Canal-U

Mon compte
Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

L’ornement végétal dans un manuscrit de l’an Mil conservé à Semur-en-Auxois (B.M., MS 1) : nœud visuel, site monastique, production d’image


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/msh_clermont_ferrand/embed.1/l_ornement_vegetal_dans_un_manuscrit_de_l_an_mil_conserve_a_semur_en_auxois_b_m_ms_1_n_ud_visuel_site_monastique_production_d_image.51919?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

L’ornement végétal dans un manuscrit de l’an Mil conservé à Semur-en-Auxois (B.M., MS 1) : nœud visuel, site monastique, production d’image

Daniel RUSSO, professeur en histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne-Franche-Comté

Le manuscrit 1 conservé à la Bibliothèque municipale de Semur est l’un des plus anciens manuscrits conservés en Bourgogne, sinon le plus ancien, pour les uns à dater autour de l’an mil, pour les autres à rattacher, vers la même époque, au grand mouvement des « abbés réformateurs » et aux livrets hagio-liturgiques de prestige. C’est un recueil composite, de 260 mm par 207, comprenant 78 feuillets réunis en cahiers, et provenant de l’abbaye de Saint-Jean de Réôme (Moutiers-Saint-Jean), en Côte-d’Or. Les différentes pièces qui le composent furent probablement réalisées entre le Xe et le XVe siècle ; la reliure en carton date de 1834.

Au fil de son histoire, au cours des différentes étapes de sa fabrication, le manuscrit de Saint-Jean de Réôme est l’exemple achevé du travail du moine, un scribe enlumineur, et d’un scriptorium dans la vie d’un monastère autour de l’an Mil, dans toutes les implications sociales, liturgiques, religieuses, artistiques enfin. C’est un objet qui a sa propre existence, un statut aussi, qui a changé suivant les époques et selon les pratiques qui en furent faites, et que l’historien de l’art travaillant sur ce matériel documentaire doit s’efforcer de retrouver, puis de reconstituer dans l’ensemble du codex conservé et transmis jusqu’à aujourd’hui. À partir des vingt-six lettres initiales, ornées et végétalisées, en tenant compte aussi des cinq lettres rubriquées et en situant la portée exacte des deux bi-feuillets monumentaux peints, les folios 1 r-1 v, 15v-16r, je montre que ce manuscrit forme un tout qui suscite, par figures et motifs, sa propre discursivité.


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte