Sanctuaires et émergence des villes. Le temple « de Janus » et le quartier de la Genetoye à Autun : perspectives sur un grand sanctuaire périurbain.
 Posters
 Urbanisation, gestes et dépôts rituels aux premiers temps d’Vcetia : le site de l’ancienne gendarmerie à Uzès (Gard).
 Différents témoignages de cultes domestiques et pratiques cultuelles à Nîmes durant le Haut-Empire.
 « Aedes Cereris in praediis » : temples et pratiques rituelles dans les villae de Gaule Lyonnaise.
 Les dieux indigènes et la naissance de la ville romaine : Le dieu Nemausus à Nîmes : épigraphie, topographie, iconographie, historiographie.
 Les inscriptions de l'esclave Niger au sanctuaire aux Mères d'Allan : réexamen d'un dossier exceptionnel.
 Dédicaces au numen et au genius impériaux en Gaule Narbonnaise et dans les provinces limitrophes (Ier-IIe s. ap. J.-C.).
 Les sanctuaires de la cité des Convènes (Ier s. av. J.-C. - Ve s. apr. J.-C.). Archéologie et épigraphie : questions de topographie et d'espace.
 Préambule méthodologique à l’étude des mobiliers cultuels en usage dans les sanctuaires et premiers résultats en Narbonnaise occidentale.
 De la Transalpine à la Cisalpine : étude comparée des dépôts monétaires en contextes cultuels (IIe s. av. n. è. - Ier s. de n. è.).
 Que deviennent les monnaies offertes aux divinités en Gaule romaine ?
 Lieux de culte, pratiques rituelles et espaces lacustres et dans la cité de Vienne
 Colloque international : Lieux de culte en Gaule du Sud et dans les provinces limitrophes (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. J.-C.) - Conclusions
 Regards sur les cultes et les rituels en dehors de la sphère domestique dans le Midi de la France à l'âge du Fer.
 Lieux de culte en Gaule du Sud (IIe s. av. J.-C. - Ve s. ap. j.-C.)
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte