Canal-U

Mon compte
CAI-RN

C. LEANDRI et al., Les référentiels de silicites en Préhistoire. Enjeux épistémologiques et choix méthodologiques de


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/cai_rn/embed.1/c_leandri_et_al_les_referentiels_de_silicites_en_prehistoire_enjeux_epistemologiques_et_choix_methodologiques_de.62225?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
CAI-RN
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

C. LEANDRI et al., Les référentiels de silicites en Préhistoire. Enjeux épistémologiques et choix méthodologiques de

Les référentiels de silicites en Préhistoire. Enjeux épistémologiques et choix méthodologiques des travaux du GDR SILEX et des PCR « Réseau de lithothèques ».

Céline Leandri1,2, Christophe Tufféry3,4, Vincent Delvigne6, Paul Fernandes5,7, Matthieu Lebon8, Antoine Pasqualini9, Blandine Nouvel10, Stéphane Renault 11, Antonin Tomasso 2

1-Ministère de la Culture, DRAC de Corse ; 2-TRACES UMR 5608 ; 3-Inrap, Direction Scientifique et Technique ; 4-UMR CITERES 7324 ; 5-Université de Bordeaux, CNRS, UMR 5199 – PACEA ; 6- Université de Liège, Service de Préhistoire ; 7-SARL Paléotime ; 8-MNHN UMR 7194, CNRS - Histoire Naturelle de l'Homme Préhistorique ; 9-CEPAM UMR 7264, CNRS Université Nice Sophia Antipolis ; 10-CCJ UMR 7299, MMSH ; 11-LAMPEA UMR 7269, MMSH

Les lithothèques, référentiels organisés de roches, ont, pour beaucoup, été constituées depuis les années 1970 autour des roches siliceuses (silicites) susceptibles d’avoir été taillées par l’Homme durant la Préhistoire. Elles fondent les recherches sur la provenance des matières premières lithiques par comparaison des échantillons géologiques prélevés en prospections avec les objets archéologiques sur la base de critères pétrographiques et/ou géochimiques.

L’introduction, dans les années 2000, du concept de chaîne évolutive a ouvert de nouvelles perspectives. L’étude des transformations du cortex et de la matrice en fonction de l’histoire du bloc permet aujourd’hui d’envisager une attribution précise au gîte de prélèvement, ce qui n’était pas le cas jusqu’alors. Il en résulte que le classement des échantillons par filiations de type génétiques doit se substituer à la logique géographique/géologique qui prévalait jusque-là. Cette démarche implique un travail de terrain raisonné et systématique pour tendre à l’exhaustivité, ainsi que la mise en place d’une plateforme collaborative pour que tous les acteurs de la recherche soient au fait de l’avancée des travaux.

L’harmonisation des critères de caractérisation des silicites constitue un autre enjeu. Pour répondre au besoin de partager un même référentiel terminologique, un lexique a été rédigé. En cours d’intégration au thésaurus PACTOLS, ce référentiel permettra aux chercheurs de disposer sous format RDF/XML et PDF, d’un outil répondant aux exigences de la science ouverte (respect des principes FAIR).

Ces sujets sont abordés au sein du groupement de recherche (GDR) SILEX et de plusieurs programmes collectifs de recherche (PCR) régionaux, soutenus par le CNRS, le Ministère de la Culture, l’Inrap, la SARL Paléotime et différentes UMR. Des échanges et développements, en synergie avec le GT Bases de données et Référentiels du réseau CAIRN, ont lieu autour de la constitution des modèles de données, de leur diffusion (formats et services web normés), de l’implémentation de métadonnées. Toutes ces avancées, rendues possibles par une convergence pluridisciplinaire attendue depuis plus de 50 ans, nous poussent non seulement à un renouvellement méthodologique profond mais également à une réflexion épistémologique sur l’évolution de nos démarches en termes de limites des approches considérées (techniques, conceptuels ou théoriques) et d’impacts sur les autres champs de recherche de la préhistoire (techno-économie, notion de site, notion de territoire, cartographie…).

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 M. LEBON, Présentation du GT « Bases de données et référentiels » du réseau CAI-RN.
 O. PEYRON et al., Incidence des référentiels polliniques sur la quantification des paléoclimats.
 J. CAULIEZ et al., Ethnoarchéologie des traditions potières et référentiels : dialogues et questions.
 J. ROLLAND, La construction de référentiels pour l'étude de l'artisanat du verre celtique : histoire d'un défi technique.
 M. BALASSE et al. Des référentiels isotopiques pour décrire les systèmes d’élevage du passé.
 V. BERNARD, Y. COUTURIER et Y. LE DIGOL, "DendraBase" : une expérience rennaise.
 C. BRASSARD et al., Explorer l’évolution fonctionnelle de la mâchoire des chiens en s’appuyant sur des modèles établis à partir de spécimens actuels.
 E. HERRSCHER et L. MION, Référentiels isotopiques et paléoalimentation humaine : un doux rêve archéologique ?
 Y. VANDENBERGHE et al., Projet COREF : pour la conservation des échantillons d’œuvres aux C2RMF, référencement ou référentiel ?
 N. BALCAR, Les matériauthèques pour l’art contemporain : des outils pour l’archéologie de demain
 C.CHANTERAUD et al., De l’importance des références géologiques de roches ferrugineuses pour la reconnaissance des matières archéologiques.
 E.-M. GEIGL, L’importance des référentiels en paléogénomique
 P. DILLMANN et S. LEROY, Référentiels pour les études des réseaux de production et de circulation des objets en fer : tentative de réflexion épistémologique
 M. DJAMALI et M. MASHKOUR, Réflexions sur la contribution des coprolithes de hyènes modernes comme référentiel pour les reconstitutions paléoenvironnementales.
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte